Un père Noël au banc des accusés

Réjean Bacon a personnifié le père Noël pendant plus de quatre décennies dans le Petit Champlain, à Québec.
Facebook Réjean Bacon a personnifié le père Noël pendant plus de quatre décennies dans le Petit Champlain, à Québec.

Réjean Bacon a personnifié le père Noël pendant 41 ans dans le Petit Champlain, à Québec. Aujourd’hui, le septuagénaire a déchu de son trône pour atterrir sur le banc des accusés : il fait face à la justice en lien avec différentes infractions à caractère sexuel et liées aux stupéfiants.

L’homme de 71 ans a comparu mercredi au palais de justice de Québec pour des accusations de voyeurisme, d’agressions sexuelles, de possession et de trafic de stupéfiants, de bris d’engagement et d’obtention de services sexuels.

La Sûreté du Québec avait arrêté l’accusé une première fois en mai, avant de le libérer sous conditions. La perquisition de son domicile avait permis de récupérer du matériel informatique dont le contenu, après analyse, a mené au dépôt d’accusations pour des agressions sexuelles commises à l’encontre de cinq jeunes femmes.

La police a de nouveau arrêté Réjean Bacon mercredi, cette fois avec 10 chefs d’accusation à déposer contre lui.

La justice l’accuse d’avoir agressé sexuellement deux femmes entre janvier 2015 et juin 2021, lesquelles étaient âgées de 18 et de 25 ans au commencement des crimes. Réjean Bacon fait aussi face à des accusations en lien avec la possession et le trafic de stupéfiants, notamment d’oxycodone, un puissant opioïde, et de GHB, communément appelé la « drogue du viol ».

La Couronne a déposé un autre chef d’accusation pour « avoir agressé sexuellement plusieurs personnes de sexe féminin ». Le nombre exact de victimes demeure inconnu, mais aucune d’entre elles n’aurait été mineure au moment des faits.

Réjean Bacon doit également faire face à deux accusations de voyeurisme pour avoir obtenu du matériel vidéo à l’insu de deux présumées victimes. L’accusé aurait aussi demandé des services sexuels à une de ses victimes moyennant une rétribution.

Réjean Bacon avait manifesté sa déception dans les médias lorsque son contrat d’animation dans le Petit Champlain avait pris fin, à l’automne 2021. Il avait sorti son uniforme de père Noël pour animer le temps des Fêtes au Woodooliparc, en Beauce. Sur sa page Facebook, l’accusé cherchait encore, le 17 octobre dernier, « un traîneau ou un trône pour son décor extérieur ».

Le père Noël déchu demeure, pour l’instant, derrière les barreaux. La Couronne s’oppose à sa remise en liberté : son retour en cour doit avoir lieu le 2 novembre prochain.

À voir en vidéo