PPP en santé: de généreux dons au PLQ

Le CHSLD Saint-Lambert-sur-le-Golf, premier PPP dans le domaine de la santé au Québec. Son ouverture est prévue pour vendredi.<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le CHSLD Saint-Lambert-sur-le-Golf, premier PPP dans le domaine de la santé au Québec. Son ouverture est prévue pour vendredi.

Les quatre administrateurs qui dirigent le premier établissement de santé au Québec construit en partenariat public-privé (PPP) sont de généreux contributeurs du Parti libéral du Québec. Leurs dons, qui totalisent 58 600 $, ont pris de l'ampleur au fur et à mesure que se concrétisait le choix du gouvernement pour les PPP.

La compagnie 7009453 a décroché le contrat de PPP en avril 2009. En contrepartie d'une rémunération de 200 millions de dollars étalée sur 25 ans, elle doit construire et entretenir un centre d'hébergement de soins de longue durée (CHSLD) et, surtout, offrir des soins de santé aux 200 personnes âgées qui y logeront. L'ouverture du CHSLD Saint-Lambert-sur-le-Golf est prévue pour vendredi.

Le partenaire est lié au Groupe Savoie qui gère douze résidences pour personnes âgées autonomes à travers la province. Eddy Savoie en est le président. Selon les données publiques du Directeur général des élections du Québec, M. Savoie a versé au PLQ 19 875 $ entre 2000 et 2009. Au début de la décennie, ses contributions s'élevaient à quelques centaines de dollars. Puis, à partir de 2004, Eddy Savoie a donné le maximum permis par la loi, c'est-à-dire 3000 $.

Sa conjointe, Carmelle Ouellette, qui est vice-présidente de l'entreprise, a versé 20 275 $ en dons au PLQ, avec une croissance notable à compter de 2003. Les enfants du couple, Eddy junior et Nataly, également administrateurs du CHSLD, ont également participé au bien-être financier de la formation de Jean Charest. Ils ont donné respectivement 11 930 $ et 6500 $ au PLQ, et ce, de façon progressive.

Les dons combinés des quatre administrateurs totalisent donc 58 600 $, entre 2000 et 2009. Pour la même période, Eddy Savoie a donné 3550 $ au Parti québécois alors que son épouse a fait une seule contribution de 400 $ à la caisse péquiste en 2003.

Le Devoir a tenté en vain de joindre M. Savoie.

En pleine campagne électorale partielle dans Vachon, l'été dernier, le parti Québec solidaire avait vertement dénoncé la réalisation en PPP de ce CHSLD en Montérégie. On soulignait déjà les importantes contributions au Parti libéral jusqu'en 2008, y voyant une proximité qui ne semblait pas être dictée par le bien commun.

Retards

Ce projet revêt une importance capitale pour le gouvernement puisqu'il s'agit d'une première expérience de PPP dans le secteur névralgique de la santé. Trois autres dossiers de construction de CHSLD en Montérégie (Granby, Saint-Jean-sur-Richelieu et Châteauguay) de 66 places chacun sont en attente depuis au moins deux ans, afin de voir si celui de Saint-Lambert fonctionnera.

Or, comme le révélait lundi dernier Le Devoir, à quelques jours d'accueillir les premiers patients, le CHSLD Saint-Lambert-sur-le-Golf n'a toujours pas d'équipe médicale permettant d'offrir des soins médicaux 24 heures sur 24. Le recrutement de médecins, qui relève du partenaire privé, connaît des ratés. Un établissement de santé de cette envergure nécessite d'avoir au moins six médecins disponibles, selon les informations fournies par l'Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie. Jusqu'à maintenant, seulement deux médecins ont montré de l'intérêt.

Un des problèmes qui semblent expliquer la situation concerne la rémunération des médecins qui est moindre s'ils prodiguent des soins en CHSLD plutôt que dans une unité de soins de longue durée d'un centre hospitalier. Le coût d'un examen ordinaire effectué par exemple sur un patient de 75 ans alité dans un CHSLD est de 15,60 $ comparativement au même acte médical prodigué dans un hôpital qui s'élève à 19,05 $.

Au cabinet du ministre de la Santé, Yves Bolduc, on renvoie la balle entre les mains des gestionnaires locaux, soit l'Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie et le CSSS Champlain, soulignant que le recrutement est une responsabilité locale. La porte-parole du ministre, Karine Rivard, a affirmé par ailleurs que M. Bolduc «a l'assurance que le PPP sera livré dans les temps et qu'il y aura un suivi médical des patients».

Comité de surveillance

Dès 2005, Québec a créé un comité de travail pour développer le projet, mais aussi le surveiller de près. C'est la défunte Agence des PPP qui pilotait les travaux: préparation des documents d'appel de qualification et de propositions, sélection du partenaire privé, préparation de l'entente et clôture de la transaction.

À ce jour, le coût du mandat s'élève à 3,24 millions de dollars, dont le tiers représente les services de l'Agence des PPP. La contribution de la Corporation d'hébergement du Québec, le bras immobilier du ministère de la Santé, est évaluée à 541 000 $.

S'ajoutent à la facture des frais de 1,34 million, entre autres pour les avocats de Fasken Martineau Dumoulin, la firme d'ingénierie BPR, les consultants DMG et le Groupe biomédical Montérégie ainsi que les comptables Ernst & Young.
31 commentaires
  • jacques lecuyer - Inscrit 26 septembre 2010 23 h 35

    finies les folies

    La revue Maclean's a tort; c'est pire que ce que l'on pensait.

  • Bernard Gervais - Inscrit 27 septembre 2010 00 h 17

    L'importance du rôle des médias

    Même si les partis d'opposition et l'ensemble de la population le réclament depuis des mois, le premier ministre Charest, comme on le sait, a toujours refusé jusqu'ici de créer une commission d'enquête afin de faire la lumière sur la collusion existant entre l'industrie de la construction et le financement du Parti libéral.

    Heureusement, toutefois, que les médias sont là pour le faire, même si ce qu'ils découvrent et nous révèlent ne peut qu'accentuer notre désabusement !

  • normand richard - Inscrit 27 septembre 2010 01 h 15

    Avant qu'il ne soit trop tard

    Ce gouvernement ultra corrompu doit être renversé et un moratoire doit être instauré sur tous les projets en cours avant que le Québec ne soit totalement ruiné.

    Voter pour un gouvernement qui s’engagera formellement à faire le ménage des écuries.

  • Loraine King - Inscrite 27 septembre 2010 06 h 12

    Et alors?

    58 600 sur neuf ans pour quatre personne ça donne une moyenne de 1 627 $ par année par personne. Est-ce que cela demeure dans les limites légales au Québec pour cette période ?

  • Loraine King - Inscrite 27 septembre 2010 06 h 16

    Et les journalistes du Devoir?

    Le Devoir pourrait-il informer ses lecteurs des dons faits par ses journalistes aux partis politiques ?

    Le Devoir a-t-il une politique qui interdit à ses travailleus de contribuer à des partis? Sinon, quels montants les journalistes et autres travailleurs du Devoir ont-ils contribué aux partis, et à quels partis ?