Du krill en capsules - Un petit crustacé devient un grand aliment

Connaissez-vous le krill? Raymond Dicaire, lui, le connaît à fond. Et non seulement croit-il fermement en ses vertus, mais il est le seul au monde à l'offrir sous forme d'aliment naturel, qu'il a nommé Krilex.

Le krill est un tout petit crustacé qui fait partie du zooplancton. Le krill s'alimente d'espèces de phytoplancton et sert par la suite de nourriture à plusieurs espèces animales marines dont, entre autres, les baleines à fanons. «Le krill est, selon moi, le meilleur aliment dans le monde», avance d'emblée Raymond Dicaire.

En effet, la composition du krill est étonnante. Contenant environ 70 % de protéines, le krill est aussi une importante source d'acides gras, en particulier de gras oméga-3, d'antioxydants, de phospholipides, d'enzymes digestives, d'acides aminés, de fibres, de glucosamines, de phytostérols, de vitamines, de minéraux et d'oligo-éléments. «Lorsqu'on regarde la composition du krill, on en vient à la conclusion qu'il constitue l'aliment le plus complet qu'on puisse trouver.»

Comment Raymond Dicaire en est-il venu à s'intéresser autant au krill? L'histoire débute avec sa passion pour les poissons. «Au départ, les poissons, c'était un passe-temps.» Un passe-temps que le jeune homme d'alors transforme ensuite en un métier. En effet, Raymond Dicaire a fondé la société Gryd, qui se spécialise dans l'importation de poissons tropicaux. «Je possédais un local avec 900 aquariums où je faisais l'élevage de poissons tropicaux. J'agissais comme grossiste et j'approvisionnais bon nombre d'animaleries. Évidemment, avec autant de poissons, je me devais de les garder en santé. J'ai donc été obligé d'étudier le poisson et ses maladies et ensuite les remèdes disponibles pour les soigner, comme les antibiotiques. Je me suis aussi penché sur leur alimentation.»

C'est une connaissance qui lui suggère d'ajouter le krill à l'alimentation de ses poissons. «Au départ, je mêlais le krill aux autres éléments de l'alimentation. J'ai constaté assez rapidement que les poissons étaient en meilleure santé. J'ai donc décidé de faire une expérience en isolant certains aquariums et en alimentant les poissons de ces aquariums uniquement en krill.»

C'est alors qu'il a la surprise de sa vie. «Non seulement les poissons alimentés seulement en krill étaient-ils en meilleure santé que les autres, mais certaines maladies disparaissaient d'elles-mêmes. Il existe une maladie, la furonculose, une sorte d'ulcère de la peau, qui est fréquente chez certaines espèces de poissons. Eh bien, si j'alimentais ces poissons malades uniquement avec du krill, non seulement les poissons guérissaient complètement de la furonculose après quelques mois, mais il n'y avait plus aucune récidive.»

Du poisson à l'humain

Raymond Dicaire décide alors de s'intéresser de plus près au krill afin de mieux en connaître les caractéristiques et surtout les qualités nutritives. «C'est alors que je me suis dit: "Si le krill est aussi bon pour les poissons, pourquoi ne serait-il pas bon pour l'humain?"»

Il transforme alors son installation en laboratoire, embauche un directeur scientifique, Michel Bégin, microbiologiste et virologiste, et se lance dans l'aventure de la production d'un aliment de krill pour la consommation humaine. Depuis maintenant dix ans, ce produit, sous forme de capsules, se vend sous le nom de Krilex.

Le krill utilisé pour le Krilex provient des eaux froides du Pacifique et est pêché à environ 145 kilomètres au nord de Vancouver. «Les eaux froides favorisent la montée vers la surface des sels nutritifs, c'est donc un krill qui est bien alimenté. De plus, cette espèce de krill a une courte durée de vie et, par conséquent, elle ne contient presque pas de métaux lourds.»

Le krill est congelé directement sur le bateau avant d'être acheminé à l'usine de Raymond Dicaire, où il est séché à froid par lyophilisation avant d'être encapsulé. «La lyophilisation permet de retirer toute l'eau du produit sans jamais le chauffer. Il garde alors tous ses éléments nutritifs.» De plus, aucun additif n'est rajouté et le Krilex est donc un aliment entièrement biologique. Chaque capsule contient l'équivalent de 12 à 14 krills. «Ce que vous avez avec une capsule de Krilex, c'est uniquement du krill, mais au lieu d'être dans votre assiette, il est dans une capsule.»

Un aliment aux propriétés multiples

Selon Raymond Dicaire, le Krilex contient «tous les meilleurs ingrédients et éléments nutritifs de la planète. Il est riche en oméga-3, dont les vertus ne sont plus à prouver, mais il contient en plus tous les autres éléments importants à intégrer à son alimentation. Il suffit d'en consommer quelques capsules par jour pour en profiter. Pourquoi ne le ferait-on pas, puisqu'on considère aujourd'hui qu'une saine alimentation est la meilleure façon de se garder en santé et d'éviter les maladies?»

Certains de ses clients voient aussi dans le Krilex des vertus curatives. «J'ai reçu et je reçois de nombreux témoignages de clients qui me disent que, depuis qu'ils prennent du Krilex, ils ont réussi à guérir certaines maladies dont, entre autres, des maladies de la peau, comme le psoriasis. Cela ne m'étonne pas, puisque le krill guérit la furonculose chez les poissons.»

Mais, sur ce sujet, Raymond Dicaire avance prudemment. «Je n'ai pas fait d'études cliniques et je ne peux donc pas prétendre que le Krilex est un médicament efficace contre telle ou telle maladie. Mais je peux affirmer, par contre, que c'est un excellent aliment naturel qu'on devrait ajouter à son alimentation régulière. Je considère le Krilex non pas comme un supplément nutritif, mais bien comme un complément alimentaire qu'on rajoute à son alimentation régulière.» On peut en apprendre davantage en allant au site Internet: krilex.com.

***

Collaborateur du Devoir

À voir en vidéo