Le CUSM présente son projet sur la montagne

Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) a déposé hier une demande de permis auprès de l'arrondissement de Ville-Marie afin de construire son nouveau centre de traumatologie sur le flanc du mont Royal. Le CUSM envisage d'entreprendre les travaux à la fin de 2009, mais il devra d'abord obtenir le feu vert du ministère de la Culture, puisque le projet est situé dans l'arrondissement historique et naturel de la montagne.

Le projet soumis hier par le CUSM prévoit l'agrandissement de l'hôpital général de Montréal afin de loger le nouveau centre de traumatologie et de moderniser les unités de soins ambulatoires. Le centre ambulatoire actuel de la rue des Pins, qui compte dix étages, sera agrandi vers l'avant afin d'augmenter la superficie du bâtiment de 110 000 pieds carrés, et six étages seront ajoutés au-dessus de l'aile C. L'urgence et des stationnements souterrains seront construits dans un espace vacant à l'ouest de l'aile C. En tout, quelque 200 000 pieds carrés seront ajoutés aux 1,2 million de pieds carrés que compte actuellement l'établissement. Pour l'instant, il s'agit de concepts architecturaux très préliminaires.

Le projet du campus de la Montagne représente des investissements globaux de 250 millions. Le CUSM souhaite disposer de plus d'espace afin que les patients puissent loger dans des chambres privées et que les salles d'opérations soient agrandies. Les travaux devraient s'échelonner sur deux ans.

Au fil des mois, le projet a connu plusieurs moutures pour répondre aux critiques exprimées par la Ville, par le ministère de la Culture, par les Amis de la montagne et par Héritage Montréal. «Le nouveau concept ne bloque ni la vue de la montagne vers le centre-ville, ni celle du centre-ville vers la montagne», soutient Yanai Elbaz, directeur général associé à la planification du CUSM. Les représentants de l'arrondissement, du comité exécutif de la Ville et du ministère de la Culture ont beaucoup aimé la proposition qui leur a été présentée en décembre dernier, ajoute M. Elbaz. «On a un aval tacite de commencer les procédures avec les différentes instances», dit-il.

Le maire de l'arrondissement de Ville-Marie, Benoit Labonté, qui a qualifié le projet d'«extrêmement emballant», a déclaré que le dossier serait examiné promptement par ses services. Après l'analyse du comité consultatif d'urbanisme (CCU), le projet sera vraisemblablement soumis au conseil d'arrondissement du mois d'avril avant d'être acheminé au comité exécutif de la Ville, puis à l'Office de consultation publique de Montréal.

La directrice générale des Amis de la montagne, Sylvie Guilbault, qui n'a pas pu voir le plan soumis par le CUSM, demeure préoccupée par l'impact des travaux envisagés par le CUSM. «L'Hôpital général de Montréal est déjà trop imposant dans le paysage du mont Royal», dit-elle.
 
1 commentaire
  • Raymond F. Boily - Abonné 23 janvier 2008 18 h 56

    Langue

    Du français pour les futur patients?...