Bolduc ne craint pas un exode des médecins

Québec — La nouvelle entente sur la mobilité de la main-d'oeuvre pourrait amener des médecins québécois à aller pratiquer en Ontario, a reconnu le ministre de la Santé, Yves Bolduc, hier.

Mais ceux qui franchiront l'Outaouais seront remplacés et surpassés en nombre par des médecins immigrants impatients de venir pratiquer au Québec, a fait valoir le ministre.

L'affirmation du ministre Bolduc a fait sursauter le président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), Gaétan Barrette, qui s'était inquiété, jeudi, d'une entente signée par les collèges des médecins du Québec et de l'Ontario visant à simplifier les procédures administratives pour obtenir un permis de pratique. Cette entente vise à accroître la mobilité des médecins entre les deux provinces.

La Fédération soutient que la rémunération des spécialistes, en Ontario, est de 30 à 50 % plus élevée qu'au Québec.

Le ministre admet que certains spécialistes pourraient se laisser tenter par les conditions offertes en Ontario. Mais il ne craint nullement un exode.

M. Bolduc croit que l'arrivée de nouveaux médecins va amplement compenser les pertes éventuelles. À cet égard, il fonde beaucoup d'espoir sur les effets d'une autre entente sur la mobilité de la main-d'oeuvre, celle-là entre la France et le Québec.

Le Dr Barrette trouve étrange le raisonnement du ministre. «On joue à un drôle de jeu. C'est amusant: ça veut dire qu'on forme des médecins qui vont partir et qu'on va en faire venir d'autres, dont on ne connaît pas toujours la compétence», s'est-il étonné, en entrevue.

À voir en vidéo