En bref - Mieux vaut un verre tous les jours qu'une cuite le samedi

Paris — S'alcooliser le week-end multiplie quasiment par deux le risque de mourir de crise cardiaque par rapport à une consommation répartie sur la semaine, selon une étude comparative réalisée en France et à Belfast, mise en ligne aujourd'hui par le British Medical Journal (BMJ).

L'équipe du Dr Jean-Bernard Ruidavets (Université de Toulouse) a cherché à savoir si les modes de consommation d'alcool très différents en France et en Irlande du Nord pouvaient être liés à la disparité des taux de mortalité coronaire constatée dans ces deux pays. Le taux d'événements d'insuffisance coronaire aiguë est deux fois plus élevé à Belfast qu'en France. «De manière symétrique, il y a le fait de consommer en une fois ou deux de grandes quantités d'alcool, qui donne de la mortalité coronaire, et le fait de consommer du vin régulièrement qui est protecteur pour le coeur», a-t-il indiqué, rappelant le célèbre «french paradox». À Belfast, les hommes buvaient principalement de la bière (75,5 %) suivie des alcools forts (61,3 %), le vin étant peu consommé (27,4 %). En revanche en France, la consommation de vin prédominait (91,8 %).