Yves Bolduc rassure les ophtalmologistes

Les médecins spécialistes obtiennent les engagements officiels qu'ils réclamaient du ministre de la Santé et des Services sociaux au sujet des services d'ophtalmologie du futur CHUM. Le Dr Yves Bolduc a confirmé hier qu'il y aura bel et bien quatre salles d'opération supplémentaires réservées à l'ophtalmologie dans le nouvel hôpital universitaire francophone de Montréal.

Ces blocs opératoires s'ajouteront au 39 blocs opératoires déjà planifiés, ce qui répond à une demande formulée plus tôt cette semaine par la Fédération des médecins spécialistes du Québec, après l'annonce concernant l'abandon du projet de clinique privée externe d'ophtalmologie. Jusqu'ici, le ministre n'avait rien annoncé lui-même officiellement.

«Je confirme qu'il va y avoir quatre salles de plus», a dit M. Bolduc hier après-midi, à Montréal, après une conférence prononcée dans le cadre d'un colloque sur les maladies chroniques. «En intégrant l'ophtalmologie, on n'enlève rien aux autres [services].»

Ce qui ne règle pas pour autant le cas de Saint-Jérôme, où un autre projet de Centre médical spécialisé affilié (CMSA) a aussi été abandonné cette semaine. Les ophtalmologistes de la région des Laurentides ont réitéré hier par communiqué que selon eux, «le CMSA demeure le choix le plus susceptible de rehausser dans un bref délai l'accessibilité, l'universalité et la qualité des soins sans augmentation des coûts».

Le ministre Bolduc a répliqué que «la décision est irréversible». Il a ensuite précisé que ce choix ne reposait pas uniquement sur une analyse économique.

«Il y a plus que les coûts: il y a une question d'accessibilité des services, a résumé Yves Bolduc. «D'ici dix-huit mois, [les ophtalmologistes de Saint-Jérôme] devraient avoir des installations nouvelles pour pouvoir faire la même chose que ce qu'ils auraient fait dans le privé.»

Un délai

Par ailleurs, le ministre ne s'offusque pas du délai réclamé par les médecins, les pharmaciens et les dentistes pour juger du projet global du CHUM. Réunis en assemblée générale jeudi, ils ont décidé de prendre 60 jours pour étudier les plans de l'hôpital avant de tenir un vote d'approbation.

«Un délai de 30 à 60 jours, c'est acceptable, surtout si ça permet d'aller chercher un consensus chez les médecins», dit le Dr Bolduc, ajoutant se réjouir de la fin des querelles concernant le choix du site, dans lesquelles Outremont avait généralement la préférence des professionnels de la santé. «Je suis content de constater que tout le monde a intérêt à ce que le projet réussisse sur le site Saint-Luc.»

À voir en vidéo