Le calcium protègerait du cancer

Une consommation quotidienne de calcium répondant aux recommandations canadiennes était déjà reconnue pour ses bienfaits sur les os. Selon une étude épidémiologique dont les résultats sont publiés dans la dernière édition des Archives of Internal Medicine du JAMA (Journal of the American Medical Association), elle diminue aussi le risque de cancer. L'effet protecteur du minéral serait plus marqué contre le cancer colorectal.

Yikyung Park et ses collègues de l'Institut national du cancer à Bethesda, au Maryland, ont analysé les données recueillies pendant sept ans (de 1996 à 2003) auprès de 293 907 hommes et 198 903 femmes dans le cadre des National Institutes of Health-AARP Diet and Health Study. Ils ont comparé la consommation de calcium, sous forme de produits laitiers ou de suppléments, avec l'incidence du cancer parmi les participants.

Il est ainsi apparu que le risque de cancer diminuait chez les femmes, mais non chez les hommes, qui ingéraient une dose quotidienne allant jusqu'à 1300 milligrammes (mg). Un apport supérieur à cette dernière valeur n'accroissait pas davantage la diminution du risque.

Par contre, l'ingestion de produits laitiers et de suppléments de calcium était associée, autant chez les hommes que chez les femmes, à une diminution du risque de cancer affectant le système digestif. La diminution était la plus prononcée dans le cas du cancer colorectal.

«Il a été démontré que le calcium réduit la croissance anormale des cellules du système gastro-intestinal. Le calcium se lie à la bile et aux acides gras, et par le fait même diminue vraisemblablement les dommages à la membrane de la muqueuse du gros intestin», ont indiqué les chercheurs dans leur publication.

À l'instar de l'Institut de médecine des États-Unis, Santé Canada recommande aux adultes de 50 ans et plus de consommer quotidiennement 1200 mg de calcium, mais de ne pas dépasser les 2500 mg. Le respect de ces recommandations devrait induire une certaine prévention, si on en croit les résultats de cette nouvelle étude.

À voir en vidéo