La vie reprend son cours normal à Mexico

photo eitan abramovich
Un garçon de café se prépare à retrouver sa clientèle, à Mexico.
Photo: photo eitan abramovich Un garçon de café se prépare à retrouver sa clientèle, à Mexico.

Le Mexique s'estime en voie de surmonter l'épidémie de grippe A (H1N1) et observe une baisse des nouveaux cas. Les quelque 35 000 restaurants de Mexico, fermés depuis le 28 avril, vont rouvrir demain. Les élèves de plus de 15 ans réintégreront leurs classes cette semaine, mais les plus jeunes resteront à la maison au moins jusqu'au 11 mai.

Le ministère mexicain de la Santé a annoncé dimanche un ralentissement marqué des cas recensés dans le pays depuis le pic du 24 avril. Il a jugé possible que le virus ne soit pas plus dangereux pour l'heure que celui de la grippe classique. «Le virus est entré dans une phase de stabilisation. Les cas commencent à diminuer», a déclaré le président mexicain, Felipe Calderon. «Notre objectif est de revenir à la normale dès que possible.»

Vingt-six personnes ont succombé à la maladie au Mexique, et 701 autres y sont tombées malades. Les autorités sanitaires mondiales ont toutefois mis en garde contre toute baisse de vigilance.

La directrice de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Margaret Chan, a déclaré que les nouvelles en provenance du Mexique, premier endroit où a été signalé le virus, devaient être reçues avec prudence. «Les virus grippaux sont imprévisibles et extrêmement trompeurs [...] Nous devons éviter tout excès d'assurance, a-t-elle dit. Il ne faut pas laisser à ce virus la possibilité de se mélanger à d'autres virus.»

Margaret Chan a cependant souligné que rien ne semblait annoncer une situation comparable à la grippe espagnole de 1918, qui fit des dizaines de millions de morts dans le monde.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a dit que l'OMS ne comptait pas relever son degré d'alerte pandémique au niveau maximum (soit 6) si l'épidémie en restait au stade actuel. Passer au niveau 6 suppose que l'on constate une transmission du virus au sein de communautés humaines en Europe ou en Asie.

Keiji Fukuda, directeur général adjoint de l'OMS, a fait état de 1025 cas avérés de H1N1 — dont 26 décès — disséminés dans vingt pays. On n'observe toujours pas de propagation du nouveau virus à une échelle communautaire, a-t-il déclaré aux journalistes. «Nous continuons d'observer un certain nombre d'infections liées à des voyages dans différents pays [...] et quelques signes de déplacement du virus vers le sud», a dit Fukuda. «Rien ne prouve que le virus se soit implanté en donnant lieu à des transmissions au niveau communautaire dans quelque pays que ce soit [hors d'Amérique du Nord].»

Aux États-Unis, deuxième pays pour le nombre de cas, les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) faisaient état hier de 286 cas confirmés et de 36 États touchés dans le pays. L'Espagne, pays le plus touché d'Europe, a porté son bilan à 57 cas.

À voir en vidéo