En bref - Grosse taille, gros problème

Les Canadiens connaissent encore mal les facteurs de risque qui les exposent au diabète de type 2 ou aux maladies cardiovasculaires, indiquent les résultats du vaste sondage Des Nations en forme. Celui-ci est mené dans 27 pays, sur près de 11 000 personnes.

Le volet local dévoilé hier montre que les Canadiens ont été beaucoup plus nombreux à s'être fait mesurer le tour de taille par un médecin ou une infirmière cette année que l'an dernier (14% contre 39%). Mais encore neuf personnes sur 10 faisant partie de la population à risque ne reconnaissent pas l'obésité abdominale comme étant un facteur de risque de maladie cardiovasculaire. Même les médecins ne reconnaissent pas tous spontanément l'équation, indique l'enquête. Les chercheurs plaident ainsi pour une plus grande conscientisation du problème.