Recours au privé à Sacré-Coeur: les syndicats protestent

Des syndicats n'avalent pas du tout la pilule de la direction de l'hôpital du Sacré-Coeur, qui a annoncé jeudi son intention d'aller en appel d'offres pour pouvoir faire plus de chirurgies en clinique privée.

Afin de contrer les effets négatifs de sa pénurie d'infirmières, l'hôpital s'était lancé dans un projet-pilote, en février 2008, avec la clinique Rockland MD. «En presque un an, on a fait environ 1000 chirurgies de plus au privé; c'est sans compter les 500 chirurgies qu'on a faites dans notre établissement et qu'on n'aurait pas pu faire autrement», a indiqué Josée-Michelle Simard, du service des communications de l'hôpital du Sacré-Coeur, en assurant que les coûts étaient environ les mêmes au public et au privé.

Les coûts en cliniques privées sont toujours plus élevés puisque celles-ci font toujours une marge de profit, croit l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS). Selon la présidente, Dominique Verreault, un tel partenariat avec une entreprise privée sur cinq ans ne constitue pas une «mesure de dépannage» pour pallier un manque d'effectifs. «C'est assez indicatif du peu de volonté de la direction de l'établissement de trouver des solutions pour recruter et retenir son personnel.»

Quant à la CSN, elle rappelle que des projets-pilotes sur la réorganisation du travail sont actuellement à l'étude à l'hôpital du Sacré-Coeur et le ministre de la Santé doit privilégier cette voie plutôt que celle de la sous-traitance au secteur privé.

À voir en vidéo