Les autres vertus de l'aspirine

L'aspirine, la pilule miracle qui est administrée pour réduire la douleur et prévenir les maladies cardiaques et l'arthrite, aurait également des vertus anticancéreuses.

Selon deux nouvelles publications scientifiques, la consommation régulière de petites doses d'acide acétylsalicylique offrirait une bonne protection contre les cancers de la bouche, de la gorge, de l'oesophage, du côlon et du rectum. Il s'agit d'une nouvelle découverte qui s'ajoute à d'autres qui avaient souligné précédemment les effets bénéfiques de ce médicament plus que centenaire dans la prévention des cancers de l'intestin et du poumon.

Selon les observations relevées par des scientifiques de l'Institut de recherche pharmacologique de Milan, les personnes ayant consommé régulièrement de l'aspirine pendant au moins cinq ans voyaient leur risque de développer un cancer du tube aérodigestif reliant la bouche à l'estomac diminuer de 67 %. Ces résultats encourageants qu'ils ont obtenus après avoir suivi 965 cancéreux et 1779 patients hospitalisés pour d'autres pathologies sont publiés dans la dernière édition de la publication scientifique British Journal of Cancer.

Les auteurs de l'étude croient que si les personnes commençaient plus tôt à consommer l'aspirine dans le but de profiter de ses propriétés anticancéreuses, elles pourraient probablement compter sur des effets protecteurs encore plus puissants.

Par ailleurs, une autre étude menée de 1994 à 2001 par des chercheurs du Norris Cotton Cancer Center de la Darmouth Medical School située à Lebanon au New Hampshire montre qu'une dose quotidienne d'aspirine peut réduire le risque d'apparition d'adénomes dans le côlon et le rectum. Les adénomes, également dénommés polypes, sont de petites tumeurs bénignes qui peuvent éventuellement se transformer en cancer.

Plus de 1100 personnes ayant déjà développé des polypes dans le côlon ou le rectum ont participé à cette étude, dans laquelle on a comparé l'efficacité de deux doses (81 mg et 325 mg) d'aspirine à un placebo. Aussi surprenant que cela puisse paraître, c'est le groupe d'individus qui avaient reçu la plus faible dose d'aspirine — une dose de 81 mg correspondant à une aspirine de bébé — qui a présenté la plus faible récurrence de polypes. Ces patients ont vu chuter de 19 % leur risque de développer des polypes tandis que leurs chances de souffrir de lésions cancéreuses a diminué de plus de 40 %.

L'effet protecteur de l'aspirine s'est avéré encore plus marqué chez les personnes ayant souffert d'un cancer du côlon ou du rectum par le passé. L'absorption quotidienne d'un comprimé de 325 mg a abaissé de 35 % la possibilité que réapparaissent de nouveaux polypes chez ces personnes en rémission.

Les chercheurs des deux études préviennent toutefois qu'il est encore prématuré de recommander à tous la prise quotidienne d'aspirine compte tenu qu'on ne sait pas encore si son utilisation à long terme peut provoquer des effets secondaires chez certains individus.