L’ex-agent d’artistes québécois Julien Valade est acquitté

Le fondateur du Festival Santa Teresa était accusé de crimes à caractère sexuel sur une personne mineure.
Marie-France Coallier Le Devoir Le fondateur du Festival Santa Teresa était accusé de crimes à caractère sexuel sur une personne mineure.

Un ex-agent d’artistes québécois et fondateur du festival de musique Santa Teresa a été acquitté après avoir été accusé de crimes à caractère sexuel sur une personne mineure.

Vendredi dernier, devant la juge Sylvie Durand de la Cour du Québec,la Couronne a signalé qu’elle n’allait pas déposer de preuve, menant à l’acquittement de Julien Aidelbaum-Valade. Dans le cadre de l’entente globale convenue entre les procureurs, l’homme de 32 ans a de son côté accepté de signer un engagementen vertu de l’article 810.1 du Code criminel par lequel il reconnaît que l’enquêteur de police au dossier a des motifs raisonnables de craindre qu’il s’en prenne à une personne de moins de 16 ans. Cela ne signifie pas qu’un crime a été commis.

Julien Aidelbaum-Valade, qui a été dans le passé agent d’artistes comme Alex Nevsky et Loud Lary Ajust, a donc accepté de garder la paix et d’être assujetti à une série de conditions pour une période d’un an, a confirmé jeudi le procureur de la couronne responsable du dossier, Me Jérôme Laflamme.

L’homme avait été accusé d’avoir commis en 2020 divers crimes, dont incitation à des contacts sexuels sur un mineur, obtention de services sexuels moyennant rétribution d’une personne de moins de 18 ans et leurre informatique. Les faits à l’origine de ces accusations, remontant à 2020, n’ont pas été rendus publics et, vu l’entente survenue, ne le seront pas.

Julien Aidelbaum-Valade adéclaré devant la juge Durand avoir entrepris de nombreuses démarches personnelles depuis sa mise en accusation, a indiqué Me Laflamme. Ce cheminement et son engagement en vertu de l’article 810.1 tendent à remplir l’objectif de protection du public.

Ce type d’engagement devant la Cour n’est pas rare et est généralement conclu dans le cadre d’ententes négociées entre procureurs, pour une variété de raisons, parfois quand il y a crainte que la preuve au dossier ne soit pas suffisante pour mener à une condamnation.

Si Julien Aidelbaum-Valade ne respecte pas les conditions imposées — ne pas communiquer avec la personne mineure nommée dans la dénonciation policière, ne pas se trouver à proximité de celle-ci et ne pas occuper d’emploi dans lequel il serait en position d’autorité sur des mineurs, entre autres —, il pourrait être accuséde bris de conditions, ce qui est une infraction criminelle.

À voir en vidéo