La démocratie, c’est la division, nous rappellerait Patocka

Qu’on ait été pour ou contre, le printemps érable de 2012 est un exemple de mouvement qui s’ébranle dans une dissension qui alimente l’unité. Ce mouvement étudiant a bouleversé l’inertie sociale au Québec, secoué des certitudes parfois très enracinées. Mais ce n’était là qu’une amorce de tendance car les événements ne nous ont pas encore permis de réformer notre démocratie, de retisser un lien de confiance entre les citoyens et leurs institutions.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Qu’on ait été pour ou contre, le printemps érable de 2012 est un exemple de mouvement qui s’ébranle dans une dissension qui alimente l’unité. Ce mouvement étudiant a bouleversé l’inertie sociale au Québec, secoué des certitudes parfois très enracinées. Mais ce n’était là qu’une amorce de tendance car les événements ne nous ont pas encore permis de réformer notre démocratie, de retisser un lien de confiance entre les citoyens et leurs institutions.

Deux fois par mois, Le Devoir lance à des passionnés de philosophie, d’histoire et d’histoire des idées le défi de décrypter une question d’actualité à partir des thèses d’un penseur marquant.

Pour plusieurs analystes de la scène politique québécoise, notre démocratie est malade. Comme l’ont bien illustré les événements depuis le printemps 2012 jusqu’à la dernière campagne électorale, la démocratie est en crise en raison de la méfiance de la population envers ses institutions (en particulier chez les jeunes), sans parler de la question du taux de participation. Mais elle serait également en crise parce que les affrontements, les disputes et les divisions dénaturent l’esprit de la démocratie.

 

Il est fréquent, au Québec, de concevoir la politique comme chicaneuse, comme s’il devait exister un parallèle évident entre la démocratie et l’absence de désaccords. On voudrait, comme dans nos relations interpersonnelles, plus d’harmonie et moins de conflits. Cela est parfaitement humain.

 

Comme le soulignait Philippe Couillard durant la dernière campagne électorale, il n’est jamais agréable de se faire lancer de la boue, même quand on le mérite.

 

Mais sur le plan politique, on appelle sans doute de nos voeux quelque chose qui n’est pas dans l’ADN de la démocratie. Pour le philosophe tchèque Jan Patocka (1907-1977), la démocratie est essentiellement discorde et tension. Et l’idée de l’associer à la nécessité du consensus lui aurait paru incongrue.

 

Pour le rédacteur et porte-parole de la Charta 77, en effet, le fondement d’un espace politique juste et libre passe obligatoirement par le polemos (littéralement le combat, la lutte), par le conflit permanent des agents qui se constituent en corps politique.

 

Dans son esprit, le polemos rejoint l’essence même de la polis, cette forme d’unité politique qui se réalise dans la discorde et se renforce par le conflit. Dans les faits, le polemos agit directement sur le « sens naïf », le sens conféré et accepté des phénomènes. Il remet constamment en question le sens commun, il le problématise par la confrontation des idées.

 

La confrontation salutaire des idées

 

Au moment où il participe, au côté de Václav Havel et Zdenek Mlynár, à la rédaction de la Charta 77 (document revendiquant le respect des droits de l’homme en Tchécoslovaquie), et alors même que le gouvernement communiste de Gustáv Husák réprime violemment les libertés en interdisant toute forme de contestation, Patocka mesure parfaitement l’exigence que porte la démocratie : celle du conflit permanent, de la confrontation salutaire des idées. Il mourra d’ailleurs pour ses idées en 1977, assassiné par la police tchèque.

 

À une échelle réduite, la structure et le fonctionnement des principaux partis politiques au Québec illustre bien le propos de Patocka. Le Parti québécois, souvent perçu comme un panier de crabes, serait aux yeux du philosophe tchèque un bel exemple d’organisation politique démocratique, c’est-à-dire où la discorde est fondatrice de l’ordre politique.

 

À l’autre bout du spectre, le Parti libéral du Québec correspondrait davantage à une organisation qui mime le consensus en créant l’illusion de l’unanimité.

 

« Le polemos, écrit Patocka, n’est pas la passion dévastatrice d’un envahisseur sauvage mais, au contraire, un créateur d’unité. L’unité qu’il fonde est plus profonde que toute sympathie éphémère ou coalition d’intérêts : les adversaires se rencontrent dans l’ébranlement du sens donné et créent par là un nouveau mode d’être de l’homme […]

 

On oublie trop souvent que la problématicité par le conflit est à la source de la co-compréhension qui recouvre tout le potentiel délibératif de la structure démocratique de nos sociétés. Peut-être cela s’explique-t-il par le fait que nous tenons souvent la démocratie pour acquise alors même qu’aux yeux de Patocka, son histoire, pour ne pas dire l’histoire tout entière, commence avec la « problématisation » du monde, autrement dit la mise en question de ce que nous sommes, de nos valeurs et de ce qui nous lie au monde.

 

La problématicité est quelque chose d’objectif pour Patocka, non seulement parce qu’inhérente à toute recherche de sens véritable, mais également parce qu’elle fonde la liberté humaine qui se déploie dans l’espace de vie que constitue la sphère politique.

 

C’est ainsi, dans l’ébranlement continu des structures de sens déjà conféré, qu’il revient au polemos de souder des liens entre les hommes. Au lieu de caractériser la vie sauvage dans un monde sans normes ni valeurs, le polemos est au principe de tout questionnement d’ordre critique et de toute possibilité d’unité politique viable.

 

Que l’on ait été pour ou contre, le printemps érable de 2012 est certainement un bel exemple de mouvement qui s’ébranle dans une dissension qui alimente l’unité. En revendiquant une éducation pour tous, une partie de la jeunesse québécoise a souhaité tendre vers une plus grande unité sociale (moins d’inégalité, plus d’autonomie et de liberté).

 

Le mouvement étudiant a bouleversé l’inertie sociale au Québec, secoué des certitudes parfois très enracinées. Mais ce n’était là qu’une amorce de tendance car les événements de 2012 ne nous ont pas encore permis de repenser et de réformer notre démocratie, de retisser un lien de confiance entre les citoyens et leurs institutions.

 

« L’unité dans la discorde » (Héraclite) constitue le coeur du polemos et le fondement de la pensée de Patocka. Le polemos est une nécessité démocratique, il nous pousse sans cesse sur la « ligne de front » et c’est cela qui nous permet d’assumer notre « vie dans l’amplitude », dans la liberté. Aux yeux du philosophe tchèque, le polemos est une pratique (praxis) de la liberté qui doit être au coeur de la vie citoyenne et humaine.

 

Car, écrit-il dans ses Essais hérétiques (Verdier, 1981), il amène « l’homme à la rencontre de ses possibilités, et dans les perspectives de laquelle il rencontre les autres hommes et les choses ».

 

Le germe tonifiant de la mise en question

 

Que le mouvement contestataire provienne des étudiants, des intellectuels ou des artistes, il porte toujours, en régime démocratique, le germe tonifiant de la mise en question des politiques et des valeurs que toute société peut, à un moment ou un autre, tenir pour acquises. À nous d’apprendre à l’écouter, à le cultiver.

 

Qu’on le veuille ou non, le conflit est le gage de la santé démocratique d’un pays, tandis que son absence peut tantôt signaler la sclérose conservatrice de la société, tantôt la tentation autoritaire de quelques-uns.

 

Pour Patocka, le polemos devient alors le principe d’une prise de responsabilité essentielle en régime démocratique libéral. Nous pourrions la décrire comme l’ouverture fondamentale de celui qui reconnaît, partage et défend sa liberté, qui refuse qu’elle puisse être subordonnée au chimérique désir de consensus.

 

L’idéal du consensus est donc un malentendu pour Patocka, une méprise qui découle notamment de la conception tocquevillienne du politique selon laquelle la démocratie, qui succède généralement aux périodes de crise et de guerre, s’apparenterait à un état de paix.

 

Si cette conception a largement servi les théoriciens contemporains des relations internationales, Patocka ne croit pas, quant à lui, qu’il soit possible de dissocier la Cité, le corps politique, du conflit. Il faut alors accepter que la démocratie soit inséparable de l’expérience de la crise, qui se décline en affrontements, en disputes et en divisions. C’est le prix de la diversité politique, culturelle et humaine.

 

Le sens et la politique

 

Est-ce à dire que la démocratie est un champ de bataille où tous les coups sont permis ? Pour Patocka, la démocratie doit davantage être un espace pluraliste, une manière de vivre le conflit. Et si elle n’est pas un état de paix, elle ne peut en aucun cas être abandonnée au seul tyran ou aux oligarques, ni d’ailleurs à ceux qui alimentent la corruption du pouvoir.

 

Car il est évident que la contamination de la sphère politique par la corruption réduit l’espace de parole au même rythme qu’elle accroît l’opacité du système politique.

 

Or, à ses yeux, il s’agit là du véritable péril qui menace la démocratie. Ainsi, moins de paroles, et donc moins de conflits possibles, revient à évider la démocratie de son sens. Et voilà que l’on s’approche du noeud de la pensée de Jan Patocka : « Malgré les antagonismes et les différends qui séparent les hommes », l’expression même de ces conflits qui ébranlent les certitudes les fait se rejoindre dans « la solidarité des ébranlés », c’est-à-dire ceux qui ont subi le choc des idées et de la force et qui en ont tiré une unité plus grande.

 

On le constate, la recherche de sens, avec tout ce que cela comporte de discussions et de désaccords, a un lien étroit avec la démocratie, ne serait-ce que parce que le polemos est la condition nécessaire de la liberté politique, qui est elle-même une lutte continuelle.

 

Le conflit est la source de la compréhension de notre propre situation. Comme le souligne Patocka, « la liberté est quelque chose de négatif, qui ne consiste pas seulement à exiger, à vouloir toujours davantage, mais à refuser, à nous surmonter nous-mêmes ».

 

Un long chemin

 

Le Québec, où l’on conçoit souvent la démocratie comme un long fleuve tranquille, où l’on se dit couramment exaspéré par les revendications, sans doute historiques, des jeunes et des moins jeunes au printemps 2012, où l’on s’exaspère devant les appels aux urnes que l’on estime trop fréquents, a bien du chemin à faire pour espérer pouvoir se penser comme un peuple capable de parole raisonnable et d’unité.

 

Les élections du 7 avril portent un lourd message si l’on tient compte du passé réactionnaire des gouvernements libéraux (loi 78, répression policière, collusion endémique). Si, en France, pour expliquer les résultats des dernières élections au Québec, on parle volontiers d’une sorte d’alternance naturelle des partis politiques, l’enjeu pour nous se trouve davantage dans la possibilité ou non d’en arriver à une véritable démocratie par le polemos.

 

Comment redonner goût à la politique et restaurer la confiance en nos institutions après deux années d’une crise qui risque bien de se prolonger ? Nous devrons, un jour ou l’autre, envisager une réforme du mode de scrutin.

 

Nous devrons également trouver le moyen de faire plus de place à la parole, quitte à ébranler nos valeurs et nos certitudes. Il en va de la transparence et de la légitimité de nos institutions politiques, mais surtout de l’avenir de notre démocratie.


Professeur de philosophie au cégep de Victoriaville, l’auteur a fait paraître Phénoménologie de l’individualité (L’Harmattan, 2013).

11 commentaires
  • Franck Perrault - Inscrit 19 avril 2014 06 h 02

    Une démocratie est en perpétuelle évolution...

    Bel article, merci!
    La démocratie est le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple. Il est devenu le pouvoir de lobbies, par des lobbies et pour des lobbies!
    A chaque élection, on s'en va glisser notre bulletin de vote et on s'en retourne chez nous, laissant nos représentants légiférer sur le bien commun de la société. Au vu des débats très superficiels de la dernière campagne pour la majorité des partis politiques, quelle vision pour le bien commun? Qui nous garantira que les compagnies minières ne continueront pas à spolier notre terre sans grand bénéfice pour les Québécois? Quel genre de shizophrénie touche notre classe politique quand on nous promet de lutter contre les changements climatiques et qu'en même temps on fait la promotion des gaz de schistes et du pétrôle? Ce n'est pas être aveugle que de vouloir en discuter pour planifier une économie visionnaire, bénéfique sur le plan humain, économique et environnemental. Seulement qui a entendu un vrai débat sur ses sujets lors de la dernière campagne? L'Education est passé aux oubliettes également, la culture on n'en parle pas?
    La crise démocratique qui touche la majorité de toutes les grandes démocraties est réel. Les Grecs crient "la Grèce n'est pas à vendre" et pourtant leur pays est vendu, privatisé à tout va avec des conséquences sociales et humaines désastreuses.
    A croire qu'une fois au pouvoir, nos dirigeants n'entendent plus rien à moins que le peu d'engagement pris pendant la campagne légitime toute décision ensuite.
    Nos démocraties ont besoin d'un réel renouveau, le scrutin avec de la proportionnelle serait un bon début, mais la démocratie doit se renouveler à tous les niveaux pour redonner à la démocratie toute sa légitimité, le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple!
    Le débat de fond pourra ensuite avoir lieu sans que les dés soient pipés par quelques groupes qui écrivent les lois dans notre dos!
    Bonne journée!

  • Michel Mongeau - Abonné 19 avril 2014 08 h 59

    Éros et Polemos

    Il est vrai que notre vieux fond catholique québécois nous fait souvent préférer l'apparence de la bonne entente au polemos générateur de nouveaux équilibres. Quand l'auteur écrit que ''Le Parti québécois, souvent perçu comme un panier de crabes, serait aux yeux du philosophe tchèque un bel exemple d’organisation politique démocratique, c’est-à-dire où la discorde est fondatrice de l’ordre politique,'' j'aimerais proposer quelques commentaires. Je ne nie point le fait que le PQ fonctionne d'une manière démocratique. Cependant, l'existence, dans une organisation politique, de désaccords et de conflits d'interprpétation relatifs à certains objectifs ou certaines idées phares, ne doit pas être ici confondue avec une ambiguïté ou une mésentente liée aux principes fondamentaux qui devraient directement guider celle-ci. Au P.Q., on ne devrait pas être en désaccord à propos de l'objectif de la souveraineté, ni avec celui de créer une société juste et favorable au développement responsable. Cette ambiguïté, ce conflit profond, constitue ce qui mine actuellement la survie et l'identité du parti de René Lévesque. Le philosophe Patocka a vécu dans une Europe qui a traversé tant de conflits et de changement et plus sépcifiquement, dans une Tchécoslovaquie condamnée au communisme soviétique plutôt qu'à celui, plus démocratique, des leaders de la Révolution de velours du printemps 1968. S'il ne faut pas surévaluer la fertilité de l'apparent climat de stabilité et d'harmonie qui carctérise une situation politique, nous devons également éviter de surévaluer ou d'idôlatrer la force du conflit, du polémos. Éros et Polemos, ensemble, contribuent à faire le monde et en bon disciples du vieux solitaire d'Éphèse, nous devons louer leur mutuelle complémentarité. Le conflit permanent peut devenir aussi nuisible que l'apparence de la stabilité. Combien de pays, actuellement, ne rêveraient que sortir, un tant soit peu, de périodes de conflits stériles et constants?

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 19 avril 2014 09 h 24

    … résilience ?

    « Pour Patocka, le polemos devient alors le principe d’une prise de responsabilité » (Rémy Gagnon, professeur de philosophie et auteur, CEGEP Victoriaville)

    De cette citation, ce questionnement :

    Si, du polemos, l’unité dans la discorde rejoint une citoyenneté de peuple dynamique et démocratique engagée de sens solidaire ou humain, qu’advient-il du constructivisme social ? de l’assimilation ? de la …

    … résilience ? - 19 avril 2014 -

  • André Michaud - Inscrit 19 avril 2014 09 h 45

    Confronter les idées, oui!

    Il sera toujours bon de confronter ses idées avec celle des autres citoyens. Mais ça doit se faire dans le respect des autres, pas dans des manifs anarchistes sans respect pour les concitoyens et qui coutent des millions... aux concitoyens ! Il existe de multiples tribunes partout pour s'exprimer de façon responsable et en respectant les concitoyens...médias, internet etc..

    Et dans une élection ce sont les citoyens qui décident quelles idées ils supportent, celles qui rejoignent le plus de citoyens sont gagnantes.

    Bien sur il y aura toujours des citoyens qui n'accepteront pas qu'une autre idée que la leur puisse rallier les concitoyens, et qui estimeront peureux leurs concitoyens par ce qu'ils ne veulent pas de l'aventure séparatiste ou du socialisme de QS..

    Mais tout évolue, ce qui semblait pertinent hier peut ne plus l'être aujourd'hui ou demain. Il en est ainsi de la religion catholique, du socialisme, du séparatisme..etc

    Les dernières élections ont eu un taux de participation intéressant, la démocratie se porte bien au Québec.

  • Marc Ouimet - Inscrit 19 avril 2014 10 h 49

    Balivernes

    Ils nous ont dit qu'ils voulaient changer le monde, mais en réalité ils voulaient de l'argent et quand ils ont gagné, ils sont retournés dans leur confort matériel. Ha oui, ils voulaient aussi être victorieux, ne serait-ce que pour un instant. Cessez de glorifier cet épisode qui n'a été qu'une révolte de contribuables désinhibés.