En bref - Merck fait main basse sur Serono pour plus de 10 milliards d'euros

Francfort — Candidat malheureux au rachat du laboratoire berlinois Schering, l'allemand Merck a rebondi en faisant main basse pour plus de dix milliards d'euros sur le spécialiste suisse des biotechnologies Serono.

Le groupe familial, fondé en 1668 par le pharmacien allemand Friedrich Jacob Merck, était à la recherche d'une nouvelle proie depuis l'échec au printemps d'une offre hostile sur Schering, racheté par Bayer à l'issue d'une longue bataille boursière. «Cette acquisition transforme l'activité pharmaceutique de Merck pour donner naissance à un nouveau leader dans le domaine de la biotechnologie, tout en assurant l'avenir de l'entreprise pour le siècle à venir», s'est félicité le patron de Merck, Michael Römer, dans un communiqué. En reprenant le numéro trois mondial des biotechnologies, l'allemand s'empare d'un médicament vedette, le Rebif, contre la sclérose en plaques. Et il complète son offre dans le traitement des maladies infectieuses, de l'infertilité et la dermatologie.