La Cour d’appel du Québec approuve un recours collectif contre Facebook

Le géant californien des réseaux sociaux pourrait devoir payer des dommages à des milliers de Québécois qui ont utilisé depuis 2016 la plateforme pour chercher emplois et des logements.
Kirill Kudryatsev Agencer France-Presse Le géant californien des réseaux sociaux pourrait devoir payer des dommages à des milliers de Québécois qui ont utilisé depuis 2016 la plateforme pour chercher emplois et des logements.

Une cour d’appel du Québec a approuvé un recours collectif contre Facebook, accusant le réseau social de discrimination sur l’âge, le genre ou l’origine dans son ciblage publicitaire, a indiqué mercredi à l’Agence France-Presse (AFP) l’avocate des plaignants.

Le géant californien des réseaux sociaux pourrait devoir payer des dommages à des milliers de Québécois qui ont utilisé depuis 2016 la plateforme pour chercher emplois et des logements, et se seraient vus cacher des annonces en raison de ces critères discriminatoires.

« Nous sommes heureux de l’arrêt de la cour d’appel du Québec », a salué auprès de l’AFP l’avocate des plaignants, Audrey Boctor, évoquant des « pratiques discriminatoires répandues ».

« La discrimination algorithmique qui empêche certains groupes de personnes, comme les femmes et les travailleurs plus âgés, de recevoir des annonces d’emploi n’est qu’une forme moderne du même type de discrimination qui est interdit en vertu de la Charte québécoise » a-t-elle déclaré dans un courriel.

Le recours collectif avait été lancé en 2019 avant d’être rejeté par un tribunal en première instance.

Contactée par l’AFP, Meta, la maison mère de Facebook, n’a pas souhaité commenter la décision de la cour d’appel du Québec, mais a assuré avoir pris des mesures « pour promouvoir la non-discrimination et l’équité dans [ses] systèmes publicitaires ».

Le groupe a également fait face à des poursuites similaires aux États-Unis. En juin, l’entreprise avait accepté de changer ses méthodes de ciblage publicitaire et de payer 115 054 dollars d’amende pour mettre fin à des poursuites du gouvernement américain, qui l’accusait de faciliter des discriminations racistes et sexistes.

À voir en vidéo