Un juge rejette une poursuite de Trump au sujet de son bannissement sur Twitter

Twitter avait suspendu le compte de M. Trump après l’émeute insurrectionnelle au Congrès, le 6 janvier 2021.
Photo: Michael M. Santiago / Getty Images via Agence France-Presse Twitter avait suspendu le compte de M. Trump après l’émeute insurrectionnelle au Congrès, le 6 janvier 2021.

Un juge fédéral de San Francisco a rejeté vendredi une poursuite de l’ancien président Donald Trump qui contestait son bannissement sur Twitter.

Dans son jugement, le juge James Donato a écrit que M. Trump a échoué à démontrer que Twitter avait contrevenu à son droit à la liberté d’expression protégé par le premier amendement de la constitution américaine. La liberté d’expression ne s’applique pas aux entreprises privées, a-t-il expliqué. M. Trump n’a pu prouver que Twitter agissait à titre d’acteur étatique au nom des démocrates.

« La poursuite amendée n’est qu’un fourre-tout d’allégations voulant que des élus démocrates du Congrès souhaitassent que M. Trump soit banni de Twitter parce qu’il proférait un contenu et des opinions qui ne correspondaient pas aux idées favorites de ces législateurs. Toutefois, les commentaires d’une poignée d’élus sont loin de représenter un ensemble de décisions dont l’État serait responsable. »

Donald Trump avait intenté des poursuites contre Twitter, Facebook et YouTube en juillet 2021, prétendant que ces entreprises l’avaient illégalement censuré.

Ces plateformes avaient suspendu le compte de M. Trump après l’émeute insurrectionnelle au Congrès, le 6 janvier 2021. Des partisans du président défait avaient tenté d’empêcher le Congrès de certifier la victoire de son adversaire Joe Biden à l’élection présidentielle. Les entreprises s’inquiétaient que M. Trump incite davantage ses troupes à la violence.

Le jugement survient au moment où Elon Musk, l’homme le plus riche de la planète, s’apprête à mettre la main sur Twitter pour 44 milliards $. Les observateurs se demandent si celui-ci, qui se définit comme un défenseur sans compromis de la liberté d’expression, réintégrera M. Trump au réseau social.

M. Trump continue de répéter ses mensonges concernant sa défaite électorale. Il a lancé sa propre plateforme, Truth Social. Il a déclaré la semaine dernière qu’il ne retournera jamais sur Twitter, même si on le lui permettait.

L’avocat de M. Trump n’a pas encore répondu à une demande de commentaire.

À voir en vidéo