Edmonton prépare des réformes radicales en santé

Edmonton — Une loi ayant déjà incité des centaines d'Albertains à prendre d'assaut la législature provinciale afin de protester contre la privatisation des soins de santé est menacée de disparition. Le gouvernement provincial prépare des réformes de la santé encore plus radicales qui, craignent certains observateurs, donneront le feu vert à un système de soins de santé similaire à celui en vigueur aux États-Unis.

Alors qu'elle faisait encore l'objet de débats en tant que projet de loi 11, la loi sur la protection des soins de santé avait poussé 10 000 personnes à manifester leur opposition. Le gouvernement du premier ministre Ralph Klein avait alors consenti à un compromis, ajoutant au texte législatif un préambule garantissant que l'Alberta n'enfreindrait pas la Loi canadienne sur la santé.

Le gouvernement de la province se prépare maintenant à remplacer cette législation par la nouvelle loi sur l'assurance santé, visant à offrir un plus grand choix à ceux qui sont disposés à payer pour obtenir des soins plus rapidement, une orientation qui pourrait bien aller à l'encontre de la loi fédérale.

Cette nouvelle loi fait partie du modèle dit de la troisième voie, qui, selon M. Klein, se situera quelque part entre un système totalement public et un système entièrement privé.

«Tout ce que nous observons laisse entendre que nous nous approchons de plus en plus du modèle américain», a déploré Wendy Armstrong, représentante en Alberta de l'Association des consommateurs du Canada.

«Je ne crois pas du tout que cela se rapproche de ce que font les Américains», a quant à elle affirmé la ministre de la Santé de l'Alberta, Iris Evans.