Entente avec Québec - Les jeunes médecins sont contre l'accord

L'Association des jeunes médecins du Québec (AJMQ) invite ses membres omnipraticiens à voter contre l'entente entre les médecins de famille et Québec.

À la mi-juin, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) et le gouvernement ont conclu un projet d'entente soumis au vote des médecins jusqu'au 6 août. Il comprend une augmentation salariale de 6 % sur cinq ans et une enveloppe de 210 millions pour des primes.

Si le président de la Fédération, le Dr Louis Godin, jugeait alors l'entente «acceptable», l'AJMQ estime plutôt qu'elle signera l'arrêt de mort de la médecine familiale. L'entente «n'est pas acceptable, car en dépit de toutes les promesses gouvernementales depuis deux ans, elle ne revalorise pas la médecine familiale relativement aux autres spécialités, n'améliora pas l'accès au médecin de famille et, par conséquent, ne permet d'entretenir aucun espoir quant à la survie de la médecine familiale au Québec», écrivent dans un courrier aux membres les trois jeunes médecins du conseil d'administration de l'AJMQ qui sont omnipraticiens.

Les spécialités sont trop priorisées, explique en entrevue le président et signataire de l'envoi, le Dr François-Pierre Gladu. «C'est comme si pour arrêter les chutes Niagara, on se plaçait en aval. Il faut se mettre en amont et investir dans la première ligne.»

Il faut rappeler que peu après la conclusion du projet d'entente, les médecins spécialistes ont obtenu du gouvernement une augmentation de salaire qui ressemble à celle des médecins omnipraticiens, ce qui annulera en bonne partie la tentative de rattrapage de l'écart salarial.

Selon le porte-parole de la FMOQ, Jean-Pierre Dion, la plupart des associations régionales de médecins de famille membres de la Fédération conseillent plutôt aux médecins d'accepter l'entente. La FMOQ ne donne aucune indication aux médecins quant au vote et estime que peu importe l'issue du vote, ce sera la bonne décision.