Emmanuel Macron et les gilets jaunes: entre idéologie et utopie

Le philosophe Paul Ricœur met en parallèle l’utopie et l’idéologie en rappelant que si l’idéologie permet de conserver le pouvoir ou de cimenter l’identité, l’utopie suspend le réel en le projetant dans le «nulle part».
Illustration: Tiffet Le philosophe Paul Ricœur met en parallèle l’utopie et l’idéologie en rappelant que si l’idéologie permet de conserver le pouvoir ou de cimenter l’identité, l’utopie suspend le réel en le projetant dans le «nulle part».

Deux fois par mois, Le Devoir lance à des passionnés de philosophie et d’histoire des idées le défi de décrypter une question d’actualité à partir des thèses d’un penseur marquant.

Emmanuel Macron a fréquemment rappelé son admiration pour le philosophe Paul Ricoeur, dont il fut brièvement l’assistant éditorial. Si rien dans le programme de l’ex-banquier ne rappelle l’oeuvre du penseur, les supposés rapprochements rapportés entre Ricoeur et le président ont fait grand bruit. Les défenseurs et les détracteurs de sa philosophie ont cherché à déceler ce qui du premier pouvait bien se retrouver chez le second. Cette polémique est inutile. Un tel rapprochement devrait plutôt souligner ce que la crise actuelle donne à penser.

Pour Ricoeur, le monde dans lequel nous vivons est humain parce qu’il est avant tout symbolique : l’existence et le temps vécu ne sont compréhensibles qu’à travers des médiations (signes, récits, oeuvres) toujours fragiles et imparfaites, constamment susceptibles d’être interprétées. Sa pensée se veut ainsi l’exploration des puissances de l’imaginaire. L’imagination telle qu’il la conçoit permet de décrire, d’interpréter et de reconfigurer le monde autrement. C’est par l’imagination que citoyens comme politiciens peuvent inventer des solutions. Si l’unité de l’oeuvre de Ricoeur se situe dans le problème de l’imagination, que pourrait en retenir Macron ?

L’imaginaire social prend deux formes qui se répondent de manière conflictuelle : l’idéologie et l’utopie. C’est d’abord l’aspect « pathologique » des deux phénomènes qui semble évident, particulièrement dans le présent conflit : alors que l’idéologie apparaît comme un processus de distorsions et de dissimulations par lequel une classe dominante légitime son usage du pouvoir, l’utopie serait une sorte de fuite qui ne se soucie pas des conditions nécessaires à la réalisation du changement social. Cela dit, l’imagination n’est pas qu’une déformation de la réalité : elle possède une fonction à la fois intégrante et subversive.

L’idéologie

Le jeune Marx définissait l’idéologie comme une image inversée et renversée de la réalité. Il y a, rappelait-il, ce que les hommes font (praxis) et ce qui vient masquer ou falsifier cette action par la représentation imaginaire (idéologie). La première tâche d’une pensée révolutionnaire est d’éclairer le rapport entre représentation et réalité. Ricoeur soutient que cet éclairage peut provenir d’une interprétation du politique où l’exercice de l’imagination est toujours déjà intimement lié à l’agir humain, thèse selon laquelle l’imagination élargit notre compétence à être affecté par l’histoire. Or, Macron écoute-t-il ce que le peuple lui dit ? Peut-il être touché par les délibérations publiques et le « grand débat national » au point de revoir son programme politique ?

Alors que Macron s’est fait élire sur cette idée qu’il oeuvrait uniquement par pragmatisme, plus soucieux d’efficacité que de partisanerie, Ricoeur rappellerait que ce manque d’idéologie dissimule en réalité une posture néolibérale et individualiste. En exemple, pour Macron, le chômage relèverait davantage d’un problème individuel (le citoyen ne convertit pas ses chances) que d’un épiphénomène lié à la mondialisation (manque de répartition des richesses, délocalisation, etc.). Son idéologie repose donc sur la récupération d’une image essentielle aux temps modernes : celle du self-made man entrepreneur. La contestation provenant surtout des milieux ruraux et périurbains, il est clair qu’une « majorité silencieuse » ne se reconnaît plus dans cette image de l’élite urbaine qui a réussi.

En profitant d’une confusion sans cesse réitérée entre progrès collectif et émancipation du sujet, non seulement la (non-)idéologie macronienne dissimule et tord un intérêt individualiste où l’État se dérobe à ses responsabilités, mais elle s’avère aussi justificatrice, particulièrement lorsque ses idées dominantes se font passer pour des nécessités économiques. La rhétorique politique conduit généralement les citoyens à croire en la nécessité d’intérêts supposément universels et collectifs, intérêts qui, en réalité, sont trop souvent particuliers et individuels ; ici, le problème est qu’une bonne frange de la population ne croit plus en cette prétendue nécessité.

Cette prétention à la légitimité devrait, pour être acceptée par le peuple, s’incarner dans un imaginaire des récits fondateurs. C’est ici que Macron faillit, car son récit en appelle davantage à une élite financière qu’à une collectivité qui s’érode. On retrouve alors la dernière fonction de l’idéologie selon Ricoeur, celle de l’intégration à la mémoire historique. Pour que les membres d’une communauté s’identifient à un récit collectif donnant consistance à leurs valeurs et à leurs choix, une réactualisation constante de l’événement fondateur est nécessaire : la réalisation, chaque samedi, des grèves remplace le discours désincarné des politiques et permet de consolider l’identité des révoltés, dont le gilet jaune demeure une métonymie très parlante.

Macron sera responsable s’il est conscient de la perversion possible de ce processus de légitimation, un processus qui n’est pas « mauvais » en soi. Si la fonction intégrante de l’idéologie permet au groupe de croire en son identité, c’est qu’elle est le liant de la collectivité, ce qui garantit sa cohérence. C’est son « identité narrative ». Ce n’est pas l’idéalisation d’une identité qui est néfaste ; c’est sa distorsion qui l’est. S’il est moindrement courageux, Macron saura voir les dangers qui relèvent de sa propre idéologie, l’expérience démocratique n’étant jamais exempte d’inégalités ou de violences, particulièrement dans ses heurts avec l’autorité et le pouvoir.

L’utopie

Ricoeur met en parallèle l’utopie et l’idéologie en rappelant que si l’idéologie permet de conserver le pouvoir ou de cimenter l’identité, l’utopie suspend le réel en le projetant dans le « nulle part ». Les deux expressions de l’imaginaire social seraient complémentaires tout en étant conflictuelles.

En proposant une société parallèle, l’utopie projette l’identité du social-historique vers un ailleurs qui est aussi un non-lieu. L’utopie se définit avant tout par sa fonction : contestation dece-qui-est et appel à un nouveau système, notamment, dans la crise actuelle, par le projet d’un référendum d’initiative citoyenne. De fait, le dispositif de démocratie directe souhaité est une réponse radicale au conservatisme de l’idéologie libérale. Dans sa remise en question du pouvoir, l’utopie vise donc des aspirations réelles, quoique draconiennes.

Le danger de l’utopie, cela dit, est à l’inverse de celui de l’idéologie : alors que la pathologie de l’idéologie repose dans sa tendance à tordre la réalité, celle de l’utopie conduirait à ne pas assez considérer les exigences inconciliables de la réalité politique, par exemple, les ambiguïtés propres à l’usage de l’autorité ou encore les contradictions se dressant entre l’idéal de justice et celui d’égalité. Ce manque d’ancrage au réel pourrait devenir la source de nouvelles constructions idéologiques qui, à leur tour, échapperaient à la logique de l’action pour verser dans la violence et la récupération. Auto-organisé et caractérisé par son horizontalité, le mouvement des gilets jaunes propose des revendications non officielles portées par un discours et des actes effectivement susceptibles d’être récupérés. Rappelons que plusieurs de ses propositions sont proches de la gauche radicale tout en étant compatibles avec l’extrême droite.

Or, Ricoeur rappelle que l’utopie a, au-delà de sa forme pathologique, une fonction heuristique : elle maintient ouvert le champ des possibles, elle est une force émancipatrice. Dans un contexte où les rationalisations économiques et identitaires étouffent la vie, ce qui permet de penser autrement peut potentiellement raviver l’action politique.

Le langage fragile de la démocratie

Qu’a retenu Macron de la pensée de Ricoeur, dont l’horizon éthique était la visée vers une vie bonne dans des institutions justes, où les capacités de chacun sont reconnues ? Pourrait-il réinvestir la quelconque compréhension qu’il en a dans son programme ? Peut-être, et c’est souhaitable, mais rien n’est moins sûr dans la mesure où l’expérience politique implique toujours une part d’arbitraire. Et c’est sans compter le fait qu’elle se nourrit d’un langage équivoque, souvent irréfléchi : un langage fragile. Ce langage politique, rappelle Ricoeur, est « rhétorique non par vice, mais par essence. Ce qui fait sa limite fait aussi sa grandeur ». C’est là son paradoxe : la politique n’est pas un mal en soi, mais elle offre la possibilité d’exercer une violence, une totalisation, une absence de prise en compte de la réalité.

Si l’imaginaire utopique peut servir de rupture avec le pouvoir conservateur de l’idéologie, cette dernière peut agir telle une fonction intégratrice dans ce système symbolique qu’est la société. Autrement dit, l’utopie est nécessaire afin de critiquer le conservatisme de l’idéologie, mais le rêve d’un autre monde n’est à son tour possible que sur le fond d’une identité narrative formée par le pouvoir instituant de l’imagination.

La tension qui existe entre idéologie et utopie atteste de la nature conflictuelle de la démocratie. Macron ne peut trouver par lui-même de solutions philosophiques aux apories de son temps parce qu’il n’y a pas, à proprement parler, de « politique philosophique » : ce travail doit avoir lieu de pair avec les citoyens, peu importe leur allégeance. Force est de constater que le mouvement actuel souligne, peut-être malgré lui, qu’un accomplissement de la liberté individuelle est indissociable d’une éthique de la solidarité. Ce n’est plus aux seuls dirigeants d’investir de philosophie l’action politique : les citoyens possèdent eux aussi cette capacité.

Des suggestions ? Écrivez à Robert Dutrisac.

3 commentaires
  • Marc Therrien - Abonné 16 février 2019 09 h 22

    Être au monde, du monde, dans son monde,


    On peut penser que si «l’imaginaire social prend deux formes qui se répondent de manière conflictuelle : l’idéologie et l’utopie», c’est que celui-ci est d’abord constitué d’individus divisés eux-mêmes et séparés entre eux entre leurs moi idéalisé, cette tendance infantile à se reconnaître comme le bien et à désigner l’extérieur comme le mal, et l’idéal du moi qui désigne les valeurs positives auxquelles ils aspirent. Qu’il est donc difficile pour l’humain d’être lui-même dans ce monde toujours déjà là qui est «avant tout symbolique» qui le constitue et qu’il constitue par sa pensée à travers «des médiations (signes, récits, oeuvres) toujours fragiles et imparfaites, constamment susceptibles d’être interprétées.» Comme notre image de la réalité, ou les notions structurant cette image, sont le produit de l'esprit humain en interaction avec cette réalité et non le reflet exact de la réalité elle-même, celle-ci devient alors une invention à plusieurs dans laquelle l’individu se retrouve divisé en lui-même et entre les autres entre ce qu’il pense qu’il est et ce que les autres voudraient qu’il soit. Comme le dirait un psychanalyste : faut pas trop s’en faire, car même si on fait tout ce qu’il faut pour parler pour être compris, on est toujours un peu mal interprété par Autrui, cet autre moi qui n’est pas moi, qui est d’abord pour moi l’être pour qui je suis un objet, qui me dévore du regard et me mange, pour paraphraser Sartre.

    Ainsi, ce monde de l’imaginaire souffre souvent d’incohérence qui est marquée par cet écart plus ou moins grand entre le discours sur l’idéal et les actions posées dans la pratique qui créent le réel construit à plusieurs. Le mensonge à soi-même et les promesses à Autrui sont alors le moyeu et la jante de cette grande roue du monde imaginaire enchanté dans lequel le réel trop souvent décevant montre qu’il peut très bien se passer de l’idéal.

    Marc Therrien

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 16 février 2019 12 h 14

    Bref !

    « Ce n’est plus aux seuls dirigeants d’investir de philosophie l’action politique : les citoyens possèdent eux aussi cette capacité. » (Simon Castonguay, Professeur, Littérature, CÉGEP, Vieux-Montréal, Doc Philosophie, U Laval et Paris-Est)

    Oui, en effet, lorsque les dirigeants méconnaissent leur électorat en le privant d’intelligence, les gilets jaunes, des citoyens heureux, vont apparaître !

    Ce genre d’apparition n’est pas nouveau dans l’Histoire politique humaine, dont plusieurs dirigeants risquent leur peau s’ils demeurent « silencieux » devant ou derrière des situations malheureuses, des situations susceptibles de miner cette confiance entre les éluEs et l’électorat !

    Bref ! - 16 fév 2019 -

  • Jérôme Faivre - Inscrit 17 février 2019 10 h 21

    Grosse construction, petite conclusion

    Le sujet de l'influence de Paul Ricœur sur le président Macron date déjà d'un certain temps.
    Dans le journal l'Humanité du 1 décembre 2017, la question était posée à trois spécialistes du philosophe. « Que reste-t-il de Paul Ricœur chez Emmanuel Macron » ?
    Le premier a répondu d'emblée:« Je ne vois pas en quel sens un dirigeant politique pourrait être le continuateur d’un philosophe. Aucune philosophie n’est destinée à être simplement mise en œuvre de manière programmatique».
    On peut en effet penser qu' actuellement, Mme Macron a probablement plus d'influence que le philosophe.

    Un peu plus loin, un autre note que le philosophe «aura ainsi proposé des concepts duels qui se corrigent mutuellement de leurs excès : le travail mais avec la parole, la critique mais avec la conviction, l’éthique avec la morale, l’amour avec la justice, l’histoire avec la mémoire...», et, ce qui est décrit ici, «l’idéologie avec l’utopie»
    On retrouverait ainsi une certaine inspiration pour le «en même temps», la recherche permanente d'une troisième voie en se passant des anciens porteurs du discours, et en ne tombant pas dans les ornières de la synthèse marxiste . «C'est mon projet», hurle t-il en campagne électorale.
    Si c'est le cas, le résultat n'est pas terrible, pagaille en France depuis six mois. On aurait pu se passer des conseils du philosophe au Prince. Ça craint pour la praxis !

    Mais il y a bien d'autres façons d'aborder les futurs heureux ou catastrophiques que cette approche inquiète de conciliation entre deux «pathologies». Pas nouveau sous le soleil: l'idéologie est le moyen nécessaire pour essayer de rendre réel des utopies, religieuses ou non, qui évoluent avec le temps, les techniques et les récits, c'est-à-dire les fameuses «narrations».

    Finalement toute cette construction pour en arriver à la suggestion qu'un peu de philosophie ferait du bien aux gilets jaunes, ces citoyens qui se proclament plus citoyens que les citoyens: certes, mais ?...