A(H1N1) - La course au vaccin

Genève — Les laboratoires internationaux se sont lancés vendredi dans une course contre la montre pour produire au plus vite un vaccin contre la grippe porcine afin d'enrayer la première pandémie du siècle, déclarée la veille par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Cependant que les groupes pharmaceutiques ont mobilisé d'importantes ressources pour produire à temps un vaccin contre le virus A(H1N1), les laboratoires doivent également assurer la livraison du vaccin contre la grippe saisonnière, à laquelle succombent chaque année entre 250 000 et 500 000 personnes.

Le suisse Novartis a pris ses concurrents de court en annonçant vendredi avoir produit un premier lot de vaccins contre le virus A(H1N1) qui va servir à des études cliniques. Le groupe prévoit une mise à disposition d'ici à «l'automne» du médicament.

«Le vaccin devrait être prêt d'ici à septembre ou à octobre», a précisé un porte-parole à l'AFP, se refusant cependant à quantifier le nombre de doses disponibles d'ici là.

Le laboratoire bâlois avait reçu la souche dite «sauvage» du virus au mois de mai du CDC (Centres de contrôle et de prévention américains des maladies) et a commencé la production par culture cellulaire, plus rapide que la production classique par oeufs de poules.

Novartis — qui a reçu des demandes de plus de 30 gouvernements en Europe, Asie et en Amérique du Nord — prévoit des essais cliniques de phase III (sur des patients) d'ici au mois de juillet, et compte à terme produire un million de doses par semaine.

L'OMS a demandé jeudi aux laboratoires pharmaceutiques de «s'atteler rapidement» à la production de vaccins, «dès qu'ils terminent la production de vaccins contre la grippe saisonnière».

À voir en vidéo