Les dernières avancées en santé respiratoire

De nouvelles techniques d'imagerie qui permettent de visualiser le système respiratoire dans ses moindres détails et des cellules souches qui permettent de régénérer des tissus détruits figurent parmi les grandes avancées de la recherche en santé respiratoire, qui sont discutées ces jours-ci au Centre des congrès de Québec, dans le cadre du Symposium Québec-France 2008 en santé respiratoire.

Extrêmement fréquentes, les maladies respiratoires voient leur prévalence croître en raison du vieillissement de la population, de l'environnement qui change en raison du réchauffement climatique et de la pollution, de l'épidémie d'obésité et de la sédentarité de nos populations, a fait remarquer le Dr Paul-Émile Boulet, coprésident de ce symposium qui a été organisé dans le cadre du 400e anniversaire de la ville de Québec. Il rassemble des professionnels français et québécois s'intéressant tant à la recherche fondamentale et clinique qu'aux soins et à l'éducation des patients.

Jusqu'à tout récemment, les pneumologues ne disposaient que de l'endoscopie pour examiner les voies respiratoires. Mais le fin tube au bout duquel est fixée une petite lumière ne permet de voir que la naissance des bronches, ces deux conduits cartilagineux émergeant de la trachée et qui pénètrent dans les poumons. «De nouvelles techniques extrêmement sophistiquées permettent maintenant d'aller visualiser ce qui se passe tout au fond des poumons», a affirmé le Dr Boulet, pneumologue à l'Hôpital Laval. L'alvéoloscopie notamment, une technique mise au point en France il y a trois ans à peine, permet d'atteindre les alvéoles situées aux extrémités des bronchioles (ramifications des bronches), où s'effectuent les échanges gazeux entre l'air et le sang. Faisant appel à des sondes de fibres optiques qui peuvent atteindre les tissus les plus profonds du poumon, l'alvéoloscopie permet de voir certains processus pathologiques s'attaquant au tissu pulmonaire, comme dans les cas de l'alvéolite (inflammation des alvéoles) et de la fibrose pulmonaire, une cicatrisation anormale du poumon qu'on ne comprend pas encore très bien.

Des techniques d'échographie endobronchique telles que l'EBUS (endobronchial ultrasound), qui permettent de visualiser non seulement la lumière des bronches, comme le fait l'endoscopie, mais aussi toute la structure des bronches et des tissus environnants, aident à détecter les ganglions cancéreux et les tumeurs et renseignent les médecins sur l'étendue de la maladie. L'autofluorescence permet quant à elle de dépister et de visualiser de minuscules cancers bronchiques. «De telles techniques commencent tout juste à entrer dans certains hôpitaux québécois», a indiqué le Dr Boulet, avant de souligner qu'un des facteurs expliquant la fréquence des récidives du cancer du poumon malgré l'administration de doses massives de chimiothérapie est le fait que des cellules souches dormantes qui ne sont pas sensibles à ces traitements chimiques persistent dans le poumon. «Ainsi, lorsque la chimiothérapie est terminée, ces cellules souches se remettent à produire des cellules cancéreuses. Il nous faut donc trouver des médicaments qui arriveraient à détruire ces cellules souches procancéreuses», a expliqué le pneumologue tout en indiquant que des cellules souches saines pourront par ailleurs servir un jour à reformer et à remplacer certains tissus qui ne sont plus fonctionnels.

Le Dr Boulet a également souligné le fait que «les maladies pulmonaires ne sont pas suffisamment évaluées». «On cherche des moyens pour identifier plus précocement ces pathologies que sont l'apnée du sommeil, l'asthme et le cancer et pour mieux éduquer les patients afin qu'ils utilisent les médicaments de façon adéquate. Car une grande partie des hospitalisations, des visites à l'urgence ou des décès des personnes atteintes d'une pathologie touchant le système respiratoire est due au fait que ces personnes ne suivent pas adéquatement les traitements ou qu'elles ne consultent pas assez tôt pour que leur maladie puisse bénéficier d'un traitement.»

À voir en vidéo