Découverte d'un gène clé contre l'hypertension artérielle

Washington — Des chercheurs américains ont découvert un gène dont une variation commune est liée à l'hypertension artérielle, découverte ouvrant potentiellement la voie à des traitements plus efficaces pour lutter contre cette maladie, selon des travaux publiés hier.

Ce gène, appelé STK39, produit une protéine qui joue un rôle dans le mécanisme rénal régulant la quantité de sodium dans l'organisme.

«Cette avancée présente un bon potentiel pour améliorer notre capacité à développer des traitements adaptés à chaque individu, encore appelée la médecine personnalisée, qui permet de combattre plus efficacement l'hypertension», estime la Dr Yen-Pei Christy Chang, professeure associée de médecine et d'épidémiologie à la faculté de médecine de l'Université du Maryland.

Toutefois, la Dr Chang souligne l'importance de poursuivre les recherches dans ce domaine, expliquant que «l'hypertension est une maladie très complexe, dans laquelle de nombreux autres facteurs génétiques, environnementaux et liés au mode de vie entrent en ligne de compte».

«Le gène STK39 est seulement une pièce importante du puzzle», ajoute la scientifique, dont l'étude paraît dans les annales de l'Académie nationale américaine des sciences (PNAS) datées du 29 décembre.

«Nous voulons déterminer comment les individus présentant différentes variations de ce gène répondent aux diurétiques et autres traitements contre l'hypertension ou aux changements dans le mode de vie tels qu'une réduction de la quantité de sel consommée», poursuit la Dr Chang.

«De telles informations devraient nous aider à découvrir le moyen le plus efficace de contrôler la tension artérielle des patients souffrant d'hypertension», ajoute-t-elle, notant qu'environ 20 % de la population blanche est probablement porteuse de la variation génétique du STK39.

Une tension artérielle considérée comme idéale est de 120 mm de mercure pour la pression artérielle systolique et de 80 mm de mercure pour la pression artérielle diastolique, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les chercheurs ont identifié le lien entre la variation du gène STK39 et l'hypertension artérielle en analysant l'ADN de 542 membres d'une communauté amish vivant dans le comté de Lancaster, en Pennsylvanie.

Pour ce faire, ils ont passé au scanner environ 100 000 marqueurs génétiques de l'ensemble du génome, une nouvelle technique.

Ils ont pu confirmer leur découverte en menant des analyses génétiques sur un autre groupe d'Amishs et sur quatre autres groupes de population blanche aux États-Unis et en Europe.

Les Amishs, communauté religieuse dont les ancêtres ont émigré d'Europe au milieu du XVIIIe siècle pour s'installer en Pennsylvanie, constituent une population idéale pour ces études, car ils sont génétiquement homogènes. En outre, tous les membres de ce groupe partagent le même régime alimentaire et un mode de vie rural identique, notent les auteurs de l'étude.

Cette recherche a été financée par les Instituts nationaux américains de la santé (NIH).

À voir en vidéo