Aquin et l’affichage: de la fatigue à l’indifférence?

Manifestation pour la loi 101 en mars 1989
Photo: Chantal Keyser Le Devoir Manifestation pour la loi 101 en mars 1989

Deux fois par mois, Le Devoir lance à des passionnés de philosophie, d’histoire et d’histoire des idées le défi de décrypter une question d’actualité à partir des thèses d’un penseur marquant.

Photo: Pedro Ruiz Le Devoir L'auteur, Éric Poirier

Le 12 avril 2016, la Cour supérieure confirmait, dans un jugement passé complètement inaperçu, la décision qu’avait rendue la Cour du Québec en janvier 2015 dans l’affaire Boulangerie Maxie’s. Onze petits commerçants de la région de Montréal, reconnus coupables d’infractions à la Charte de la langue française, revenaient à la charge avec des arguments bien connus : leur affichage commercial bilingue ou unilingue anglais ne respectait pas la règle de la nette prédominance du français, mais les accusations à leur endroit devaient tomber puisque les dispositions de la loi 101, présentées comme contraires aux droits protégés par les chartes canadienne et québécoise des droits, seraient inconstitutionnelles. Débouté en Cour supérieure, leur procureur portait la cause en appel. Le 3 juin 2016, le plus haut tribunal québécois accueillait la requête pour permission d’en appeler.

Troisième fois

Pour la troisième fois depuis l’adoption de la loi 101 en 1977, la Cour d’appel se prononcera sur la constitutionnalité des règles encadrant la langue de l’affichage au Québec. Évidemment, l’affaire Boulangerie Maxie’s fait mentir Camille Laurin, ministre d’État au Développement culturel dans le gouvernement de René Lévesque et père de la loi 101, qui entendait doter le Québec d’un instrument devant clore le débat sur le statut du français.

En ce sens, la réouverture du dossier de l’affichage est l’occasion d’en proposer une lecture à la lumière de la thèse défendue par Hubert Aquin (1929-1977) dans La fatigue culturelle du Canada français, qui est parue en 1962 dans la revue Liberté. L’intellectuel verrait d’abord dans cette affaire l’expression concrète d’une attaque menée contre ce qu’il appelait la « culture globale » du Québec.

L’abolition de la culture globale du Québec

En 1977, la loi 101 manifestait de façon éclatante le caractère « global » de la culture québécoise. Dorénavant, l’État du Québec serait un État de langue française ; les Québécois pourraient, grâce à cette langue et sans qu’il y ait besoin d’en maîtriser une seconde, participer à toutes les affaires de la cité et saisir toutes les chances que leur offre la société québécoise. D’une certaine façon, le Québec prenait la place qui lui revient et engageait un dialogue d’égal à égal avec les autres nations. Ainsi, la langue (ou la culture) n’était pas, comme l’écrivait Aquin à juste titre, « que l’aspect artistique et cognitif d’un groupe », ou l’aspect « divertissant ». Avec la loi 101, le français devenait la langue dans laquelle s’exprimerait le pouvoir au Québec.

Dans La fatigue culturelle du Canada français, Aquin affirmait que, du point de vue d’Ottawa, « les manifestations globales » de la culture québécoise menacent l’ordre établi. Selon l’auteur, cherchant à être seul à exprimer la « globalité », le pouvoir central devait briser toute prétention « globalisante » de la culture québécoise, comme constituant une remise en cause du lien politique unissant le Québec au Canada.

Pour Aquin : « Seule l’abolition de la culture globale canadienne-française peut causer l’euphorie fonctionnelle au sein de la Confédération et permettre à celle-ci de se développer “normalement” comme un pouvoir central au-dessus de dix provinces administratives et non plus de deux cultures globalisantes. » Un coup en ce sens viendrait en 1982.

« Provincialisé »

Avec l’adoption en 1975 de la Charte québécoise des droits et libertés, le Québec s’inscrivait, à sa façon, dans le mouvement universel en faveur des droits de l’homme. Toutefois, en 1982, l’entrée en vigueur de la Charte canadienne, malgré l’opposition du Québec, bouleversait le paysage. Dorénavant, les droits fondamentaux allaient trouver leur source dans un document enchâssé dans la Constitution canadienne, applicable en principe uniformément d’un océan à l’autre et interprété en dernier appel par les juges de la Cour suprême nommés unilatéralement par le pouvoir central. La Charte québécoise des droits perdait alors son autonomie et devenait le relais de l’interprétation donnée aux droits prévus dans le document constitutionnel canadien. Dans une perspective aquinienne, 1982 est l’expression de la volonté de briser le caractère « global » de la culture québécoise, de « déréaliser » et d’« écraser dialectiquement » le Québec. Conséquence de l’entrée en vigueur de la Charte canadienne, celui-ci ne pourrait plus participer par lui-même au mouvement universel en faveur des droits de l’homme. Il était « régionalisé » ou « provincialisé ».

En 1988, dans l’arrêt Ford confirmant le jugement de la Cour d’appel du Québec, la Cour suprême invalidait les dispositions de la loi 101 qui exigeaient généralement l’usage exclusif du français dans l’affichage commercial. Celles-ci étaient jugées contraires aux chartes des droits, telles qu’interprétées depuis 1982. La Cour suprême ajoutait toutefois que la nette prédominance du français pourrait se justifier au regard de ces chartes. Constatant les modifications apportées à la loi 101, alors que le législateur québécois y intégrait cette suggestion, en partie en 1988, puis complètement en 1993, Aquin y verrait la confirmation d’un Québec « fonctionnarisé ».

La fonctionnarisation du Québec

Hubert Aquin proposerait l’analyse suivante : pour le Québec « fonctionnarisé », la loi 101 se voyait renforcée par l’intégration de la nette prédominance. Car dans sa nouvelle mouture, la politique linguistique québécoise se voyait « acceptée » par le pouvoir central. « Le Canada français, depuis qu’il est encadré par une structure qu’il n’invente pas, de dire Aquin, ne connaît pas d’autre responsabilité, ni d’autre inconvénient que ceux qui sont inhérents à la subordination de toute fonction à un organisme. »

Dans cette logique, dira Aquin, il n’y a pas d’autre destin pour les Québécois que celui de « justifier leur existence », de chercher la reconnaissance du pouvoir central. Le « Canada français, fonctionnaire collectif, ne fait pas d“'histoire” et n’en veut pas avec ses patrons », d’ajouter Aquin. Selon ce dernier, la nette prédominance, finalement acceptée au Québec, ne serait qu’une illustration de sa subordination qui s’exprimerait comme celle d’un fonctionnaire acceptant ses fonctions.

Fini donc les prétentions « globalisantes » de la culture du Québec, pour reprendre les mots d’Aquin. Le projet québécois passerait de la volonté d’être à celui de devenir « indispensable à la destinée de l’Autre ». Pour l’auteur, « l’existence du groupe canadien-français ne peut se justifier que si, demeurant greffé à sa majorité anglophone, celle-ci en arrive à ne plus pouvoir se passer de celui-là ». Désormais, avec l’intégration dans la loi 101 d’une version adaptée au Québec du bilinguisme canadien, Aquin affirmerait que le « Canada français » détient un rôle « dans une histoire dont il ne serait jamais l’auteur ». Mais une histoire rassurante et apaisante ; le Québec n’aurait pas à en assumer les possibles travers. « L’Histoire étant évidemment dévolue au peuple canadien-anglais, il ne nous resterait qu’à la prendre comme on prend un train », de rappeler Aquin. La loi 101 pourrait devenir une grande loi canadienne.

Puis, dans ce rôle de « fonctionnaire », c’est, selon Aquin, « l’État fédéral qui nous protège contre nous-mêmes ». En 2001, lorsqu’on contestait pour une deuxième fois la validité des dispositions de la loi 101 sur l’affichage commercial (en l’occurrence l’exigence de la nette prédominance), la Cour d’appel confirmait, dans l’arrêt Entreprises W.F.H., qu’il revient aux commerçants qui préfèrent le simple bilinguisme à la nette prédominance de prouver que cette dernière mesure ne se justifie plus comme elle se justifiait aux yeux de la Cour suprême en 1988. Grâce à l’arrêt Ford, le fardeau de la preuve reposait désormais sur les commerçants fautifs. Québec n’avait donc plus besoin de voler au secours de la loi 101 ; un arrêt de la Cour suprême s’en chargerait. Comme l’écrivait Aquin, en tant que « fonctionnaire », le Québec « jouit de tous les avantages de la fonction (salaire, honneurs, sécurité, promotion) ». Seul bémol : le débat pouvait reprendre, obligeant les Québécois à constamment revenir « justifier leur existence ». Un tel climat ne pourrait qu’entretenir la « fatigue culturelle » du Québec telle que la pressentait Aquin.

La fatigue culturelle du Québec

Ce qui nous ramène à l’affaire Boulangerie Maxie’s. Devant la Cour du Québec, le procureur général du Québec prenait les devants et présentait une preuve de la fragilité du français. Selon son témoin expert, les données récentes démontreraient que « le français comme langue d’usage poursuit sa trajectoire vers un statut de langue minoritaire » sur l’île de Montréal (traduction libre). Sa conclusion était sans ambiguïté : « la population francophone du Québec déclinera inévitablement » (traduction libre). Au terme du débat, la validité constitutionnelle de la nette prédominance était confirmée. La preuve n’indiquait pas que la situation du français au Québec s’était améliorée au point où les dispositions en cause de la loi 101 ne se justifiaient plus. C’était donc la fragilité du français qui en permettait le maintien.

Chaque décennie

Évidemment, la loi 101 ne se résume pas à ses dispositions sur l’affichage. Il faut néanmoins reconnaître l’importance des questions posées dans l’affaire Boulangerie Maxie’s du fait qu’elles se posent chaque décennie depuis l’adoption de la loi 101 en 1977. Si la Cour d’appel confirmait le jugement de la Cour supérieure en se fondant sur la fragilité du français, c’est le déclin, plutôt que la volonté d’être, qui pourrait apparaître comme le moteur de la politique linguistique québécoise. Puis, avec le déclin vient la fatigue.

La répétition des mêmes contestations vis-à-vis de la loi 101, des mêmes justifications, pourrait, selon les termes employés par Aquin, alimenter « un peuple blasé qui ne croit ni en lui, ni en rien ». Avec la fragilité érigée en projet de société, ne serait-il pas « beaucoup plus reposant de cesser d’exister », comme l’écrivait Aquin ? Pour ce dernier, la « culture canadienne-française offre tous les symptômes d’une fatigue extrême : elle aspire à la fois à la force et au repos, à l’intensité existentielle et au suicide, à l’indépendance et à la dépendance ».

Le jugement du 12 avril dernier est, rappelons-le, passé complètement inaperçu. Les Québécois ne se soucient peut-être plus du statut de leur langue comme ils s’en souciaient au moment de l’adoption de la loi 101. Même que les jugements de la Cour du Québec et de la Cour supérieure n’ont été publiés qu’en anglais. Dans un État où la langue officielle demeure le français, mais où les jugements traitant du statut de cette langue ne sont publiés qu’en anglais, Aquin ne manquerait pas d’y voir un signe de « fatigue culturelle ». « [L]’auto-punition, le masochisme, l’auto-dévaluation, la “dépression”, le manque d’enthousiasme et de vigueur », voilà de quelles façons s’exprime cette fatigue selon l’intellectuel. Peut-être y ajouterait-il aujourd’hui« l’indifférence ». Peut-on sortir de cette fatigue ? Aquin n’en doutait pas : « Un jour, nous sortirons de cette lutte, vainqueurs ou vaincus. » Cela sonne comme un possible ou une condamnation.

 

Des commentaires ? Écrivez à Antoine Robitaille: arobitaille@ledevoir.com.

Pour lire ou relire les anciens textes du Devoir de philo ou du Devoir d’histoire

5 commentaires
  • Claude Bernard - Abonné 10 septembre 2016 12 h 59

    Le génie est également un prophète

    Les écrits de Hubert Aquin sont la preuve de son génie prophètique.
    Qu'il ait pû décrire des decennies à l'avance notre «fonctionnarisation» est sans égal dans l'histoire de la littérature québécoise.
    La Révolution Tranquille contenait-elle dans son essence cette destinée indépendamment des manoeuvres d'Ottawa, c'est bien possible si l'on songe où nous en sommes dans l'Éducation Nationale, le Système de Santé, le Ministère du Transport et autres «bidules» qui nous freinent à chaque pas.
    Sans oublier les syndicats trop puissants, les paragouvernentales hors contrôle etc...
    Toutes ces structures ne dépendent que de nous.
    Le cas de la loi 101 serait-il un symptôme non seulement d'une fatigue culturelle mais aussi d'un constructivisme que nous aurions héritée de notre aliénation historique avec la pensée cartésienne centralisatrice et le manque de pragmatisme?
    Autrement dit, aurions-nous pu innover et faire preuve d'audace et de leadership dans la défense du français, même après 1982, si ce n'avait été de notre division politique?
    Il faut relire le texte de Abraham Lincoln intitulé: «House Divided Speech».

  • Alain Roy - Abonné 11 septembre 2016 09 h 53

    Géopolitique

    À la source de tout cela, la géopolitique. Nous sommes collés sur les fesses de la plus super et plus puissante des superpuissances que l'histoire ait connu jusqu'à date. Nous en bénéficions économiquement, et quoiqu'en disent nos misérabilistes patentés, nous formons une société prospère. Là où ça fait mal, c'est que cette même puissance, anglo-saxonne, nous inonde de toutes ses manifestations culturelles, musique, cinéma, télévision, internet, alouette. Bref un rouleau compresseur culturel contre lequel il est difficile de se défendre. Hélas, l'ennemi politique n'est pas au sud de Lacolle, mais à l'ouest de l'Outaouais...où, paradoxalement, les Anglos, complètement américanisés, n'ont rien à foutre des créations culturelles Canadian...(Peut-être que notre acharnement leur donne mauvaise conscience pour leur lâcheté culturelle).

    Malgré, ou à cause de la loi 101, il faut continuellement rappeler notre existence à nos colocs canadians, qui ne cachent plus leur mépris séculaire (voir la réaction du rhodésien Brad Wall) pour le fait franco-québécois.

    Préserver notre culture, et en prendre les moyens, est effectivement un fardeau, que nous trouvions essentiel et heureux d'assumer avec la loi 101, et que les générations actuelles prennent pour acquis. C'est notre guerre de cent ans, qui a doublé l'autre et qui va prendre fin, ou non, avec les catastrophes climatiques en devenir.

  • Pierre Raymond - Abonné 11 septembre 2016 13 h 16

    Quel prophète !

    Ce texte me donne envie de pleurer.

  • Loyola Leroux - Abonné 11 septembre 2016 18 h 46

    La fatigue physique des Québécois et la natalité

    On peut discourir longtemps sur la fatigue culturelle des Québécois, mais en fait il s’agit beaucoup de fatigue physique tout simplement. Cette fatigue qui a empeché les francophones du Québec de dépasser le taux de natalité du 1.7% alors que le taux de remplacement de la population se chiffre a 2.1%.

    Ajoutons que ce 1.7% inclus les femmes juives orthodoxes, les femmes immigrantes et oublie de mentionner les 33000 avortements depuis les années 1970.

    Existe-t-il un exemple dans l’histoire d’un peuple qui a assuré son avenir par une loi comme la Loi 101 ? Ce qui promet un futur radieux, un essor culturel, c’est le nombre de bébés tout simplement.

    PS : L’adoption de la Charte canadienne de 1982, est compréhensible dans la logique fédéraliste de Pierre-Elliot Trudeau. Mas quelqu’un peut il m’expliquer pourquoi le Québec a adopté la sienne en 1975 ? L’expérience nous apprend qu’une charte donne des pouvoirs supérieurs aux individus aux dépends de la collectivité. L'application d'une charte donne plus de pouvoirs aux juges non élus qu'aux députés représentant le peuple. Dans le cas d’une petite collectivité comme les francophones d’Amérique cela représente une grande difficulté car ils sont a la merci des juges nommés par le pouvoir fédéral.

  • Lise Bélanger - Abonnée 12 septembre 2016 13 h 11

    M. Poirier j'ai bien hâte de lire votre livre en octobre prochain.

    Votre texte est une merveille.

    Les québécois ne vivent pas dans la paix, nous sommes en survie d'un génocide culturel annoncé. Le stress de la guerre, ça épuise.

    Saurons-nous survivre? Cela dépend de notre résilience et surtout de notre capacité à conscientiser la situation par le plus grand nombre de québécois possible.

    Vous mentionnez ce jugement passé sous silence et je me pose la question: comment se fait-il qu'aucun journaliste ne soit affecté à cette question essentielle de la langue au Québec, peu importe le média?