Le SPVM fera le point sur les agents infiltrés

À propos de la présence d’agents infiltrés, le porte-parole du SPVM répond que « cela fait partie de [ses] stratégies ».
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir À propos de la présence d’agents infiltrés, le porte-parole du SPVM répond que « cela fait partie de [ses] stratégies ».

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) doit faire le point en ce début de semaine sur la présence possible d’agents d’infiltration dans une manifestation anti-austérité organisée vendredi soir, et qui s’est terminée à l’hôpital pour une manifestante qui dit avoir été rudoyée par un de ces agents en civil.

Dimanche, Katie Nelson avait encore des douleurs, mais elle était désormais en mesure de se déplacer. La jeune femme, qui dit avoir été agressée par un policier se faisant passer pour un manifestant, a passé la nuit de vendredi à samedi à l’hôpital Saint-Luc. Elle a été placée en observation, car elle aurait pu subir une commotion cérébrale quand son corps a frappé le sol.

« Je me suis retournée et j’ai vu quelqu’un courir vers moi », a-t-elle relaté à propos des événements, qui se seraient déroulés au moment où la manifestation, organisée par des étudiants du Cégep du Vieux-Montréal, tirait à sa fin. « Je pense qu’il m’a poussée », a-t-elle ajouté, à propos du policier habillé en noir qui l’aurait agressée. « Je ne m’en souviens pas bien. Je n’étais pas capable de me relever, alors mon amie m’a éloignée. L’escouade anti-émeute nous a encerclés et une ambulance est arrivée. »

Au moment de l’attaque présumée, la jeune manifestante cherchait ses amis. « Je m’étais réfugiée sous des escaliers, et je sortais de là. C’était une manifestation épeurante », a-t-elle dit à propos de l’ambiance.

Une agression ciblée ?

Katie Nelson, qui étudie à l’Université Concordia, croit que l’agression a quelque chose à voir avec le fait qu’elle a reconnu un policier parmi le groupe de personnes habillées en noir. « Il a enlevé son masque. Je l’ai reconnu et il m’a reconnue », a-t-elle rapporté. « Je lui ai dit : tu es un policier ! Il s’est mis à sacrer et moi, j’ai commencé à crier pour avertir les autres que c’était un policier. »

C’est à ce moment qu’un deuxième policier infiltré l’aurait poussée. L’étudiante se serait retrouvée sur le sol. Deux jours après les événements, elle dit s’en être tirée avec une contusion sur le bras et un genou très enflé.

 

Le SPVM fera le point

Au SPVM, le porte-parole Jean-Pierre Brabant a affirmé dimanche avoir été informé de cet événement, qui a depuis fait le tour des réseaux sociaux. « Une rétroaction est en train d’être faite, ou sera faite, comme ça se fait pour toutes les manifestations », a-t-il déclaré. Le SPVM devrait donc être en mesure de faire le point sur les événements en début de semaine, si ce n’est ce lundi.

À propos de la présence d’agents infiltrés, le policier a répondu que « cela fait partie de nos stratégies. Mais ça dépend des manifestations ».

Certains manifestants ont aussi affirmé qu’un des agents habillés en civil aurait sorti son arme de service. La véracité de ces allégations sera aussi évaluée, a confirmé l’agent Brabant, qui n’a pas pu confirmer ou infirmer la réception de poursuite judiciaire par le corps policier.

Poursuite de 24 000 $

Katie Nelson, de son côté, a affirmé qu’elle n’en resterait pas là. « J’ai été hospitalisée », a-t-elle répété, comme pour souligner l’importance qu’elle accorde à l’événement. L’étudiante poursuit déjà la Ville et le SPVM pour 24 000 $, en raison de ce qu’elle qualifie de « profilage politique ».

Dans la poursuite qu’elle et son avocat, Julius Grey, ont déposée en août 2013, il est allégué que les forces policières ont violé les droits fondamentaux de la jeune femme en lui remettant plus de 25 constats d’infraction sur une période d’un an.

Katie Nelson, qui cumule des contraventions de plus de 6500 $, prétend avoir été ciblée par la police à partir des manifestations de 2012 en raison de ses opinions politiques. Pas moins de 20 policiers sont nommés dans la poursuite, et l’un d’eux serait l’agent infiltré que l’étudiante dit avoir reconnu vendredi soir.

« Je crois que celui qui m’a poussée est visé par la poursuite également, a-t-elle ajouté. Nous voyons souvent les policiers de l’anti-émeute dans les manifestations, alors on les reconnaît. »

Pour l’heure, Katie Nelson doit contacter son avocat et décider de la stratégie qu’elle adoptera. « Je vais voir si je peux inclure les événements de vendredi dans la poursuite », a-t-elle fait savoir.

La cause de Mme Nelson doit être entendue en juin et juillet au palais de justice de Montréal, au cours d’audiences qui doivent durer 18 jours.

Katie Nelson a passé la nuit de vendredi à samedi à l’hôpital Saint-Luc. Elle a été placée en observation, car elle aurait pu subir une commotion cérébrale quand son corps a frappé le sol.

Photo: Facebook
12 commentaires
  • Marc Leclair - Inscrit 21 décembre 2015 02 h 32

    Nous vaincrons!

  • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 21 décembre 2015 03 h 38

    Dérapage policier?

    Selon moi, un policier infiltré qui se voit découvert n'a pas le droit de frapper quelqu'un pour l'empêcher de révéler publiquement sa présence: il doit s'en aller et quitter à toute vitesse. On peut certes le protéger et lui assurer un départ sécuritaire, mais jamais en frappant la personne le reconnaissant. La police et le syndicat des policiers devraient faire preuve de transparence et soumettre ces tactiques d'infiltration à la CSST et aux opinions d'experts provenant de d'autres milieux. Je me rappelle Montebello: on y voit un policier infliltré lancer une roche vers d'autres policiers...

    • Luc Normandin - Abonné 21 décembre 2015 06 h 39

      On peut toujours rêver!

    • Raymond Lutz - Inscrit 21 décembre 2015 10 h 27

      oui, comme la fameuse "scary G20 woman" qui avec ses amis (tous des policiers en civil) évacuent en menaçant de leur bagette Taser un autre policier en civil (en le cachant car il devait être reconnaissable et associable à un grave méfait?)

      https://www.google.ca/search?q=scary+g20+woman

  • Maryse Veilleux - Abonnée 21 décembre 2015 06 h 52

    Ho!!!!

    Bien que nous sachions que cela existe, qu'une telle situation soit ainsi rendue publique et qu'elle soit authentifiée ne les aidera vraiment pas en terme de crédibilité aux yeux de la population, qu'il sont censés aussi respecter et défendre. Si cela s'avère le cas leur formation est évidemment insuffisante ou alors recrutent-ils le mauvais profil de personnes?

  • Bernard Terreault - Abonné 21 décembre 2015 07 h 34

    De quel droit ?

    Qu'on "infiltre" le crime organisé ou toute association nommément déclarée illégale (y en a-t-il?, l'EI peut-être?), mais on ne devrait pas avoir le droit d'infiltrer un groupe sous prétexte que leurs opinions politiques ne plaisent pas au gens au pouvoir. A ma connaissance, il n'est pas illégal d'être marxiste, libertarien ou rosicrucien.

    • Sylvain Auclair - Abonné 21 décembre 2015 11 h 07

      Pour ma part, je crois que la plupart des soi-disant dérapages violents du Printemps érable sont le fait de policiers infiltrés pour discréditer le mouvement.

  • Denis Paquette - Abonné 21 décembre 2015 07 h 56

    La police quelle problématique

    Peut-être faudrait-il établir des règles de conduites strictes, mais trop insister selon plusieurs ce serait émasculer la polices, quand nous savons qu'une société est composée a tord ou a raison, de toutes sortes de gens, il y a une regle qui veut que la police sans informateurs, c'est un organisme voué a l'impuissance et a l'ignorance, a ce niveau une société est un organisme vivant qui évolu continuellement, je ne crois pas qu'il existe un organisme de police idéal, la police n'est rien d'autres que des gens qui possèdent des informations prévilégiés mais font partie de la société, que l'on le veille ou pas, on ne s'en sort pas, selon les dirigeants la police aura toujours des forces et des faiblesses

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 21 décembre 2015 09 h 56

      (a tord ou a raison...ne serait-ce pas mieux : à tort ou à raison.. Cela fait trop longtemps que ça me chicote...hem!)

      " une société est un organisme vivant qui évolu(e) continuellement...sic"
      Malheureusement ...la continuité est plutôt dans la régression que l'évolution...telle la société de répression dans laquelle on vit présentement.
      Qu'elle soit politique et/ou policière.