Vioxx: des problèmes en moins de deux semaines

Une nouvelle étude réalisée par une équipe de l'université McGill, à Montréal, établit que les crises cardiaques reliées à l'absorption du Vioxx peuvent se produire dans les deux premières semaines d'usage de ce médicament.

Cette recherche, qui paraît dans l'édition en ligne du Journal de l'Association médicale canadienne, démontre donc que les risques d'accidents cardiovasculaires reliés à l'usage du Vioxx peuvent se manifester beaucoup plus tôt qu'on ne le croyait jusqu'ici. Le fabricant Merck avait révélé en septembre 2004 que les risques augmentaient après 18 mois de traitement.

L'étude de l'université McGill est la première qui aborde directement la question du délai de réalisation du risque cardiovasculaire associé à ce genre de médicament.

Étrangement, l'étude montre que les risques d'être victime d'une crise cardiaque diminueraient lorsque l'on prend le médicament sur une longue période.

Une des chercheuses ayant collaboré à cette étude, Linda Lévesque, qui est également attachée à l'université Queen's de Kingston, en Ontario, met donc en garde les médecins qui, selon elle, doivent être vigilants et surtout s'informer sur les propriétés du médicament. «Il faut vraiment porter attention et suivre les gens dès le premier jour de leur thérapie», a-t-elle indiqué hier lors d'une interview accordée au réseau NTR, le service radio de la Presse canadienne.

Selon elle, il n'est peut-être pas nécessaire de déconseiller complètement la prescription d'un médicament comme le Vioxx, pourvu que l'on évalue sérieusement les risques qu'il constitue pour le patient. «Il y a certaines personnes pour qui c'est le seul médicament qui peut fonctionner pour leur enlever leur douleur et leur inflammation, a-t-elle noté. C'est vraiment une question d'équilibre entre les risques et les bénéfices chez chaque individu.»