Lord Acton et le nationalisme impérial du ROC

Selon Lord Acton, « la nationalité formée par l’État […] est la seule envers laquelle nous avons des devoirs politiques, et elle est, par conséquent, la seule qui a des droits politiques ».
Photo: Wiki Commons Selon Lord Acton, « la nationalité formée par l’État […] est la seule envers laquelle nous avons des devoirs politiques, et elle est, par conséquent, la seule qui a des droits politiques ».

Deux fois par mois, Le Devoir lance à des passionnés de philosophie, d’histoire et d’histoire des idées le défi de décrypter une question d’actualité à partir des thèses d’un penseur marquant.

Récemment, le comédien Jay Baruchel décidait de quitter Montréal et son quartier natal de Notre-Dame-de-Grâce. Il en profita pour partager son jugement au sujet de la société québécoise : « En plus de ce truc idiot [le débat sur l’indépendance], dont j’aimerais qu’il disparaisse, mais qui ne disparaîtra jamais, c’est le type de dialogue ethnique empoisonné qui m’a vraiment, vraiment laissé un goût amer. »

Baruchel faisait plus précisément référence à l’épisode de la charte de la laïcité, et il faut mentionner que son point de vue faisait écho à une perspective largement partagée par les médias anglophones du pays. The National Post, dans son éditorial du 23 août 2013 intitulé Shameful Silence on Quebec’s Xenophobia, l’exprimait de manière percutante : « Il est difficile de dire si Mme Marois est une xénophobe authentique cherchant à nettoyer la main-d’oeuvre de la province pour mieux la mettre à son image de Québécoise laïque ou si elle ne cherche pas plutôt à exciter sa base électorale tribaliste avec un enjeu diviseur ; ou un peu des deux. Mais peu importent ses motivations, cette loi est une insulte aux valeurs canadiennes. » Au Canada, c’est généralement entendu : une partie importante des Québécois sont des nationalistes « ethniques », quelque chose d’incompatible avec l’idéal « civique » promu dans le reste du pays.

Dans ces conditions, les leaders nationalistes du Québec sont, d’entrée de jeu, suspects. Et même lorsque René Lévesque nationalisait l’électricité avec l’aide de Jacques Parizeau, Pierre Elliott Trudeau ne dénonçait-il pas déjà un « pétage de bretelles nationaliste » ? Seymour, Nielsen et Couture, dans Rethinking Nationalism, relevaient cet a priori dans les réactions de la presse anglophone aux déclarations de Parizeau le soir du référendum de 1995 sur l’argent et les votes ethniques. Le Calgary Herald avait alors dénoncé la tendance du nationalisme québécois au « nettoyage ethnique », le Vancouver Sun prétendait que M. Parizeau comptait des admirateurs parmi les membres du Heritage Front et du Front national, le Winnipeg Sun suggérait à l’ex-premier ministre d’aller en Bosnie et de demander du travail aux Serbes, le Vancouver Province concluait au racisme et à un nationalisme ethnique conduisant aux chambres à gaz et à l’apartheid, à la Bosnie et au Rwanda, le Toronto Sun évoquait un « nettoyage ethnique », le Financial Post parlait de haine… On pourrait évoquer les traitements réservés à Lucien Bouchard, Bernard Landry, Pauline Marois et même au très libéral André Boisclair (faut-il rappeler l’affaire des « yeux bridés » ?) dans d’autres contextes, depuis. On surveille les « rives », pour ainsi dire. Seymour, Nielsen et Couture jugeaient que de tels commentaires, si outrageusement exagérés, ne pouvaient servir qu’à susciter la violence qu’on prétendait combattre.

De fait, si le danger de l’intolérance et des « dérapages » guette constamment le Québec, comment expliquer, par exemple, qu’on dénombre généralement et proportionnellement moins d’incidents racistes, moins d’incidents haineux envers les religions minoritaires et les minorités sexuelles au Québec qu’au Canada anglais (dans le dernier rapport de Statistique Canada, Les crimes haineux déclarés par la police au Canada, 2013, le taux pour 100 000 habitants est deux fois moins grand au Québec qu’en Ontario, où M. Baruchel s’est récemment installé) ? Une réponse simple serait que le « problème généralisé » de xénophobie et de nationalisme ethnique des Québécois est une représentation utile au nationalisme canadien, qu’il répond d’une idéologie de la nation.

Lord Acton, père spirituel du nationalisme canadien

Dans Secession and the Self : Quebec in Canadian Thought (2008), Gregory Millard notait toute l’influence de la pensée nationaliste de Lord Acton sur l’intelligentsia canadienne-anglaise au vingtième siècle, notamment chez des historiens comme W. M. P. Kennedy, W. L. Morton et Ramsay Cook. Parmi les politiciens, on peut dire que Pierre Elliott Trudeau et ses admirateurs ont assuré la fortune, ici, des idées du célèbre lord. L’historien Allen Smith écrivait d’ailleurs que « si John Locke est devenu “le philosophe de l’Amérique”, Lord Acton est devenu celui du Canada » (Canada : An American Nation ?, p. 152). C’est à ce dernier que l’on doit la distinction entre « nation ethnique » et « nation civique ». Nous nous proposons d’en exposer la genèse.

Il faut spécifier d’abord que la réflexion de Lord Acton sur la nation s’arrime à une réflexion sur la Révolution française et ses suites. Acton porte un jugement sévère, dans la lignée de celui d’Edmund Burke soixante-dix ans plus tôt, sur ces événements qu’il trouve à la source d’une désolante « théorie des nationalités ». Dans un article pour le Home and Foreign Review, en 1862, il affirme que la Révolution « a enseigné aux gens à considérer leurs désirs et leurs volontés comme le critère suprême du droit », une perversion qui serait à l’origine du principe des nationalités à l’époque défendu par Louis-Napoléon Bonaparte et revendiqué par les petites nations d’Europe centrale. Or, pour Acton, ce principe fictif se serait imposé grâce à des circonstances historiques favorables au XIXe siècle, des circonstances attribuables à un certain nombre d’erreurs commises par les royautés européennes.

Si la Révolution est l’événement originel de la « théorie des nationalités », la fin de l’indépendance de la Pologne, en 1815, lui aurait donné une légitimité aux yeux du monde : « Jusque-là, aucune nation n’avait été privée de son existence politique par les puissances chrétiennes […]. Cette mesure célèbre, l’acte le plus révolutionnaire de l’ancien absolutisme, a réveillé la théorie de la nationalité en Europe […]. À partir de ce moment, une nation existait, qui demandait à être unie dans un État. » Les malheurs de la Pologne ont ému les gens, « puis a commencé un temps où le texte était tout simplement que les nations ne seraient pas régies par des étrangers ».

Aux yeux d’Acton, le cas polonais a été généralisé et instrumentalisé afin de convenir à une doctrine simpliste qui aurait berné même d’éminents penseurs anglais : « Cela s’est traduit par une condamnation de chaque État qui comprenait différentes races, et est finalement devenu la théorie complète et cohérente de la coextensivité de l’État et de la nation. “Il est, dit John Stuart Mill, en général une condition nécessaire des institutions libres, que les limites des gouvernements devraient coïncider généralement avec celles des nationalités.” »

Au contraire, l’application indifférenciée du principe des nationalités apparaît comme une chose dangereuse pour Acton. La conception anglaise de la liberté lui semble préférable. Il faudrait préférer 1688 (la « Glorieuse Révolution ») à 1789, préférer des droits concrets fondés sur des acquis historiques à l’idée abstraite d’une nationalité matérielle qui épouserait les contours d’une « volonté générale ». Cela ne voudrait pas dire qu’il faille pour autant renoncer à la nation. Il y aurait, assure Acton, une forme concrète de la nationalité qui serait le produit d’un État : la « nationalité politique ». Ainsi, « la nationalité formée par l’État […] est la seule envers laquelle nous avons des devoirs politiques, et elle est, par conséquent, la seule qui a des droits politiques ». Il faudrait accepter la nation telle qu’elle a été consacrée jusqu’à nous, accepter ses frontières, son territoire et ses institutions forgés dans le passé. En revanche, il incomberait aux États de respecter les nationalités (au sens ethnique ou sociologique) qu’ils recoupent dans leurs frontières. On peut donc parler d’une posture conservatrice (voire ultraconservatrice) chez Acton, qui conclut que « […] les États sont le plus substantiellement parfaits lorsque, comme les Empires britannique et austro-hongrois, ils incluent diverses nationalités sans les opprimer ».

Cette conclusion n’a rien pour surprendre ceux pour qui la réflexion sur la nation, vu la grande malléabilité du concept, est rarement innocente. Le baron Acton, alors qu’il écrit son article, est membre du Parlement d’un Empire à son apogée qui recoupe et domine des nations sur l’ensemble de la planète. C’est encore l’époque de la Pax Britannica. Le Royaume-Uni contrôle les routes maritimes et vient de remporter une victoire décisive, aux côtés de ses alliés, contre la Russie lors de la guerre de Crimée (1853-1856), en plus d’avoir obtenu l’île d’Hong Kong (1860) et un accès libre aux ports de la côte chinoise à la suite des « guerres de l’opium ».

C’est aussi le début du Raj britannique en Inde (1858). En même temps, la concurrence d’autres nations commence à se faire sentir. En 1862, Bismarck devient ministre-président du Royaume prussien, qui est en voie d’unir l’Allemagne ; la guerre de Sécession (1861-1865) démontre la nouvelle capacité industrielle et militaire des États-Unis ; le Japon sort de son isolationnisme. Ne pourrait-on voir dans ces éléments une influence possible pour le conservatisme d’Acton ? Ou est-ce plutôt un hasard si la vertu se confond ici parfaitement avec l’intérêt national ?

Une dangereuse fiction

Lord Acton choisit de voir l’apparition d’un nouveau langage politique en Europe, à son époque, comme une dangereuse fiction qui remet en question l’équilibre inscrit dans la tradition. C’est un choix. Une autre possibilité est de voir dans la « nation » le socle prépolitique de la démocratie moderne. À partir de la Révolution française, cela traduirait le passage d’un ordre politique transcendant, extrinsèque et divin, à un ordre immanent, volontaire et soumis à ceux qu’il soumet, ce que n’avait pas accompli la Glorieuse Révolution de 1688.

Il est donc réducteur d’affirmer que la Révolution française a simplement appris au peuple à voir ses « désirs et volontés » comme seuls critères du droit. Mais il est par ailleurs normal et tentant, dans l’univers anglophone, de conclure plus facilement à la supériorité du « Britannique » sur le « Français ». De la même façon, le « nationalisme civique » demeure un recours facile, au Canada, pour défendre l’unité du pays, ignorer les revendications légitimes des Québécois et transformer les adversaires politiques en monstres.

En 2013, tandis qu’on dissertait allègrement sur la xénophobie des Québécois, il y a eu deux fois plus d’Ontariens, en proportion, qui commettaient un crime haineux à l’égard d’une minorité. Pourquoi les premiers portent-ils alors un tel blâme ? C’est l’idéologie nationale canadienne qui exige cette inadéquation entre la réalité et sa représentation, qui exige, en somme, l’infériorité morale de la nation québécoise et de ses promoteurs.

 

Des commentaires ? Écrivez à Antoine Robitaille : arobitaille@ledevoir.com

4 commentaires
  • Pierre Desautels - Abonné 26 septembre 2015 09 h 51

    Nourrir la bête...


    Ce sentiment de supériorité d'une certaine l'intelligentsia canadienne-anglaise remonte bien avant les écrits du chanoine Groulx et ce triste épisode de notre histoire. Ce flirt peu glorieux de notre propre intelligentsia avec les gouvernements fascistes européens n'a fait que nourrir ces sentiments anti-Québécois avec comme prétexte les comportements démagogiques de certains de nos leaders. Trudeau et ses disciples nationalistes Canadian alimentèrent ce sentiment en rappelant continuellement ces évènements, même trente ans plus tard. Les donneurs de leçons du ROC ont oublié leurs propres démons, mais à diverses occasions, nous avons nous-mêmes nourri la bête. Durant le triste épisode de la charte de la laïcité, ils ont eu beau jeu de noter les dérapages xénophobes, racistes et démagogiques de certains(mais pas tous) de nos compatriotes. Et les dérapages anti-québécois sont apparus non seulement à l'éxtérieur du Québec, mais à l'extérieur du Canada. Les comparaisons ont donc un effet pervers, car personne, peu importe le camp choisi, ne peut donner de leçon à personne...

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 27 septembre 2015 11 h 24

      Et de un, m. Desautels c'était la charte des valeurs...

      Deuxièmement, ce ne fut pas un triste épisode...ce fut une approche sociétale face à un question (soi-disant religieuse) dont personne n'arrivait à cerner le fond ...(du problème)

      Après, une révolution "tranquille" et une répudiation "du religieux" dans la sphère privée et publique, nous avions oublié de parler de l'État neutre ou laïque du Québec ...et la Charte devait y remédier...d'une façon fort démocratique en appelant tout un chacun à y participer.

      C'est à vous et à d'autres, qui comme vous, ont commencé à lancer des
      "cris"d'orfraie", que l'on doit la pagaille qui s'en suivit.

      Quant aux écrits du Chanoine Groulx, dont on a fait mille et une "traductions", selon que l'on était religieux ou athée, de droite ou de gauche, bleu ou rouge, compétent ou incompétent, etc etc...,voilà la bouillabaise dans laquelle, vous êtes allé chercher vos renseignements.
      Et vous y avez pigé ce que vous ...vouliez voir ou croire... vous ne fûtes pas le premier à tomber dans le panneau.

  • Michel Blondin - Abonné 26 septembre 2015 10 h 56

    le Québec bashing

    Le Québec bashing commence vers 1774 alors que les Britanniques sont en voie de tout perdre en Amérique. Les treize colonies se révoltent contre les taxes élevées sur le thé à Salem, tout près de Boston. Le système de justice britannique dans la colonie du Canada des Français vaincus est inopérant et en déroute depuis dix ans. Ils concèdent donc l'Acte de Québec pour ne pas tout perdre.
    Depuis, c'est la honte d'avoir trop donné aux vaincus. Pour finalement, se raviser et les tromper de leurs droits concédés avec le temps et les actes de 1791, 1840 et 1867.

    Abriller le tout d'une philosophie est fort commode pour rationaliser et justifier la prétendue innocente histoire et faire mentir les faits d'hier dans une vérité de La Palice biaisée.

  • Claude Bernard - Abonné 26 septembre 2015 19 h 25

    Le nationalisme civique, qu'est-ce...

    ...sinon le nous inclusif claironné par plusieurs.
    Avant l'épisode, mal avisé et malheureux, de la Charte identitaire, on parlait de «nous inclusifs», ce qui ressemble pas mal au nationalisme civique.
    Il est vrai que le repli identitairte a frappé au Québec comme en France et nous voilà écartillés entre le civique et l'ethnique; une fois n'est pas coutume.
    Justement, la Frsnce a pratiquem