Laboratoire sur le VIH - L'abandon du projet n'est pas une décision politique

Ottawa — La politique n'y a été pour rien dans la décision d'annuler un projet de laboratoire de recherche sur le VIH de plusieurs dizaines de millions de dollars, a affirmé hier le responsable de la santé publique du Canada.

Le docteur David Butler-Jones a expliqué à un comité de la Chambre des communes que ce laboratoire n'était tout simplement pas nécessaire, puisqu'une étude récente a déterminé que la capacité de production actuelle pour un vaccin contre le VIH est suffisante. De plus, a-t-il ajouté, aucune des compagnies souhaitant construire le laboratoire ne répondait aux exigences du gouvernement.

Le docteur Butler-Jones a précisé ne pas avoir été approché par des membres de la classe politique concernant le laboratoire. Il a rappelé que la Fondation Gates — mise sur pied par le fondateur de Microsoft, Bill Gates, et son épouse Melinda — participe au projet et qu'elle est strictement opposée à toute ingérence politique.

Le laboratoire de 88 millions devait constituer la figure de proue de l'Initiative canadienne de vaccin contre le VIH (ICVV), une coentreprise du gouvernement du Canada et de la Fondation Bill et Melinda Gates annoncée il y a trois ans.

L'Université Laval avait exprimé son intérêt à construire le nouveau laboratoire.