La médecine familiale devient spécialité

Cette reconnaissance était très attendue, convient le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ). «Elle témoigne de l'évolution qu'a connue cette profession au cours des années et vient attester que cette approche très spécifique est aussi valable que n'importe quelle autre médecine spécialisée», que ce soit la cardiologie ou la chirurgie, raconte le Dr Louis Godin.

Un certificat officiel sera envoyé à tous les omnipraticiens inscrits au tableau de l'ordre. Mais le bout de papier ne suffira pas à renverser la vapeur, croit la FMOQ. Alors que deux millions de Québécois sont sans médecin de famille, les jeunes recrues continuent en effet à bouder cette discipline. Cette année, 82 postes de résidence en médecine familiale sont restés vacants.

Le président-directeur général du Collège des médecins du Québec, le Dr Charles Bernard, a dit souhaiter «que la reconnaissance de la médecine de famille comme spécialité revalorise ce champ d'exercice auprès de la relève». Cela fera peut-être quelques nouveaux convertis, mais «sur le terrain, le problème restera entier», croit le président de la FMOQ.

«Ce matin, nos conditions de travail sont les mêmes qu'hier», note le Dr Godin, qui réclame un meilleur soutien professionnel et technique et une rémunération plus concurrentielle pour regarnir les rangs de sa profession. Ces enjeux sont au coeur des négociations engagées avec Québec. «Tout le monde dit que la médecine familiale est une priorité, mais les gestes se font attendre», déplore le Dr Godin qui presse le gouvernement de passer de la parole aux actes.

Cette reconnaissance s'inscrit dans un contexte d'harmonisation avec les spécialités déjà reconnues par le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada dans le but de favoriser la mobilité de la main-d'oeuvre. Dix-huit autres spécialités ont été reconnues hier.

À voir en vidéo