Avez-vous l'ADN du fumeur en série?

Cette attirance irrépressible pour le tabac, le goût qui se développe rapidement et se transforme en accoutumance, puis cette incapacité à pouvoir cesser de fumer sont autant de comportements qui sont gouvernés par nos gènes, confirme une équipe de scientifiques qui vient d'identifier les variations génétiques qui sont associées à ces comportements typiques de la tabacomanie.

Dans un article publié dans la revue Nature Genetics, Helena Furberg et Patrick Sullivan, de l'University of North Carolina à Chapel Hill, affirment avoir découvert trois variations génétiques déterminant trois attitudes liées au tabagisme. L'un de ses variants est associé au nombre de cigarettes fumées quotidiennement, traduisant la force de l'accoutumance du fumeur. Un autre détermine si une personne commencera à fumer régulièrement ou pas et un troisième, s'il arrivera ou non à cesser de fumer définitivement.

Les variants présents sur le chromosome 15 qui sont apparus associés à une forte dépendance au tabac étaient situés dans une région contenant aussi des gènes codant pour des récepteurs spécifiques à la nicotine que d'autres chercheurs ont précédemment associés à la dépendance à la nicotine et au cancer du poumon, font également remarquer les deux généticiens.

Les auteurs de l'article espèrent que leur étude permettra aux chercheurs de diverses disciplines de mieux comprendre le rôle de la génétique dans le tabagisme et d'évaluer comment un médicament venant agir sur un de ces gènes pourrait être utilisé pour améliorer le taux de réussite des thérapies destinées à arrêter de fumer.