«Matricule 728» sort de l’ombre pour régler ses comptes

Stéfanie Trudeau, alias «Matricule 728», laisse libre cours à sa frustration dans son récit.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Stéfanie Trudeau, alias «Matricule 728», laisse libre cours à sa frustration dans son récit.

Devenue une star de YouTube après avoir poivré des manifestants pendant le printemps érable et procédé à une arrestation musclée dans le Plateau-Mont-Royal en 2012, Stéfanie Trudeau se vide le coeur dans un livre qui vient de paraître. Au fil des pages de Matricule 728 — Servir et se faire salir : mon histoire, la policière livre sa version des événements qui ont fait d’elle l’incarnation de la brutalité policière. Au passage, elle écorche les médias, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et son syndicat.

La séquence où l’on voit la policière asperger des manifestants de poivre de cayenne le soir du 20 mai 2012 avait enflammé les réseaux sociaux. Désormais, « Matricule 728 » était « l’ennemie publique numéro un ».

Dans son récit coécrit avec Bernard Tétrault, ex-rédacteur en chef d’Allô Police, et publié aux Éditions AdA, Stéfanie Trudeau soutient que son geste était justifié.

Soir après soir, lors du printemps érable, les manifestants descendaient dans la rue et la ville devenait une « zone de guerre ». Les policiers devaient travailler dans des conditions difficiles, mal équipés et peu formés pour gérer les émeutes, explique-t-elle. Son intervention, dit-elle, était conforme aux politiques du service en matière de répression des émeutes.

Victime de « lynchage » sur la place publique, elle accuse son employeur de l’avoir livrée en pâture aux médias sans se porter à sa défense. Son syndicat, la puissante Fraternité des policiers, ne se portera pas davantage à son secours, soutient-elle.

Une intervention qui tourne mal

En octobre 2012, Matricule 728 fait à nouveau parler d’elle après une intervention musclée dans un appartement de la rue Papineau. Non seulement la scène est filmée, mais la conversation téléphonique qu’elle aura quelques minutes plus tard dans son autopatrouille est enregistrée à son insu. La séquence audio sera diffusée par un média. On l’entend prononcer des mots durs à l’endroit des « gratteux de guitare », des carrés rouges et des « mangeux de marde ». Or, affirme-t-elle, il ne s’agissait pas d’une conversation avec son supérieur, comme cela avait été rapporté à l’époque, mais d’une conversation privée avec sa conjointe.

Cet enregistrement n’aurait jamais dû se retrouver dans la sphère publique, écrit-elle tout en reconnaissant avoir utilisé un langage cru en raison de sa colère.

Stéfanie Trudeau fera par la suite l’objet d’une accusation de voie de fait en lien avec cette intervention. Elle sera aussi mise en arrestation et détenue, accusée d’avoir proféré des menaces. En revanche, aucune accusation ne sera retenue dans l’affaire du poivre de cayenne.

Estimant n’avoir jamais pu donner sa version des faits, Stéfanie Trudeau avait visiblement des comptes à régler et laisse libre cours à sa frustration dans son récit. Elle se décrit comme une policière empathique et intègre, mais qui avait la « couenne dure », ayant eu à faire face à de nombreuses insultes homophobes au cours de sa carrière.

Dans les faits, nous, les policiers sur le terrain, étions dépassés par les événements. On était en nombre insuffisant. On était mal équipés, peu formés en matière de gestion de foule et encore moins organisés pour combattre et réprimer des émeutes, comme l’exigent les lois qui régissent notre pays.

Le Service de police et la Ville de Montréal ont fait preuve d’une insouciance et d’un manque de respect flagrant concernant la sécurité et l’intégrité physique de ces hommes et de ces femmes, policiers de quartier, qui ont été envoyés au front soir après soir pour tenter de sauver les meubles.

J’ai compris que non seulement je n’aurais pas d’aide de mon employeur, mais qu’on tenterait en plus de me nuire le plus possible.

J’admets que je me suis mise dans l’embarras avec la conversation personnelle enregistrée à mon insu, mais est-ce qu’une sortie colorée justifie de se faire lyncher de la sorte par une partie de la population ? Ces paroles n’étaient pas très jolies. Elles étaient même vulgaires, mais elles n’avaient rien de criminel. Ce n’était que le reflet de ma frustration et de ma colère devant le fait de me faire agresser alors que je n’effectuais que mon travail.

Matricule 728 — Servir et se faire salir : mon histoire

Stéfanie Trudeau et Bernard Tétrault, éditions AdA, 2015, 274 pages

À voir en vidéo