Bisbille entre les médecins spécialistes et les omnipraticiens

La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) accuse les médecins omnipraticiens de véhiculer de fausses informations sur la place publique dans le seul but de faire avancer leurs négociations avec le gouvernement Charest.

Dans une pleine page de publicité publiée dans des quotidiens, samedi, les spécialistes reprochent à la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) «de diviser la communauté médicale pour faire valoir sa position».

Dans une entrevue donnée à La Presse canadienne, celui qui représente les spécialistes, le docteur Gaétan Barrette, déplore que ses collègues aient décidé de se livrer au jeu des comparaisons de salaires pour justifier leur stratégie de négociation avec le gouvernement québécois.

De son côté, la FMOQ affirme qu'il existe un écart salarial de 57 % entre les spécialistes et leurs confrères omnipraticiens. Elle demande donc au gouvernement de réduire cet écart à 20 %. Plus tôt cette semaine, la FMOQ a qualifié de «méprisante» la plus récente offre faite aux médecins de famille par le gouvernement du Québec, soit une augmentation de 4,5 % sur cinq ans.

Selon le Dr Barrette, non seulement ce chiffre est nettement exagéré, mais les omnipraticiens ont eu davantage d'augmentations salariales que les spécialistes au cours des 10 dernières années, selon des données du gouvernement. Il qualifie même de «dénigrant» le fait de laisser entendre que les spécialistes sont grassement payés, au lieu de s'attaquer aux vrais problèmes.

M. Barrette soutient que si les services étaient informatisés en première ligne, les médecins généralistes seraient en mesure de voir plus de patients et donc de générer plus de revenus, comme c'est le cas dans d'autres provinces canadiennes. Pour lui, ce sont ces problèmes organisationnels qui sont responsables de l'écart salarial entre les membres des deux fédérations, et non les tarifs.

Pour sa part, le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, le docteur Louis Godin, se dit surpris de cette réaction. Il voit, dans les propos du Dr Barrette, «qu'il n'a pas la cause des médecins de famille à coeur», alors que deux millions de Québécois n'ont pas de médecin de famille.

Le Dr Godin soutient que les omnipraticiens n'ont jamais voulu diviser la profession médicale et qu'ils n'ont pas non plus l'intention de se lancer dans une guerre de médecins. Selon lui, cela n'apportera rien à la population, qui est plutôt tournée vers l'accessibilité des soins.
2 commentaires
  • mevoici - Inscrit 20 décembre 2010 09 h 43

    oui,grassement

    Mr. Barette,les médecins-spécialistes SONT grassement payé et font par ce fait partit du problème...

  • Chryst - Inscrit 30 décembre 2010 00 h 02

    La FMSQ

    La FMSQ se préoccupe-t-elle du fait que 2 millions de québécois n’ont pas de médecin de famille ?

    Michel Thibault ing. f. m. sc.