CHSLD en PPP - L'intervention du coroner est réclamée

Le CHSLD Saint-Lambert-sur-le-Golf continue de susciter des inquiétudes. L'Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR) demande une enquête du coroner à la suite du décès de deux résidents dans des circonstances nébuleuses.

Les événements remontent à plusieurs mois. William Roy Holgate est décédé le 1er décembre dernier alors qu'on lui aurait servi un repas mal adapté à sa capacité de déglutition. Puis, le 28 février 2011, Monique Loiselle Lasnier est morte des suites d'un fécalome qui n'aurait pas été diagnostiqué. «Ce sont des décès qui auraient dû être signalés au coroner», a affirmé hier Louis Plamondon, président de l'AQDR, lors d'un point de presse.

Premier centre d'hébergement de soins de longue durée à voir le jour selon la formule controversée du partenariat public-privé (PPP), l'établissement de Saint-Lambert prend une tangente dans les soins aux patients qui inquiète M. Plamondon. «Il y a un fort risque d'instaurer une tendance à la banalisation de la mort des aînés avec une hausse du risque de négligence en raison de leur âge et de leur condition de santé», a-t-il soutenu.

Quelques proches de résidents accompagnaient M. Plamondon. Ils n'ont pas caché leur inquiétude. Pierrette Martel estime qu'il manque de personnel et de compétence au CHSLD Saint-Lambert-sur-le-Golf. Luc Saunier, dont la mère est une résidente, se fait peu d'illusions quant à la volonté du Groupe Savoie, propriétaire et gestionnaire privé de l'établissement, d'apporter les correctifs nécessaires. Quant à l'idée de changer encore une fois leurs parents de centre, elle est rejetée par tous. «Une personne âgée, on ne déménage pas ça comme une livre de beurre», a lancé Gisèle Szoghy, dont la mère de 96 ans vit dans ce CHSLD.

Tous ces éléments viennent s'ajouter aux décès jugés non naturels par l'AQDR. Selon M. Plamondon, il faut que le coroner procède à une enquête et fasse l'inventaire de tous les décès survenus depuis l'automne dernier.

«Selon nos informations, on compterait une surmortalité des résidents par rapport à la moyenne des décès dans les CHSLD du Québec, qui est de 25 à 30 % par année», a mentionné M. Plamondon, qui croit qu'un décompte pourrait révéler des lacunes importantes.

L'AQDR souhaite par ailleurs que la Loi sur la recherche des causes et circonstances des décès soit modifiée afin de rendre obligatoire le signalement des décès dans les CHSLD.

Cet établissement a ouvert ses portes en novembre 2010 dans la difficulté, pour le Groupe Savoie, de recruter des médecins pour prodiguer les soins aux patients. Par la suite, plusieurs dénonciations et appels à l'aide ont alerté le ministre de la Santé, qui a nommé une conseillère clinique.