Collège des médecins - Le Dr Charles Bernard élu président in extremis

Arrivé ex æquo avec son rival au scrutin, le Dr Charles Bernard (à gauche) a été finalement choisi grâce à un tirage au sort. À droite, le p.-d.g. sortant, le Dr Yves Lamontagne.<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Arrivé ex æquo avec son rival au scrutin, le Dr Charles Bernard (à gauche) a été finalement choisi grâce à un tirage au sort. À droite, le p.-d.g. sortant, le Dr Yves Lamontagne.

C'est un tirage au sort qui a scellé, hier avant-midi, le sort des deux candidats à la présidence et à la direction générale du Collège des médecins du Québec. Le Dr Charles Bernard a été choisi afin de succéder au Dr Yves Lamontagne, après avoir reçu le même nombre de votes que le Dr François Desbiens dans la course à la tête de l'ordre professionnel, a appris Le Devoir.

«Tout ce que je peux vous dire, c'est que j'ai été élu. Et j'en suis bien fier», a affirmé le nouveau p.-d.g., Charles Bernard. «Les délibérations du conseil d'administration sont les délibérations du conseil d'administration. Je peux vous dire que j'ai été élu», a ajouté l'omnipraticien âgé de 58 ans, qui était jusqu'à hier vice-président de l'organisation.

Mais a-t-il réussi à recueillir une majorité de voix des membres élus du conseil d'administration du Collège des médecins? «Le résultat du vote, c'est que le Dr Bernard a été élu», s'est contenté de répéter hier la coordonnatrice aux relations publiques, Leslie Labranche.

Son opposant, François Desbiens — omnipraticien qui s'est fait connaître en Abitibi-Témiscamingue —, a pour sa part été élu à la vice-présidence du Collège des médecins. «[Nos] objectifs sont les mêmes. Nous allons faire équipe, dans le prochain mandat», a fait valoir le Dr Bernard.

Plus attrayante

Charles Bernard, qui siège au conseil d'administration du Collège des médecins depuis 18 ans, s'est dit fortement préoccupé par la santé des «personnes vieillissantes» et la pénurie de médecins de famille qui afflige le Québec. Il s'efforcera, au cours de son mandat de quatre ans, de rendre la médecine familiale «plus attrayante», alors que la médecine de spécialité, plus payante, est plus populaire actuellement auprès des étudiants en médecine. «On a plus d'admissions dans les facultés de médecine que jamais auparavant. La seule chose: il faut que les étudiants choisissent cette carrière. Nous allons contribuer, selon nos capacités, à améliorer l'attraction de cette spécialité qu'est la médecine de famille.»

Le Dr Bernard, qui a bénéficié de l'appui de la Fédération des médecins spécialistes du Québec au cours de sa campagne à la direction du Collège des médecins, entend aussi resserrer les liens entre les médecins omnipraticiens et les médecins spécialistes, et accélérer l'informatisation des dossiers médicaux. «Ils ont "flushé" je ne sais pas combien d'argent là-dedans. [...] Ça n'a pas de bon sens», a souligné le président sortant, Yves Lamontagne. L'informatisation des dossiers médicaux n'a «pas avancé [au] goût» du psychiatre de formation, qui a passé les 12 dernières années à la tête de l'ordre. Même chose pour le partage des tâches entre médecins et autres professionnels de la santé. «Maintenant, on a des infirmières praticiennes spécialisées. C'est bien, mais on aurait pu aller plus loin, plus vite, dans ce dossier-là», estime-t-il.

***

Avec la collaboration de Kathleen Lévesque