Un petit écran nuisible aux tout-petits

Les effets négatifs de l’exposition précoce à la télévision sont persistants, ont constaté les chercheurs.
Photo: Montage: Olivier Zuida/Source AFP Les effets négatifs de l’exposition précoce à la télévision sont persistants, ont constaté les chercheurs.

Les tout-petits qui grandissent loin du petit écran deviennent des enfants non seulement plus minces, mais aussi plus intelligents et plus sociables. Des chercheurs québécois et américains ont en effet démontré qu'une exposition précoce à la télévision, même quand elle est conçue spécialement pour eux, peut priver les jeunes enfants d'apprentissages fondamentaux qui ont une incidence directe sur le type d'écoliers qu'ils deviendront.

«Entre l'âge de 2 et 4 ans, même une exposition marginale à la télévision retarde le développement de l'enfant», explique Linda S. Pagani, l'auteure principale de cette étude publiée hier dans Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine. La télévision «est une activité passive tant sur le plan physique, qu'intellectuel et social. Ces activités-là se font au détriment du jeu et de l'interaction avec le monde qui sont fondamentaux dans le développement du jeune enfant», poursuit la professeure à l'École de psychoéducation de l'Université de Montréal.

Or, de 0 à 5 ans, ce sont tous les fondements intellectuels de la personne en devenir qui se mettent en place. «Le cerveau triple de taille, et son réseautage est en expansion exponentielle. Comme pour les animaux, c'est aussi pendant cette période charnière que l'humain prend ses habitudes et fixe son comportement et ses préférences», rappelle celle qui est aussi chercheuse au CHU Sainte-Justine.

Ces apprentissages cruciaux se font principalement en jouant et interagissant avec le monde. «Jouer demande des efforts, explique Linda Pagani. Il faut de la persistance, de l'autorégulation. Il en va de même pour les efforts intellectuels.» Ainsi, plus l'enfant multiplie les expériences, plus il s'outille à la fois physiquement, intellectuellement et socialement. À l'inverse, plus il passe du temps à regarder passivement la télévision, moins il s'exerce à faire des efforts et à persévérer.

Le suivi de 1314 petits Québécois à 29 mois, 53 mois et 10 ans, a permis de chiffrer ces pertes potentielles. Et du coup, de déboulonner quelques mythes. «Nous pensions que les impacts négatifs de l'exposition précoce [à la télévision] disparaissaient avec le temps. Nous avons plutôt constaté qu'ils persistent», raconte la chercheuse. En classe, les bébés les plus exposés à la télévision sont en effet devenus «des enfants moins autonomes, moins persévérants et moins habiles socialement».

L'American Academy of Pediatrics recommande de ne pas exposer les moins de 2 ans à la télévision et de restreindre à moins de deux heures par jour la consommation des 2 à 5 ans. Au-delà de cette limite, les chercheurs ont constaté des pertes chez l'enfant d'âge scolaire. Ainsi, chez un enfant en bas âge, pour chaque heure supplémentaire passée devant le petit écran, ils ont noté une diminution de 7 % de l'intérêt en classe et de 6 % sur les habiletés mathématiques à 10 ans. Aucun impact n'a été noté sur les habiletés en lecture.

Sur le plan social, chaque heure en surplus s'est traduite plus tard par une augmentation de 10 % du risque de victimisation par les camarades de classe. L'étude confirme aussi ce que d'autres avaient déjà avancé, soit que la forme physique n'est pas épargnée. Chaque heure de trop devant le téléviseur se traduit par une diminution de 9 % de l'activité physique générale, une augmentation de 10 % du grignotage et de 5 % de l'IMC.

Pour Linda Pagani, ces chiffres invitent les parents à revoir leur rapport à la télévision. D'autant que, parmi la cohorte observée, 11 % des enfants dépassaient la norme recommandée à 29 mois, une proportion qui atteignait 23,4 % à 53 mois. Tout cela à une époque où l'offre télévisuelle était encore limitée. L'arrivée récente de chaînes entièrement destinées aux enfants d'âge préscolaire, comme BabyTV ou Yoopa, change la donne.

Hier encore, c'était au tour de Télétoon de miser sur cette clientèle en lançant un bloc de programmation spécialement conçu pour les 2 à 5 ans. «Tout cela est très pratique pour les parents, voire même déculpabilisant parce qu'ils imaginent stimuler leurs enfants avec des émissions dessinées pour eux. Mais le péché dans tout cela, c'est que l'on n'a aucun contrôle sur le contenu diffusé», s'inquiète Mme Pagani.

Tant Vidéotron, qui diffuse BabyTV, que le Groupe TVA, derrière Yoopa, n'ont pas donné suite à nos demandes d'entrevues en vue de commenter cette étude. Ce n'est pas la première fois que la télévision destinée aux tout-petits soulève la controverse. En 2006, une étude publiée dans le Journal of Pediatrics avait montré que les émissions éducatives, dont certaines portent des noms sans équivoque comme Bébé Einstein, So Smart et Brainy Baby, ne favorisent pas l'apprentissage des tout-petits.

À l'époque, le chercheur principal de cette étude, Frederick Zimmerman de l'Université de Washington, concluait qu'il n'y avait «pas d'intérêt» à recourir à de telles émissions. Chez les enfants de 17 à 24 mois, il n'avait noté «aucun avantage». Pis, chez les huit à 16 mois, il avait calculé que chaque heure passée devant le téléviseur faisait en sorte que l'enfant maîtrisait de six à huit mots de moins que celui qui n'avait pas encore goûté aux plaisirs de l'écran cathodique même passé au filtre éducatif de ces entreprises.
10 commentaires
  • Guylaine St-Pierre - Inscrit 4 mai 2010 09 h 17

    Mais NON !!!!!!

    Mais non. Eux autres avec leurs statistiques ils me font rire.

    Il existait aussi des tévé lorsque nousétions jeunes mais NOUS nous allions dehors, c'était une mentalité de s'amuser dehors. Puis les parents étaient plus présent pour nous motiver à faire du sport. Aujourd'hui ils sont plus motivés à acheter les dernières nouveautés à leurs enfants , soit pour bien paraître aux yeux de leurs amis, ou pour tout simplement avoir la paix ! Alors, mettre la faute sur la tévé, ce n'est pas réaliste. LA responsabilité des parents pour éduquer leur enfants (Civisme et autre) ou allons nous ?

  • Anne-Marie Boucher - Inscrite 4 mai 2010 10 h 11

    La télévision, unique coupable?

    Cette étude me laisse perplexe. Bien entendu, de laisser les enfants devant la télévision les prive d'interaction. Mais les liens entre IMC, développement cognitif et télé sont loins d'être évidents. Je crois que d'observer les conditions de vie des enfants qui écoutent trop de télévision serait un angle intéressant à aborder...
    Les conditions de vie des parents, par exemple leur accès au temps libre, la conciliation travail-famille, le mauvais partage des tâches entre les deux parents sont des facteurs qui peuvent amener les parents à faire usage de la télé, pour préparer un repas alors qu'ils rentrent tard du bureau, pour faire des tâches ménagères, etc. Les parents qui ont le luxe du temps libre avec leur enfant sont marginaux, c'est plutôt la précipitation, l'urgence, la surdose d'activité, les heures de travail qui s'allongent...
    Avant de pointer la télévision comme coupable, lorsqu'il s'agit de développement cognitif ou de surpoids, ne devrions-nous pas, comme société, nous questionner sur les conditions de vie (sécurité quant au lendemain, nourriture suffisante et saine, temps libre hors travail, vaincre l'isolement des mères et des pères, développer plus d'organismes de proximité pour donner des répits aux parents...) nous permettant de passer du temps reposé, stimulant et sain avec nos enfants?

  • France Marcotte - Inscrite 4 mai 2010 10 h 51

    Cruel

    Il y a une certaine cruauté à affliger les parents avec de telles études, alors que pour plusieurs les enfants ont grandi avec la télé et que si plusieurs enfants se sont fait ainsi consoler depuis quelques décennies, le mal de vivre des couples ou des femmes seules avec des enfants à la maison n'y est pas étranger. À quoi sert de culpabiliser les parents avec de tels résultats sans que les accompagnent des projets de société qui donnent aux gens le goût de faire autre chose que de s'enfermer chez eux, à l'abri, en compagnie de la "p'tite lucarne". Au mieux, on peut prémunir les nouveaux parents contre les délires effrénés des diffuseurs qui se nourrissent sans scrupules à même l'attention des petits. C'est toujours ça de pris...

  • Jean-Serge Baribeau - Abonné 4 mai 2010 10 h 50

    Une réflexion stimulante et essentielle

    Je suis de ceux qui pensent qu'il importe de se poser des questions fondamentales en ce qui concerne les rapports entre les enfants et les divers écrans.

    Pour une réflexion sur le sujet je recommande le texte d'Étienne Hannequart-Ferron, texte paru dans LE DEVOIR du mercredi 21 avril 2010. Il y est question de Yoopa, la chaîne télé pour tout-petits.

    Aussi, aux Éditions MORDICUS, il y a un court livre de Bernard Stiegler et de Serge Tisseron. Titre du livre: FAUT-IL INTERDIRE LES ÉCRANS AUX ENFANTS?

    Ceux et celles qui prennent les écrans pour des garderies auraient intérêt à réfléchir plus profondément à la question des écrans. Cela étant dit il est clair que les conditions souvent pénibles de la vie moderne ne facilitent pas de longues interactions avec les enfants.

    JSB, sociologue des médias

  • Sylvain Auclair - Abonné 4 mai 2010 11 h 39

    À madame Saint-Pierre

    Quand nous étions jeune, il n'y avait pas plusieurs chaînes continues uniquement pour les enfants. Seulement une courte période, de 16 à 17 heures, et les matins de fin de semaine. Le reste du temps, la télé était plate pour les enfants, et on ne l'écoutait pas.