Le Devoir de philo - Le capitalisme est en crise, mais lequel? demanderait Fernand Braudel

Fernand Braudel (1902-1985) distingue le capitalisme marchand, ou celui du marché, du capitalisme des négociants, ou celui de la concentration et des manipulations, notamment dans son œuvre majeure intitulée Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle.
Photo: Illustration: Christian Tiffet Fernand Braudel (1902-1985) distingue le capitalisme marchand, ou celui du marché, du capitalisme des négociants, ou celui de la concentration et des manipulations, notamment dans son œuvre majeure intitulée Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle.

Deux fois par mois, Le Devoir lance à des passionnés de philosophie, d’histoire et d’histoire des idées le défi de décrypter une question d’actualité à partir des thèses d’un penseur marquant.

On entend fréquemment, depuis quel ques années, que le capitalisme est en crise. Une crise se compliquant avec la forte récession de 2008 qui n’en finit pas de faire des siennes, non seulement dans l’Europe de l’euro mais aussi aux États-Unis, où elle a débuté, un pays qui possède une des plus importantes dettes per capita au monde.

La débandade de nombreu ses banques, dont plusieurs ont été sauvées in extremis, ou encore les nombreuses malversations que l’on découvre chez plusieurs d’entre elles, ne sont que la pointe de l’iceberg dont plusieurs signes étaient apparus au début du siècle avec les scandales d’Elf, en France, d’Enron, de Worldcom et de Tyco aux États-Unis, d’Hollender et de Nortel au Canada.


Cette crise du capitalisme provient en particulier de l’énor me concentration du pouvoir économique entre les mains de quelques-uns, con centration prédite par Marx il y a plus d’un siècle. Ce pouvoir débordant sur le politique et donnant l’impression que les banquiers et leurs valets peuvent tout se permettre. Avec la croyance que leur entreprise, devenue trop grosse, ne pourrait être mise en faillite malgré leurs magouilles et leurs bonus indécents.


Au siècle dernier, les grands capitalistes avaient au moins compris que s’ils ne voulaient pas être emportés par la montée du socialisme - sinon du communisme -, il fallait qu’ils satisfassent une partie de la population en partageant quelque peu leurs revenus avec elle, créant en même temps des consommateurs pour acheter leur production. Ce qui expliquait qu’une majorité des citoyens, en particulier ceux issus de la classe moyenne, acceptaient en contrepartie que les revenus des plus riches soient 20 ou 30 fois supérieurs à ce qu’ils recevaient annuellement.


Or, des données récentes montrent que le salaire moyen des dirigeants des 25 plus grandes entreprises américaines avoisine 20 millions de dollars par année, ou 100 000 $ par jour ouvrable. Au Canada, ces salaires, qui étaient 24 fois plus élevés que le salaire moyen en 1996, ont grimpé à 259 fois dans les dernières années.


Par exemple, le salaire du chef de la direction de Bell Canada a atteint 9,62 millions, ou 40 100 $ par jour ouvrable, soit en une seule journée presque le salaire annuel moyen des travailleurs. Au Québec, le salaire du chef de la direction de SNC-Lavalin, avant sa démission, était de 2,7 millions en 2011, soit 13 500 $ par jour ouvrable, sans compter les cinq millions qu’on lui a alloués en arrangement de départ.


Bref, dans les 30 dernières années, les plus riches ont vu leurs revenus s’accroître en moyenne de 275 %, contre 18 % pour les plus pauvres.


Cet écart grandissant entre les revenus inacceptables du 1 % de la population et ceux du reste des travailleurs explique la grogne croissante des indignés dans le monde et, au Québec, de ceux qui sont entrés dans la marche des carrés rouges. Il explique en partie ce que certains qualifient d’« immobilisme » et tentent d’assimiler à un refus de tout progrès chez un grand nombre de Québécois, comme l’exploitation du gaz de schiste dans la vallée sud du Saint-Laurent. Alors que ces refus proviennent tout simplement de la conviction de plus en plus forte des retombées négatives de trop de ces projets, qui ne servent qu’à enrichir une poignée d’individus. Pensons par exemple au Plan Nord, que le gouvernement Charest a tant essayé de nous vendre, alors qu’on a montré à la télévision quelques-uns des milliers de dépotoirs que les minières ont laissés après en avoir tiré des fortunes, et que la société devra payer.


Cette critique grandissante du système capitaliste ne garantit pas, toutefois, que les citoyens finiront par exiger qu’il soit remplacé par un système plus acceptable. La raison de cette hésitation peut s’expliquer grâce à une distinction entre deux capitalismes proposée par le père de l’histoire moderne, Fernand Braudel (1902-1985).


Ce dernier, notamment dans son oeuvre majeure de près de 2000 pages intitulée Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle (qu’il a résumée en 1985 dans un petit livre, La dynamique du capitalisme), distingue le capitalis me marchand, ou celui du marché, du capitalisme des négociants, ou celui de la concentration et des manipulations.


Dans la nouvelle histoire, Braudel explique que l’arrivée des grands acteurs (les princes et les grands capitalistes) n’est possible que parce que derrière eux se trouvent des milliers, sinon des millions de petits acteurs (cultivateurs, ouvriers, entrepreneurs, vendeurs, revendeurs, acheteurs, prêteurs et même usuriers) qui agissent sur le marché pour faire fonctionner l’économie. De même, derrière les grands événements comme les transformations technologiques, les crises et les chocs économiques, se retrouvent des milliers de petits événements tels que la première innovation dans une PME ou la faillite d’une entreprise importante dans une ville.


On note aussi, dans ce qu’il appelle le quotidien et le local, des rigidités ou de l’inertie, des ruptures, des pénuries et des surplus, mais aussi des découvertes techniques qui s’étendront plus ou moins rapidement ou qui disparaîtront parce que dépassées. Et derrière tout cela, on trouve encore l’évolution des connaissances et la science, qui se trompe souvent, mais aussi la monnaie, qui favorise ou bloque l’échange. Il y a également les villes, qui transforment l’habitat et le confort des hommes. Braudel récrit ainsi la vraie histoire à partir de millions de gestes et de décisions hérités, cumulés et renouvelés plus ou moins pêle-mêle, qui expliquent l’évolution matérielle et donc économique.


Le marchand

Dans cette évolution, il explique que le premier capitalisme, celui des marchands, est le seul qui obéit au marché ou qui suit les règles des théories économiques. Il repose sur les épaules de millions de petits fabricants et commerçants offrant, de manière généralement honnête, les produits provenant de leur propre production ou de leurs échanges, dans le but de satisfaire les consommateurs, sachant très bien que ces derniers iront ailleurs s’ils n’y trouvent pas leur compte. Aujourd’hui, nous dirions que ce capitalisme est représenté par la plupart des petites entreprises qui répondent à nos besoins quotidiens : le garagiste du quartier, l’ostéopathe, le petit entrepreneur en construction, et même la PME qui travaille à l’international en offrant des produits spécifiques et continuellement mis à jour pour concurrencer les produits standards des grandes entreprises, trop souvent mal adaptées à des besoins spécifiques.


Le premier objectif de ces entreprises est de satisfaire le consommateur pour cons truire leur achalandage et le retenir par la suite, en cherchant à connaître ses besoins afin d’y répondre le mieux possible, et même d’anticiper leur évolution. Ces entreprises savent très bien que si elles relâchent leur attention, les con sommateurs iront chez leurs concurrents pour finir par les mettre en faillite. Elles sont les seules à accepter ainsi pleinement les règles du marché et son évolution commerciale et technologique.


Le négociant


L’autre capitalisme, c’est celui du négociant, produisant, achetant ou vendant avec com me seul souci de tirer tout l’argent possible de ses transactions, quitte à forcer la vente par une publicité plus ou moins mensongère et, surtout, en développant le plus vite possible une position monopolistique pour mieux contrôler son marché, devenant à la longue, pour plusieurs, ces énormes entreprises « qui ne peuvent faire faillite » et qu’on doit soutenir avec l’argent public lorsque ça va mal. Cela comprend évidemment les banquiers de toutes sortes et les spéculateurs à la Bourse et à la finance, qui n’ont aucun souci de savoir à quoi vont servir les produits et si les clients sont satisfaits.


C’est ce que nous donnent ces fabricants de frigos qui rendent l’âme la sixième année, ces fabricants d’ordinateurs qui deviennent désuets après deux ans parce que l’organisation où l’on travaille est passée à un autre niveau, ou ces fabricants de téléphones polyvalents comportant une pile bonne pour 18 à 24 mois et irremplaçable. C’est aussi les produits de beauté qui non seulement sont présentés à la télévision par des filles de 20-25 ans ou des garçons imber bes, mais dont les images sont tripotées pour montrer une peau de 15 ans. Etc.


C’est ce qui faisait dire à Adam Smith, en 1776, qu’il suffit que deux ou trois négociants de cette espèce se réunissent pour que la conversation tourne inévitablement « sur les meilleurs moyens de tromper le public ».


Cela conduit à toutes sortes de manipulations et de monopoles, ce que Braudel appelle des contremarchés (ou les contrefaçons de ce dernier) engendrés par des profiteurs et des manipulateurs, créant l’échange inégal et la duperie, la rouerie et la fraude, trop souvent à l’abri de la surveillance de l’État, sinon en collusion avec celui-ci.


Cela conduit aussi à la multiplication de firmes dirigées par des financiers aucunement intéressés par le produit offert, recherchant le profit à court terme, quitte à revendre la firme une fois sa valeur augmentée. Preuve en est que les seules grandes firmes nord-américaines ayant réussi à passer à travers les fluctuations des dernières années sans l’aide de l’État sont les entreprises familiales, qui connaissent bien le produit et qui sont instruites de génération en génération dans le but constant de satisfaire le public : Ford dans le domaine de l’automobile, ou Kruger et Cascade dans l’industrie des pâtes et papier. Admettons que, parfois, certaines PME agissent malheureusement aussi à l’ima ge de ces négociants.


Fernand Braudel termine son analyse en expliquant que le capitalisme des négociants « est une création de l’inégalité du monde, la mère de l’exploitation des hommes et des ressources [...] s’appuyant, obstinément, sur des monopoles de droits et de faits, malgré les violences déchaînées à ce propos contre lui […], et avec les connivences des plus riches ou de ceux qui veulent le devenir. Sa force est de pouvoir passer d’une ruse à l’autre. »


Alors que le capitalisme des marchands, « celui de la petite industrie novatrice, celui de la véritable économie de marché et qui a porté sur son dos la révolution industrielle […] », est « la force, la vie de l’économie à la base et finalement celui du fonctionnement global de la production et des échanges ». Mais il poursuit en expliquant que ce capitalisme des négociants « est impensable sans la complicité active de la société. Car il faut que, d’une certaine manière, cette dernière en accepte plus ou moins les valeurs. » À moins qu’elle ne réagisse.


Cette distinction entre les deux capitalismes devrait être présente à l’esprit des indignés et des carrés rouges. Tout citoyen connaît un grand nombre de petits fabricants ou de petits commerçants, avec leur histoire et celle de leur famille, dont les fils et les filles fréquentent les mêmes écoles que leurs enfants, vont patiner dans le même aréna ou participent au même festival d’été, etc. Sans la distinction de Braudel, la critique du capitalisme sera incompréhensible aux yeux des marchands.


Il faut donc clairement dénoncer le capitalisme prédateur et manipulateur. Et il faut cibler les grandes entreprises se comportant de cette manière afin qu’el les n’obtiennent pas de ponts d’or pour venir s’établir chez nous. Un cadeau dont elles profitent souvent avant de déménager ailleurs, où les offres sont encore plus alléchantes. Surtout, il faut faire comprendre aux gouvernements que lorsqu’on plie devant ces grandes entreprises de négociants alors qu’elles ne créent souvent que quelques emplois, ces mêmes gouvernements s’enchaînent à leur façon de fausser le marché, ce qui coû te toujours très cher.

***


Des commentaires ? Écrivez à Antoine Robitaille: arobitaille @ledevoir.com.
Pour les anciens textes du Devoir de philo ou du Devoir d’histoire

23 commentaires
  • Marc Lacroix - Abonné 22 septembre 2012 06 h 49

    La maladie du libre-échange !

    Présentement, on nous présente le libre-échange comme étant la seule voie pour le futur; à qui profite cette doctrine économique ? Aux multinationales qui n'ont pour seul objectif que le profit. Pour les travailleurs, ce libre-échange se révèle qu'un nivellement vers le bas de leurs conditions de travail; un marché de dupes.

    Pour venir s'installer, la multinationale exige des taux d'imposition préférentiels, de bas prix d'électricité... elle fait miroiter des emplois aux politiciens qui les accueillent à bras ouverts. Une fois installée, la multinationale invoque la crise, la concurrence... n'importe quoi pour continuer son chantage, puis un jour elle disparait, vers le Mexique, la Chine... Elle part, souvent avec les fonds de pension, laissant sur place ses déchets... et ses travailleurs.

    Avec le libre-échange, les politiciens abandonnent la société aux négociants sans-cœur !

    • Danielle Dubuc - Inscrite 22 septembre 2012 10 h 03

      Et comment! Monsieur Lacroix vous avez tellement raison. Rien de pire que le libre échange pour favoriser ces grandes entreprises! En fait tout ce qui est gros on devrait s'en éloigner en tant que consommateur. Ça pourrait être une règle de base en quelque sorte. Quand je dis gros je veux dire aussi "pas de chez nous" en premier lieu, à tout le moins, mais en général ce sont les monopoles qu'il faut décourager. Je n'en reviens pas, par exemple, que le CRTC prenne même la peine de faire des audiences avant de bloquer une transaction telle que Bell veut faire avec Astral. Non mais, c'est quoi déjà le mandat du CRTC??? C'est "éviter la concentration, les monopoles" C'est leur raison d'exister! Comment osent-ils même considérer une telle affaire! ...une seule explication : ils y trove leur intérêt.... quand une action résiste à toute explication logique la réponse est claire : il y a anguille sous roche...pour ne pas dire collusion. Surveillez bien les conclusions du CRTC dans ce dossier, moi je l'attend avec impatience. En tant que consommateurs nous devrions tenter de nous sevrer, nous aussi, de toute association transactionnelle avec ces grandes entreprises monopolitiques car ces dernières, une fois installées nous tiennent pas les &?$#!!!!! et ce sont eux qui mènent! Cela a des cnséquences graves sur nos vies, voire notre santé...on n'a qu'à penser à l'industrie de l'alimentation et des pharmaceutiques, c'est abhérant! La cancer par exemple : a-t-on jamais vu affaire plus rentable! Ce n'est pas la première fois en tant d'années de recherche que quelqu'un découvre LE REMÈDE non toxique et efficace seluement pour tomber dans l'oublie sans qu'on en rentende parler...c'est comme les autos électriques il y a déjà plus de 50 ans au USA!!! Et que dire des scandales comme Monsanto! Voilà une autre forme de pollution plantaire avec les résultats qu'on connait.

    • Martin Lavallée - Abonné 22 septembre 2012 10 h 47

      Le libre-échange permet également à ces multinationales de renforcer leur monopole dans leur secteur d'activité respectif.

      En ouvrant les frontières, une multinationale disons, européenne, peut fusionner avec une multinationale canadienne du même secteur d'activité qu'elle - ou tout simplement l'acheter - et renforcer son emprise sur l'économie mondiale dans son secteur d'activité.

      Cette emprise de quelques multinationales sur l'économie mondiale permet à quelques individus puissants d'orienter les politiques des États à leur guise.

      Nous devrions avoir à l'oeil le traité de libre-échange canada-union européenne qui se négocie présentement à l'abri des regards.

  • Serge Grenier - Inscrit 22 septembre 2012 07 h 34

    Économie solidaire

    On peut appeler cela l'économie solidaire,
    celle des gens qui aiment leur travail...

    Contrairement à l'économie spéculative,
    celle des gens qui aiment beaucoup l'argent
    mais détestent le travail.

    • Sylvain Auclair - Abonné 22 septembre 2012 11 h 20

      Voyons donc, les spéculateurs adorent le travail, surtout celui des autres (mais je dois dire à leur décharge que beaucoup d'entre eux croient vraiment que l'argent engendre l'argent).

  • Serge Grenier - Inscrit 22 septembre 2012 07 h 34

    Économie solidaire

    On peut appeler cela l'économie solidaire,
    celle des gens qui aiment leur travail...

    Contrairement à l'économie spéculative,
    celle des gens qui aiment beaucoup l'argent
    mais détestent le travail.

  • Denis Miron - Inscrit 22 septembre 2012 08 h 31

    Meilleur avant 1985, aujourd'hui, il est passé date

    Lorsqu’un premier ministre établi le siège social de sa compagnie de bateaux dans un paradis fiscal, qu’un autre reçoit un salaire caché ou tout simplement du cash dans un enveloppe brune de la part d’un marchand (négociant? je ne sait plus…) d’armes, pourrait-on dire que les structures politiques «avec les connivences des plus riches ou de ceux qui veulent le devenir» sont en train de mettre le capitalisme entre les mains de la mafia si on dit que «Sa force est de pouvoir passer d’une ruse à l’autre. »
    Les experts appelés à la barre de la Commission Charbonneau ainsi que les auteurs de Mafia Inc nous révèlent que la mafia est de plus intégrée à l’économie dite légale, et que la cravate tend de plus en plus à remplacer le cigare.
    Lorsqu’il dit que le «capitalisme des négociants « est impensable sans la complicité active de la société. Car il faut que, d’une certaine manière, cette dernière en accepte plus ou moins les valeurs. À moins qu’elle ne réagisse.» Ne serait-elle pas plutôt victime de ce pouvoir de passer d’une ruse à l’autre comme il est écrit plus haut dans votre texte, et qui constitue sa force? Encore une fois, on essaie de rendre la victime responsable de ce qui lui arrive.
    Amoindrir l’état comme les conservateurs sont en train de faire à Ottawa, c’est tout simplement aban-donné le contrôle de l’économie à ceux qui passent d’ une ruse à l’autre pour mieux nous faire les poches et qui commence à être mieux connu sous le terme de l’idéologie néolibérale.

  • Francis Berthiaume - Abonné 22 septembre 2012 09 h 52

    Valeurs

    Très heureux de lire une telle interprétation du marché des affaires. Cela me permet de comprendre le malaise qui m'affligait d'être résolument attiré vers la justice sociale et revendiquer l'égalité autant que possible dans la répartition des richesses tout en sachant que les secteurs économiques sont nécessaires malgré les travers des commercants que je commençais à percevoir comme inévitables.
    Savoir distinguer et mieux définir ces différentes categories sont en lien avec ma croyance que le développement des affaires se fait mieux quand nous basons notre marché, notre produit, d'abord sur les valeurs de l'entreprise, le "pourquoi", plutôt que sur le produit, le "quoi" ou sur le service, le "comment". Ce principe est en accord avec le marchand mais à l'opposé du négociant. Fier d'être de la première catégorie.