Le CHUM coûtera 323 millions $ de plus et ouvrira neuf mois plus tard

Le coût du projet du CHUM dépasse maintenant deux milliards, ont confirmé les ministres Michelle Courchesne et Yves Bolduc. <br />
Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Le coût du projet du CHUM dépasse maintenant deux milliards, ont confirmé les ministres Michelle Courchesne et Yves Bolduc.

Le coût du CHUM vient d’augmenter encore de 323 millions $ et sa réalisation reportée de neuf autres mois. Au final, l’enveloppe budgétaire maximale que devront respecter les soumissionnaires atteint maintenant 2,089 milliards $, ont précisé aujourd’hui à Montréal les ministres Yves Bolduc, de la Santé et des Services sociaux, et Michelle Courchesne, du Conseil du trésor.

Or, il y a quelques mois encore, on évoquait un coût de 1,294 milliard $.

L’augmentation du coût de 323 millions $ s’explique essentiellement par un accroissement de la superficie du Centre hospitalier de l’Université de Montréal, qui passera de 230 000 mètres carrés à 260 000 mètres carrés. Une clinique d’ophtalmologie a aussi été ajoutée. Et cette augmentation de coût tient également compte des conditions de financement auxquelles devront se soumettre les soumissionnaires.

De plus, une modification dans la méthodologie, soit une réduction du «taux d’actualisation» de 8 à 6,5%, à la suggestion du vérificateur général, fait qu’un montant supplémentaire de 472 millions $ doit être comptabilisé.

Le budget maximal du CHUM vient donc de grimper à 2,089 milliards $. «Vous interprétez ça comme un dépassement de coût; moi je vous dis en toute bonne foi que c’est davantage un réajustement des coûts», a objecté la ministre Courchesne.

Prolongation de neuf mois

Selon les hauts fonctionnaires qui ont rencontré la presse avant les ministres, les derniers «ajustements» font que le délai de réalisation du CHUM sera prolongé de neuf mois. Ainsi, la première phase devrait être terminée au début de 2016 et le projet complété en 2019.

Le ministre Bolduc s’est toutefois montré plus optimiste que les hauts fonctionnaires, se disant «confiant» de voir les premiers patients entrer au CHUM dès 2015. «La majorité des services en 2015 vont se donner au niveau du CHUM qui va être construit, neuf, et il va rester quelques services à Notre-Dame», a-t-il assuré.

Sa collègue du Conseil du trésor a admis candidement qu’en bout de ligne, ce sera le partenaire privé qui décidera. «Ce sont les soumissionnaires qui vont nous dire exactement à quel moment nos premiers patients pourront être desservis. Nous ce qu’on croit, avec les informations que nous avons aujourd’hui, nous sommes confiants que les premiers patients seront traités en 2015.»

La ministre Courchesne a tenté de justifier le délai. «C’est normal que ça prenne ce temps-là, on construit deux fois la Place Ville-Marie», a-t-elle lancé, ajoutant qu’en plus de l’importance de la construction, il faut tenir compte du fait que construire des blocs opératoires est plus complexe que construire des bureaux.

La présidente du Conseil du trésor a soutenu que le choix du mode en PPP permettait de réaliser une économie de 302 millions $ par rapport au mode traditionnel.

Son affirmation est toutefois mise en doute par la CSN, une centrale à laquelle sont affiliés plusieurs syndiqués du CHUM. La centrale prétend que les dés sont pipés, de façon à privilégier la formule en PPP. Elle invite d’ailleurs le gouvernement à rendre public le rapport des experts sur lequel il s’est basé pour choisir cette formule de réalisation du projet.

Des travaux dès le printemps


Les autorités doivent recevoir les propositions des soumissionnaires à la fin de janvier. La sélection du soumissionnaire doit être faite en mars.

La «clôture financière» du projet et la signature de l’entente de partenariat doivent avoir lieu en juillet prochain. Malgré cela, les autorités pensent permettre le début des travaux dès le printemps prochain, afin de perdre le moins de temps possible.

Bien que le pendant anglophone du CHUM, le Centre universitaire de santé McGill (CUSM), soit passablement plus avancé que le CHUM, le ministre Bolduc a soutenu qu’il n’y avait qu’un an de différence entre les deux au plan de l’avancement des projets.

Il justifie cette différence notamment par le fait que le CHUM aura 772 chambres, alors que le CUSM en aura 500. De plus, le CUSM est construit sur un terrain vacant, alors que le CHUM le sera en plein centre-ville.

Le CHUM regroupe les hôpitaux Notre-Dame, Saint-Luc et l’Hôtel-Dieu de Montréal. Lorsque le nouvel établissement sera construit, il comprendra 772 chambres, 39 salles d’opération, 51 civières à l’urgence et 320 salles d’examen.
8 commentaires
  • Claude Kamps - Inscrit 20 décembre 2010 16 h 48

    Un gouvernement de « broche à foin»

    Pourvu que le gouvernement suivant puisse mettre de l'ordre la dedans...

    En Belgique il y a 6 mois, le gouvernement à abandonné tout les projets PPP et est revenu a du financement et surtout de la gérance publique pour des affaires publiques.

    C'est déjà assez que dans le système de santé nous ayons les médecins qui sont indépendant et rémunérés à l'acte, sans qu'on mette un entrepreneur ami du PLQ administrateur pour 30 ans à remplir les enveloppes brunes... et à avoir une bande d'avocat du PLQ qui cherche ou trouver la faille dans le contrat qui permette des frais supplémentaires....

  • France Marcotte - Inscrite 20 décembre 2010 17 h 02

    Est-ce qu'on peut commencer à faire la queue?

    Ou prendre un numéro?
    D'abord, est-ce un hôpital pour les personnes ou les animaux? C'est quoi la "clientèle" visée? Je sais que je vais payer mais combien gros faudra-t-il que je sois malade pour être soignée? À l'article de la mort ou simplement indisposée? Les portes seront-elles barrées? Y aura-t-il de vrais médecins dans les salles d'opération ou seront-ce des figurants pour la postérité? À moins que ce ne soit un genre d'hôtel-hôpital pour soigner des millionnaires de partout dans le monde comme en Asie alors que nous, nous ferons toujours la queue en bas sur le trottoir? Pour qui tous nos millions puisque c'est certain que ce n'est pas pour nous?

  • bla bla - Inscrit 20 décembre 2010 17 h 06

    Bha tout ce qui est gouvernemental b

    Maintenant remplacer "criminels" par politiciens ou services professionnels.

  • Jean Peupu - Inscrit 20 décembre 2010 18 h 56

    Les veritées de Mam Couchesne

    le tout sera terminé combien de milliards plus tard et combien de menteries plus tard et pour combien de petits n amis liberaux

  • d.lauzon - Inscrite 20 décembre 2010 19 h 29

    La plus grosse erreur

    Il aurait été si simple de construire un seul CHUM bilingue. Dans certains hôpitaux en Israel, des médecins juifs et palestiniens font la preuve qu'ils peuvent travailler ensemble, alors pourquoi ceux des communautés francophone et anglophones du Québec ne le pourraient-ils pas?