Grippe A(H1N1) - Le virus continue sa progression

Deux nouveaux décès attribuables à la grippe A(H1N1) sont survenus au cours du week-end, dont celui d'une jeune Ontarienne de 12 ans, portant à 97 le nombre de personnes décédées au Canada au cours de la pandémie actuelle.

L'Ontario, où la mort foudroyante d'un adolescent a créé tout un émoi la semaine dernière, a été une fois de plus touché, avec le décès d'une adolescente et celui d'une femme atteinte de maladie chronique de la région de Niagara, dont l'âge et l'identité demeurent inconnus. Au total, cela porte à 33 le nombre de personnes fauchées par la grippe depuis le début de la pandémie en Ontario, où les cliniques de vaccination ont été prises d'assaut.

Là-bas comme au Québec, les autorités ont relancé les appels au calme au cours du week-end. Samedi, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, a soutenu que la population ne devait pas céder à la panique, même si les doses de vaccin contre la grippe A(H1N1) ne sont pas disponibles en nombre suffisant pour répondre à la demande. «La panique est très mauvaise conseillère dans ce genre de situation», a-t-il dit, en faisant le point samedi sur la première semaine de vaccination.

Les Québécois devront en effet prendre leur mal en patience puisque l'on prévoit cette semaine des pénuries dans les livraisons à travers le pays. La société GlaxoSmithKline ne sera en mesure de fabriquer que 400 000 de doses du vaccin avec adjuvant, au lieu des 1,3 à 1,5 million attendues par les autorités. Et cela, en raison des demandes faites par les gouvernements de fabriquer en priorité le vaccin sans adjuvant, destiné aux femmes enceintes.

Ironiquement, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a depuis révisé ses directives (vendredi), et soutient qu'un vaccin adjuvé peut être donné sans danger aux femmes enceintes, puisque les études faites sur les animaux ne démontrent aucun effet néfaste sur le foetus.

Au Québec, où l'on ne recense toujours aucun décès lié au virus H1N1, 167 personnes ont toutefois été hospitalisées, dont quatre sont toujours aux soins intensifs. «Nous sommes bel et bien dans la deuxième vague. Les cas confirmés de grippe sont en hausse. Il y a progression du virus dans les différents milieux de vie», a fait valoir samedi le Dr Alain Poirier, directeur national de la santé publique du Québec.

Pour l'instant, Québec préconise toujours la vaccination prioritaire des clientèles vulnérables, notamment des enfants de moins de cinq ans, où l'on observe le plus de complications à l'heure actuelle. Suivront ensuite les femmes enceintes et les malades chroniques. Pas question de vaccination dans les garderies ou les CPE, a tranché le Dr Poirier.

À terme, le Québec recevra suffisamment de doses, mais leur réception sera progressive, d'où l'importance de respecter la séquence de vaccination prévue, a insisté le ministre Bolduc. Les contrôles seront en conséquence resserrés dans les sites de vaccination et des preuves de résidence pourront être exigées. Au cours des prochains jours, le Québec recevra le vaccin sans adjuvant destiné aux femmes enceintes qui le souhaitent.

*****

Avec La Presse canadienne et Canadian Press

À voir en vidéo