Faculté de gestion Desautels - Les gestionnaires en santé reçoivent une formation sur mesure

Réginald Harvey Collaboration spéciale
Les cours donnés par vidéoconférence forment une composante essentielle du programme CREATE. Ici, des étudiants dans une salle de cours à l’Université McGill interagissent avec des participants à l’Université de la Colombie-Britannique et à l’Université de l’Alberta.
Photo: McGill Les cours donnés par vidéoconférence forment une composante essentielle du programme CREATE. Ici, des étudiants dans une salle de cours à l’Université McGill interagissent avec des participants à l’Université de la Colombie-Britannique et à l’Université de l’Alberta.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

L'Université McGill est reconnue comme un chef de file en santé à travers le monde. Cet établissement se démarque aussi sur la scène internationale par l'entremise de sa Faculté de gestion Desautels. Il s'appuie sur de tels acquis pour se lancer dans la formation d'experts en gestion des soins de santé, en collaboration avec cinq autres universités canadiennes.

La Faculté de gestion existe depuis 1906 et a été connue sous le nom de Département du commerce jusqu'en 2005; elle dispense des formations à tous les niveaux d'apprentissage universitaire, du bac jusqu'au postdoc. Elle offre depuis septembre, en collaboration avec cinq autres universités (l'Université d'Ottawa, l'Université Queen's, l'Université de Montréal, l'Université de la Colombie-Britannique et l'Université de Toronto), le programme CREATE (Healthcare Operations & Information Management) qui vise à former des étudiants du doctorat et du postdoctorat en gestion et en administration des activités et des informations en soins de santé. Ce parcours de formation vise à améliorer de beaucoup la capacité collective des universités partenaires pour former des étudiants qui contribueront largement à la recherche, à l'élaboration et à la pratique des politiques en matière de soins de santé.

Long parcours

Le professeur Vedat Verter, de l'Université McGill, dirige le programme et Kristen Oliver en est la coordonnatrice; celle-ci trace les grandes lignes de ce programme: «Celui-ci porte sur la gestion des systèmes mais aussi sur les technologies de communication et d'information, sur les recherches opérationnelles et sur l'administration des processus.» Le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CSRNG) apporte son appui financier pour une période de six ans, afin de rendre possible la présentation d'une telle formation avancée.

Elle indique la durée et le fonctionnement de la formation: «Normalement, les étudiants du postdoc effectuent de la recherche sur une période de deux ans. Pour les personnes qui font leur doctorat, les études s'échelonnent sur une période d'environ six ans; ces personnes suivent des cours et effectuent de la recherche pendant trois ans et, par la suite, elles sont inscrites dans un processus de stage pour le reste du temps.» À titre d'exemple, ici à Montréal, les étudiants sont appelés à travailler à l'Hôpital général juif, à l'Hôpital général, à l'Institut et Hôpital neurologiques et à Urgence-Santé.

«À l'heure actuelle, on compte un nombre restreint d'étudiants, pour la bonne raison que c'est une formation très spécialisée. On a mis en place à la faculté une classe de vidéoconférence et, de la sorte, on peut rejoindre tout le monde; sans cela, on pourrait s'adresser seulement aux cinq étudiants qui sont ici», souligne Mme Oliver. L'université poursuit sa période de recrutement, qui s'achève pour l'an prochain: «On a complété notre recherche pour trois étudiants au doctorat et deux au postdoctorat.»

Des équipes multidisciplinaires

L'efficacité en soins de santé requiert une formation émanant de plusieurs disciplines. Il ne suffit pas de comprendre les particularités des procédures cliniques; encore faut-il savoir comment ces procédures s'inscrivent dans l'ensemble du système, afin d'optimiser le rapport entre la qualité des soins et leurs coûts, indique un document en provenance de la faculté. Pour transmettre une telle compétence, il a donc été nécessaire de rassembler des cliniciens, des spécialistes en recherche opérationnelle, des économistes et des experts des systèmes d'information dans le but de développer à l'avenir un nouveau groupe de spécialistes en gestion des soins de santé.

Étant donné la complexité des systèmes et la lourdeur des réseaux, il importe de mieux outiller les gestionnaires, selon ce que rapporte la faculté: le besoin de repenser de façon efficace la structure des soins de santé, afin d'en assurer l'amélioration et la réorganisation, est devenu très important. Dans cette optique, une équipe de personnes, formées dans les domaines des technologies des communications, des systèmes d'information, de la recherche opérationnelle et la gestion des processus, constituera un atout pour les systèmes à l'échelle nationale; d'autant plus si cette équipe possède une expérience et tisse des liens avec les dirigeants du secteur de la santé.

***

Collaborateur du Devoir