Demande d’action collective contre Loto-Québec

Loto-Québec dit agir en toute transparence.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Loto-Québec dit agir en toute transparence.

Quelle est votre chance de gagner au Lotto Max ? Pour le savoir, vous devez faire bien trop d’efforts, plaide l’avocat montréalais qui signe une demande d’action collective contre Loto-Québec, à qui il reproche de négliger volontairement d’informer les consommateurs de leurs chances d’empocher le gros lot.

Sur son site Web, dans ses publicités télévisées, sur ses billets ou ses terminaux ; la société d’État n’affiche pas assez clairement les (minces) chances de gagner et pour cette raison, elle contrevient à son propre code d’éthique, soutient l’avocat Karim Renno, dans la demande qu’il a déposée en Cour supérieure le 29 juillet au nom de la citoyenne Martha Karra.

« Selon moi, il n’y a aucune justification pour le fait que Loto-Québec n’informe pas les gens de manière appropriée des chances de gagner à la loterie. La seule raison que je peux voir pour ça, c’est justement de les garder dans le noir à propos de leurs véritables chances, pour pouvoir aller chercher des revenus additionnels », a déclaré Me Renno au Devoir.

« C’est donc en privilégiant d’abord et avant tout ses profits que la défenderesse [Loto-Québec] omet délibérément de divulguer les chances de gagner dans son matériel publicitaire », lit-on aussi dans la demande judiciaire.

Si l’action collective est autorisée, elle pourrait toucher les trois millions de Québécois qui ont acheté des billets de Lotto 6/49, Lotto Max, Banco, Extra, Québec 49, La Quotidienne et Québec Max entre le 29 juillet 2013 et le 29 juillet 2016. Selon Me Renno, les dommages compensatoires pourraient atteindre des centaines de millions de dollars. Et l’action en justice exige plus : elle demande que Loto-Québec paie 150 millions en dommages punitifs puisqu’elle omet volontairement de divulguer les chances de gagner, selon la poursuite.

Loto-Québec réagit

« Sans commenter davantage le contenu du document, par respect pour le processus judiciaire, Loto-Québec est tout de même d’avis qu’au contraire, elle communique de façon transparente et responsable les chances de gagner de l’ensemble de ses produits de loteries, que ce soit au dos de ses instantanés, sur son site Internet, lors d’entrevues dans les médias, sur demande en permanence chez les 8500 détaillants, etc. Ses façons de faire se comparent à celles de l’ensemble des sociétés de loterie canadiennes », a réagi le porte-parole de la société d’État, Patrice Lavoie.

« Au dos des billets, tout ce que ça dit, c’est : allez voir sur notre site Web, a renchéri Me Renno. Et d’ailleurs, je vous mets au défi : allez sur le site Web de Loto-Québec et allez voir à quel point c’est difficile de trouver les chances de gagner. Et à l’inverse, vous voyez le gros lot affiché partout. »

[Les] façons de faire [de Loto-Québec] se comparent à celles de l’ensemble des sociétés de loterie canadiennes

 

Selon l’avocat, l’affichage des chances de gagner est d’autant plus important que plusieurs Québécois misent sur la loterie pour assurer leur avenir financier. Sur cette question, il s’appuie sur un sondage de SOS Dettes et Capital One Canada, qui révélait en 2012 qu’un Québécois sur trois estime qu’un gain à la loterie ou la réception d’un important héritage fait partie de ses plans pour assurer son avenir financier.

Aussi, il met de l’avant des données de Statistique Canada, qui annonçait en 2009 que 46 % des ménages ayant un revenu de moins de 20 000 $ avaient joué et consacré en moyenne 390 $ à cette pratique, tandis que les trois quarts des ménages touchant un revenu de 80 000 $ ou plus avaient joué et dédié 620 $, en moyenne, à cette activité.

Entre avril 2015 et avril 2016, Loto-Québec a engrangé des revenus bruts de loterie de 1,8 milliard. Dans les circonstances, « je m’attends à ce qu’une société d’État soit fair-play », a déclaré Me Renno. Et pour ceux qui cherchent encore la réponse, les chances de gagner un montant de 39 908 740 $ au Lotto Max sont de 1/28 633 528.

À voir en vidéo

4 commentaires
  • Marc Drouin - Abonné 5 août 2016 02 h 20

    Top Là! Mme Sioui

    Et les chances que "Me Renno" remporte sa cause sont probablement les mêmes que celle de gagner le gros lot au Lotto Max.

    Autrement dis un "gas" s'essaye. Je préfère miser un 5 $ au lotto Max que 10 cenne sur maître Renno. Mes chances resterons meilleurs.

    "il s’appuie sur un sondage de SOS Dettes et Capital One Canada, qui révélait en 2012 qu’un Québécois sur trois estime qu’un gain à la loterie ou la réception d’un important héritage fait partie de ses plans pour assurer son avenir financier"

    Comment peut-on être aussi CON ??? Franchement!

  • Hélène Gervais - Abonnée 5 août 2016 06 h 54

    Franchement ....

    il y a des consommateurs qui exagèrent. J'espère que ce recours collectif sera refusé. S'il est accepté, je pourrais en partir un en disant que je ne gagne pas après une multitude d'essais, donc je pars un recours collectif contre Loto-Kébec. Il y en a qui pensent vivre aux états-unis ici, on fait un recours collectif à chaque fois que ça ne fait pas notre affaire. Et voilà des avocats bien heureux de faire de l'argent.

  • François St-Pierre - Abonné 5 août 2016 09 h 11

    Carrément abusif!

    Faut-il avoir recours à un appareil judiciaire déjà surchargé pour démontrer qu'acheter un billet de loterie, ce n'est pas faire un placement dans une société « blue chip » ?

    Voilà qui s'appelle jouer les Don Quichotte à des fins mercantiles.

  • Stéphane Boisvert - Abonné 5 août 2016 19 h 03

    Ridicule

    Je suis désolé, mais à moins d'être illetré, c'est pas très sorcier. J'ai fait le test et en quelques secondes, j'ai trouvé la réponse sur le site de Loto Québec et c'est pas plus compliqué pour les autres loteries. Pour ce qui est du reste, ça se passe de commentaires. Je crois que boycotter Loto-Québec serait plus approprié pour ceux qui trouve qu'il y trop de profits. Il ne faut pas oublier, la loto, c'est ni plus ni moins qu'un impôt volontaire.