Les vertus morales du programme de Québec solidaire

Un des outils d’analyse du sociologue Max Weber est sa catégorisation des motifs de l’action sociale. Selon le sociologue, il existe deux types de rationalité qui se concurrencent pour définir l’action politique: l’action rationnelle en finalité et l’action rationnelle en valeur.
Illustration: Tiffet Un des outils d’analyse du sociologue Max Weber est sa catégorisation des motifs de l’action sociale. Selon le sociologue, il existe deux types de rationalité qui se concurrencent pour définir l’action politique: l’action rationnelle en finalité et l’action rationnelle en valeur.

Deux fois par mois, Le Devoir lance à des passionnés de philosophie et d’histoire des idées le défi de décrypter une question d’actualité à partir des thèses d’un penseur marquant.

Lors de son dernier congrès, Québec solidaire a renoncé au compromis Bouchard-Taylor dans le débat sur la laïcité et a adopté une position beaucoup plus permissive à l’égard du port de symboles religieux par les employés de l’État. Le parti rejette maintenant toute interdiction concernant le port de signes religieux par les employés de l’État, ce qui en fait le parti le plus permissif de l’Assemblée nationale à cet égard. L’article de Mylène Crête qui relate l’événement (« Québec solidaire abandonne le compromis Bouchard-Taylor », Le Devoir, 31 mars 2019) fait mention d’une intervention où une militante invitait l’assemblée à choisir cette option pour être cohérente avec les valeurs du parti. Cette recherche de cohérence et de pureté morale, qui est une constante à QS, peut être analysée sous la lorgnette du sociologue Max Weber, qui a étudié les logiques qui président aux décisions sociales et politiques.
 

Photo: Cégep Lionel-Groulx Ian de Valicourt

Max Weber est le père de la sociologie dite compréhensive. Le but de cette perspective sociologique est de comprendre les motivations éthiques, idéologiques et personnelles qui sont profondément intégrées chez les acteurs sociaux. Ces motivations intersubjectives sont constitutives des actions comprises comme des phénomènes sociaux dont il faut rendre compte. Pour la sociologie wébérienne, la société n’est pas étudiée comme un tout déterminé par des structures sociales, mais comme une collectivité qui se définit d’abord par les motivations de ses membres. Ainsi, ce sociologue offre un cadre d’analyse qui permet de jeter un éclairage nouveau sur les choix opérés par les acteurs sociaux.

Un des outils d’analyse de Weber est sa catégorisation des motifs de l’action sociale. Selon le sociologue, il existe deux types de rationalité qui se concurrencent pour définir l’action politique : l’action rationnelle en finalité et l’action rationnelle en valeur. La première est plus proche de la définition usuelle de la notion : elle recherche une adéquation entre l’objectif qui est visé et les moyens que l’on déploie pour le réaliser. En gros, les fins visées par des projets rationnels en finalité sont ici cohérentes les unes avec les autres, et les moyens d’y parvenir sont réalistes et efficaces.

Par contre, c’est la rationalité en valeur qui inspire avant tout le programme de Québec solidaire. Cette rationalité stipule que les valeurs et les idéaux comptent plus que tout autre paramètre dans l’élaboration des objectifs du parti. L’action rationnelle en valeur « est une action réfléchie ordonnée à des valeurs ou des impératifs éthiques ou religieux » envers lesquels l’individu se sent engagé. Ce qui la distingue de la précédente est l’absence de prise en compte par l’agent des conséquences envisageables », écrit la philosophe Catherine Colliot-Thélène dans son ouvrage La sociologie de Weber. Cela fait en sorte, à la rigueur, qu’une telle action peut viser divers objectifs qui sont inconciliables.

Idéal inclusif

Mais pourquoi avançons-nous que Québec solidaire est avant tout inspiré par cette rationalité en valeur ? Constatons d’abord que certains des objectifs de Québec solidaire sont difficilement conciliables. Ses membres viennent de se doter du projet politique le plus permissif en ce qui a trait au port des signes religieux par les employés de l’État. Cette position, vertueuse pour certains, est certes cohérente avec l’idéal inclusif du parti, mais elle est loin d’attirer la sympathie d’un électorat largement gagné à la conception plus ferme de lalaïcité défendue par la Coalition avenir Québec et le Parti québécois. Si ce n’était que cela le problème, le parti pourrait effectivement se targuer d’être vertueux et de ne pas sombrer dans de basses considérations électoralistes, mais le problème est que, par ailleurs, le programme dit vouloir mettre en avant une « démocratie participative et inclusive » en remettant à la population québécoise ses pleins pouvoirs dans l’élaboration de la Constitution du pays du Québec, par exemple. Il apparaît difficile de défendre avec autant de conviction une démocratie quasiment directe dans l’élaboration d’un texte de loi fondateur tout en énonçant une politique sur la laïcité qui va à l’encontre de l’opinion de deux tiers des Québécois. Bref, la conception de laïcité permissive et ouverte de QS se concilie très mal avec son idéal démocratique. Ces idéaux incarnent, pour ses membres, une haute valeur morale, mais les chemins pour les accomplir sont tortueux, voire contradictoires.

Il en va de même pour le volet économique de ce parti aux velléités socialistes. Sa plateforme électorale promettait la nationalisation de compagnies de transport en commun, de l’énergie éolienne et des mines de lithium. En plus, son programme avance la possibilité de nationaliser les grandes entreprises forestières et l’industrie minière. Outre le coût extravagant de ces nationalisations, on saisit mal comment l’État pourrait financer l’achat d’un secteur aussi polluant que les mines tout en nous assurant, de l’autre main, qu’il fera tout pour diminuer l’empreinte écologique des Québécois. Pour honorer les lourds emprunts liés à une telle nationalisation, il faudrait assurer à ces mines un haut niveau de production, voire un accroissement de leurs activités, un peu comme on l’a fait avec Hydro-Québec. C’est un peu comme si René Lévesque avait voulu convaincre les citoyens des mérites de la nationalisation des compagnies d’électricité en prévenant qu’Hydro-Québec diminuerait la production. Risquons ce dilemme qui n’est qu’à moitié faux : soit les engagements les plus importants de QS ne sont que des paroles en l’air impossibles à concrétiser, soit ils conduiraient à la faillite de l’État québécois, ce qui allégerait effectivement notre bilan d’émissions de gaz à effet de serre. Bref, on peut encore ici se demander si ces nobles idéaux sont conciliables et réalisables.

Cohérence

Comment expliquer que ce programme politique suscite l’engouement d’une partie non négligeable de l’élite intellectuelle ? C’est que, pour Weber, l’action rationnelle en valeur se définit comme la « croyance en la valeur intrinsèque inconditionnelle — d’ordre éthique, esthétique, religieux ou autre — d’un comportement déterminé qui vaut pour lui-même et indépendamment de son résultat ». Il s’agit ici d’un mobile de l’action sociale qui est rationnel dans la mesure où l’acteur social cherche avant tout la cohérence entre sa prise de position et son idéal. Ainsi, on peut comprendre que des citoyens votent pour ce parti avant tout en raison de ses grands idéaux.

Il faut accorder que cette rationalité en valeur qui motive les militants de QS est alimentée par une critique pertinente du néolibéralisme. Après toutes les dérives qu’on peut associer au capitalisme globalisé, il est compréhensible que des citoyens éclairés remettent en question la rationalité instrumentale pure qui est à l’oeuvre dans ce mode de production économique. Les crises passées, présentes et à venir peuvent justifier cet attachement aux idéaux solidaires.

Le problème toutefois est que la rationalité en valeur, à l’oeuvre dans cette éthique de la conviction, est comparée par Max Weber à une forme de pensée magique : « Le chrétien fait son devoir et, en ce qui concerne le résultat de son action, il s’en remet à Dieu. » À cet égard, il n’y a qu’un pas à faire entre le cas de figure de ce chrétien puriste décrit par Weber et le rejet de l’entente électorale ponctuelle avec le PQ, sous prétexte que ce parti était néolibéral et raciste. Les militants de cette assemblée souveraine étaient sans doute si convaincus de la pureté de leurs valeurs qu’ils ne voulaient les souiller sous aucun prétexte. Il faut noter qu’au moment même de ce congrès, un sondage créditait l’option politique d’une alliance QS-PQ de 39 % des voix. Cette alliance permettait d’espérer l’élection d’un gouvernement certainement plus équitable et environnementaliste que celui de la CAQ, considérée aujourd’hui par les porte-parole de QS comme une menace pour la planète. Comme quoi, parfois, la pureté morale est un obstacle à l’intérêt général.

Raison d’être

Max Weber ne renie pas pour autant la rationalité en valeur. Celle-ci donneune raison d’être au politicien, mais elle doit être conciliable avec un pragmatisme certain. Les plus grands hommes politiques sont ceux qui peuvent prêter allégeance à une cause plus grande qu’eux : « Engageant par ses choix le devenir de la nation, [l’homme d’État] prend une responsabilité dont il est comptable devant ses contemporains, et plus encore envers les générations à venir », écrit le sociologue. Il importe de formuler des projets collectifs certes inspirants, mais aussi réalisables et responsables.

En guise de conclusion, on doit se réjouir que François Legault et son parti aient accepté de mettre en oeuvre un projet de réforme électorale. Avec une représentation plus proportionnelle de nos élus, un parti de convictions comme QS pourrait s’allier à d’autres partis pour contrer le capitalisme sauvage ; avec le Parti libéral, QS pourrait défendre les droits de minorités qu’il juge opprimées. Mais il faudrait que dans ce futur hypothétique, il accepte de tisser des alliances avec des partis qui, moins candides que lui, sont susceptibles de faire avancer la nation vers des objectifs réalisables et non contradictoires. Autrement, on voit mal comment ce programme pourrait en être un de gouvernement.

Des suggestions ? Écrivez à Robert Dutrisac : rdutrisac@ledevoir.com



À voir en vidéo