Fusionner les hôpitaux de LaSalle et de Lachine serait «irréaliste»

Le Centre hospitalier (CH) de LaSalle perdra gros en fusionnant avec le CH de Lachine, estime la Table sectorielle de l'hôpital de LaSalle, qui a fait savoir hier son profond désaccord avec le rapport déposé la semaine dernière par le Dr Abraham Fuks. Ce faisant, ses membres reprennent les arguments de la Table sectorielle de l'hôpital de Lachine, qui juge que la fusion des deux petits établissements montréalais comporte des risques pour la santé de la population.

Dans son plan — qui a reçu l'aval enthousiaste du ministre de la Santé, Philippe Couillard, mais aussi du CSSS Dorval-Lachine-LaSalle et du RUIS McGill — le Dr Fuks ménageait le chèvre et le chou en proposant à Québec de maintenir une mission hospitalière à LaSalle comme à Lachine, mais en les fusionnant en un seul CH baptisé Centre hospitalier des Rapides. Le hic, c'est que ce plan est tout simplement «irréaliste et irréalisable», a dénoncé hier le président de la Table sectorielle de l'hôpital de LaSalle, le Dr Francis Engel.

Pour réaliser ce plan, il faudrait recruter des dizaines de médecins supplémentaires, généralistes et spécialistes, un projet impossible en ces temps de pénurie, rappelle le Dr Engel. Quant à la proposition du Dr Fuks voulant que les médecins travaillent sur les deux sites à la fois, elle est jugée irrecevable par les médecins, qui croulent déjà sous la tâche. «On ne peut pas se dédoubler, on est déjà à la limite. [...] Tous les médecins vont refuser de faire de la garde sur deux sites», prévient le Dr Engel.

Cette proposition apparaît d'autant plus injuste aux médecins de LaSalle qu'ils estiment être les grands perdants du rapport Fuks, qui confirme la vocation hospitalière de LaSalle mais bonifie celle de Lachine. «Ce plan est une flagrante injustice. LaSalle ne reçoit rien, alors que tous les développements vont à Lachine», déplore le président de la table sectorielle. Selon lui, ce plan a d'ailleurs toutes les allures d'un «compromis politique» et n'a donc «aucune valeur quant à l'intérêt de la santé publique du territoire».

La Table sectorielle de l'hôpital de LaSalle réclame que Québec revienne au plan qui avait reçu l'aval de 75 % de ses médecins, soit le maintien de l'hospitalisation à LaSalle et la création d'un centre ambulatoire à Lachine. Jadis défendue par le CSSS, mais aussi par l'Agence de réseaux locaux de Montréal et le ministre Couillard lui-même, cette option est «la seule option viable» pour les gens de LaSalle. Cette solution a toutefois été écartée à la suite des pressions faites par la population et par la Table sectorielle de l'hôpital de Lachine pour sauvegarder la mission hospitalière de leur établissement.

À voir en vidéo