Le Canada achètera des vaccins contre la variole

Toronto - Inquiet des conséquences que représenterait un éventuel attentat biologique, le Canada s'apprête à acheter une quantité suffisante de vaccins antivarioliques pour immuniser la totalité de sa population mais risque d'attendre dix mois avant leur livraison, a indiqué hier le ministère de la Santé.

Le gouvernement canadien ne pourrait actuellement immuniser que 1,5 million de personnes en cas d'attentat et devrait alors compter sur une aide étrangère pour combattre l'épidémie, a indiqué une porte-parole du ministère à Reuters.

«Il y aurait un partage des ressources», a dit Tara Madigan.

La variole est une maladie infectieuse très contagieuse, transmise notamment par voie aérienne, qui provoque une éruption cutanée généralisée et dont la cicatrisation laisse des marques permanentes. Elle peut être mortelle.

La maladie a été officiellement éradiquée en 1978 après une campagne de vaccination mondiale, mais des spécialistes en sécurité craignent que des groupes militants possèdent une quantité suffisante du virus pour perpétrer des attentats.

Les États-Unis ont déjà commandé des millions de doses du vaccin antivariolique et Washington croit en avoir assez pour immuniser l'ensemble de la population américaine.

Un récent enregistrement attribué à Oussama ben Laden, leader du réseau al-Qaïda et présumé cerveau des attentats du 11 septembre, identifiait le Canada comme l'une des cibles potentielles d'éventuels attentats s'il continuait de soutenir l'administration du président américain George W. Bush.

«L'éventualité de l'utilisation de la variole comme arme biologique est faible; cependant, le gouvernement canadien estime qu'il est prudent de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger la santé et la sécurité de tous les Canadiens», a dit Madigan.

Ottawa entend acheter 10 millions de doses qui, une fois diluées, pourraient servir à 30 millions de personnes, soit la totalité de la population.

À voir en vidéo