L’annonce de la peine d’Harvey Weinstein est repoussée au 23 février

L'ancien producteur déchu purge déjà une peine de 23 ans derrière les barreaux après sa condamnation au printemps 2020.
Etienne Laurent Agence France-Presse L'ancien producteur déchu purge déjà une peine de 23 ans derrière les barreaux après sa condamnation au printemps 2020.

L’annonce de la peine de l’ancien producteur déchu d’Hollywood Harvey Weinstein, jugé coupable de viol et d’agressions sexuelles au terme de son procès à Los Angeles, a été repoussée lundi par une juge au 23 février.

L’ancien « roi » du cinéma de 70 ans, producteur de grands succès primés comme Pulp Fiction, qui souhaite faire appel de cette condamnation, risque jusqu’à 18 ans de prison après avoir été reconnu coupable en décembre d’un viol et de deux agressions sexuelles sur une mannequin en 2013.

La défense de M. Weinstein doit présenter ses arguments pour réclamer un nouveau procès lors de la prochaine audience le 23 février. Si sa demande d’appel est rejetée, la peine sera prononcée le jour même, a expliqué lundi la juge Lisa Lench.

M. Weinstein purge déjà une peine de 23 ans de prison après sa condamnation à New York en 2020 pour des faits similaires.

Après un refus initial de la justice, la Cour suprême de New York l’a finalement autorisé en août à faire appel de cette condamnation, qui avait constitué une grande victoire du mouvement #MeToo, phénomène mondial de libération de la parole des femmes sur les violences sexistes et sexuelles.

Au cours de son dernier procès, quatre femmes témoignant de manière anonyme ont accusé avec force détails le producteur de les avoir contraintes à des relations sexuelles dans des hôtels de Beverly Hills et de Los Angeles entre 2004 et 2013.

Après des semaines d’audiences éprouvantes, souvent interrompues par les sanglots des plaignantes, l’accusation avait dépeint M. Weinstein comme un ogre tout-puissant, un « prédateur » dont la mainmise sur Hollywood — les films qu’il a produits ont reçu plus de 330 nominations aux Oscars et 81 statuettes — a longtemps empêché ses victimes de parler, par peur de répercussions sur leur carrière.

Les jurés l’ont estimé coupable de toutes les accusations portées par la première des quatre plaignantes. Ils l’ont déclaré non coupable concernant celles d’une deuxième femme, et n’ont pas formulé de verdict concernant les allégations portées par les deux autres.

Les rumeurs concernant le comportement de M. Weinstein circulaient depuis des années à Hollywood. Le scandale a finalement éclaté en 2017, grâce à des enquêtes de presse compilant de multiples accusations, qui ont entraîné le mouvement #MeToo.

Au total, près de 90 femmes, dont Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow et Rosanna Arquette, ont accusé Harvey Weinstein de harcèlement, d’agressions sexuelles ou de viols. Mais le délai de prescription a été dépassé dans nombre de ces affaires, certaines remontant à 1977.

L’ex-producteur est également inculpé au Royaume-Uni pour des agressions sexuelles qui remonteraient à 1996.



À voir en vidéo