Douze ans de prison pour l’ex-entraîneur de ski Bertrand Charest

Bertrand Charest avait été déclaré coupable en juin d’avoir agressé neuf jeunes skieuses il y a une vingtaine d’années.
Photo: La Presse canadienne Bertrand Charest avait été déclaré coupable en juin d’avoir agressé neuf jeunes skieuses il y a une vingtaine d’années.

Un juge a condamné Bertrand Charest à 12 ans de prison pour avoir agressé sexuellement de jeunes skieuses qui étaient sous sa gouverne.

En énonçant la peine, vendredi matin au palais de justice de Saint-Jérôme, le juge Sylvain Lépine a qualifié les gestes reprochés à l’ex-entraîneur de ski de l’équipe nationale d’« inexcusables » et de « criminels ».

Le juge Lépine a mentionné que ce type de comportements est inacceptable en 2017, mais que les gestes faits par Bertrand Charest étaient tout aussi inexcusables en 1998 ou encore dans les années 1950.

Il a ajouté que les jeunes victimes se trouvaient à une étape importante de leur développement lorsque les agressions ont eu lieu. Leur vie d’adulte a été façonnée par les crimes commis par l’accusé, a-t-il laissé tomber.

Toutes les victimes et présumées victimes, sauf une, étaient âgées de moins de 18 ans au moment des faits. La plus jeune n’avait que 12 ans.

En tenant compte du temps déjà passé en détention, Bertrand Charest devra encore demeurer sept ans et dix mois derrière les barreaux.

Verdict contesté

L’avocat de Bertrand Charest, Antonio Cabral, a indiqué qu’il allait examiner la sentence en détail avant de décider s’il portera la décision en appel. Il a déjà fait savoir qu’il contestait le verdict de culpabilité rendu en juin.

« Je suis un peu surpris [par la durée de la sentence], a-t-il déclaré, lui qui avait plutôt réclamé une peine d’incarcération allant de quatre à six ans. Douze ans, c’est une peine qui est très importante. »

Me Cabral va de plus demander à la Cour d’appel de libérer son client en attendant un jugement sur son appel du verdict. Cette requête devrait être présentée mercredi en Cour d’appel, à Montréal.

La procureure de la Couronne, Marie-Nathalie Tremblay, s’est montrée satisfaite, puisque la peine prononcée par le juge correspond à celle qu’elle avait requise.

Quatre des victimes se trouvaient dans la salle d’audience, vendredi matin, alors que quatre autres écoutaient le juge par le biais d’une visioconférence.

L’accusé, qui n’a pas témoigné à son procès, a été acquitté de 18 chefs d’accusation et le juge a conclu que la Cour du Québec n’avait pas juridiction pour deux autres chefs liés à des événements qui auraient eu lieu à l’étranger.

Dans un communiqué transmis après le verdict, Canada Alpin avait déclaré que le jugement rappelait que l’abus de pouvoir n’avait pas sa place dans le sport ou dans la société en général. Le juge Lépine a toutefois fustigé l’organisation, vendredi.

2 commentaires
  • Gilles Théberge - Abonné 8 décembre 2017 11 h 13

    C’est peu!

    D’autant qu’il va faire appel sans doute.

  • André Bourbonnais - Abonné 8 décembre 2017 12 h 54

    Enfin une sentence exemplaire

    Pour toutes les vies brisées de ces adolescentes, il est temps que l'on donne des sentences exemplaires. M Arseneau suivra je l'espère. Pour nous, ce sont certains prêtres qui nous ont abusé.... souvent à cause de leurs voeux de chasteté. Il est anormal de faire un tel voeux pour ce qui est naturel.
    Jusqu'aux années milles, les prêtres pouvaient se marier, tout comme les pasteurs d'aujourd'hui.