Les bébés prématurés sont un peu plus nombreux

Photo: Agence France-Presse (photo)

Le nombre de bébés nés prématurément tend à croître au Canada, alors que le nombre de bébés de faible poids à la naissance diminue, indique un rapport de l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) rendu public hier.

Précisément, environ 8,1 % des bébés sont nés avant terme en 2006-2007 au Canada, soit une augmentation de 1,5 % par rapport au nombre de bébés nés avant 37 semaines de grossesse au début des années 1990. Au Québec, 7,7 % des bébés étaient nés prématurément en 2006-2007. «Des facteurs tels que la grossesse tardive et le recours aux technologies de reproduction sont susceptibles de contribuer à l'augmentation du nombre de naissances multiples et prématurées», indique le vice-président des programmes à l'ICIS, Jean-Marie Berthelot.

Les mères qui ont un premier enfant à 35 ans ou plus sont plus nombreuses, souligne l'ICIS. Parmi elles, une femme sur dix accouchera avant terme.

Les femmes diabétiques ou souffrant d'hypertension sont pour leur part, comparativement aux autres femmes, jusqu'à six fois plus susceptibles d'accoucher prématurément.

Le nombre de petits nouveau-nés est en baisse, note l'étude «Nés trop vite et trop petits: étude sur les bébés de faible poids au Canada» de l'ICIS. Il est passé de près de 11 % au début des années 1990 à 8,3 % en 2006-2007. «Un taux plus faible de tabagisme, par exemple, pourrait contribuer à la baisse du nombre de bébés de faible poids», explique Jean-Marie Berthelot.

Les femmes qui habitent un quartier défavorisé sont une fois et demie plus susceptibles de donner naissance à un petit poupon. Même chose pour celles qui résident dans des zones urbaines, quoique dans une moindre mesure.

Plus le poids à la naissance ou l'âge gestationnel d'un nouveau-né est bas, plus les coûts liés à son hospitalisation ont élevés, indique aussi l'étude de l'ICIS. Le coût d'hospitalisation moyen d'un bébé prématuré est neuf fois supérieur à celui d'un bébé né à terme. Les coûts moyens d'hospitalisation, en 2005-2006, passent de 1050 $ pour un bébé né à terme à 9233 $ pour un bébé prématuré.

Le coût d'hospitalisation moyen d'un poupon de faible poids est pour sa part 11 fois supérieur à celui d'un bébé de plus de 2,5 kilogrammes. La facture moyenne d'hospitalisation d'un bébé de faible poids s'élevait à environ 12 354 $ en 2005-2006.

«Les bébés prématurés ou petits pour l'âge gestationnel risquent davantage d'être hospitalisés pendant une longue période et d'avoir des complications», dit la directrice des services d'information sur les soins ambulatoires et de courte duré de l'ICIS, Caroline Heick. Mme Heick souligne que les femmes qui accouchent d'un bébé prématuré encourent des risques requérant des «soins prénatals appropriés».

«En sachant que les affections chroniques [comme l'hypertension et le diabète] peuvent sextupler les risques de naissance prématurée et il est primordial de prendre des mesures supplémentaires, tout au long de la grossesse, pour limiter les possibilités de naissance prématurée chez les femmes atteintes de ces affections», indique le Dr Reg Sauvé.

Quelque 350 000 bébés voient le jour chaque année au Canada.

À voir en vidéo