La Commission épargnée en échange d’informations

Nouveau revirement au procès pour fraude dans Boisbriand. La défense a retiré de ses requêtes toutes les allégations préjudiciables à la procureure en chef de la commission Charbonneau, Sonia LeBel, en échange de la communication de renseignements additionnels sur les parjures du témoin-vedette Gilles Cloutier.

L’organisateur d’élections clés en main, principal témoin de la Couronne dans le procès pour fraude de Rosaire Fontaine, Robert Poirier et France Michaud, reviendra finalement pour son contre-interrogatoire lundi.

M. Cloutier a été mis en arrestation, le 2 septembre dernier, pour une quinzaine de parjures. Sa comparution a été reportée.

Dans deux requêtes fracassantes, la défense alléguait que Me LeBel et deux enquêteurs de la commission (Éric Roy et Stéphan Cloutier) avaient été impliqués de près « dans la gestion [des] affirmations mensongères » de M. Cloutier.

Crédibilité ébranlée

Dans un premier temps, les procureurs de la commission Charbonneau ont fait valoir que ces affirmations étaient fausses, mal fondées ou citées hors contexte. Me LeBel était présente, mercredi, au palais de justice de Saint-Jérôme, et elle était prête à témoigner pour rétablir son intégrité.

Me LeBel et l’enquêteur Roy ont finalement produit des déclarations assermentées, permettant de clore cet épisode houleux. En échange de ces informations supplémentaires, la défense a biffé de ses requêtes tout ce qui a trait aux interventions de Sonia LeBel auprès de Gilles Cloutier.

La crédibilité de Gilles Cloutier reste à son plus bas. Le juge Normand Bonin a cependant annoncé ses couleurs : le procès se poursuivra en dépit des errements de M. Cloutier. Le juge a fermé la porte à la présentation d’une requête en abus de procédures de la défense, au grand dam des avocats. « Je ne permettrai pas les parties de pêche, a-t-il dit. Venir plaider l’abus de procédures à ce stade-ci, ce serait étonnant. »


 
5 commentaires
  • Jean Claude Pomerleau - Inscrit 29 janvier 2015 07 h 47

    Le «Deal»

    Pour sauver la crédibilité de la Commission Charbonneau et celle de Me Sonia LeBel.

    Le seul deal dont on est certain qu'il existe.

    • Gilles Théberge - Abonné 29 janvier 2015 09 h 13

      En effet ça c'est un vrai "deal".

      L'autre deal, personne ne sait de quoi il s'agit, personne ne saura jamais de quoi exactement il était question, mais contrairement à celui-ci qui est un vrai deal, il va continuer d'alimenter les fantasmes...

  • Nicole Ste-Marie - Abonnée 29 janvier 2015 11 h 52

    Capitalisme et démocratie

    Ce que la commission Charbonneau a démontré finalement, c'est que la démocratie dans notre belle économie de marché n'était qu'un système de dupe.
    Tu as de l'argent tu participes à la collusion et à la corruption et tu contamines les effets de l'économie du libre marché. (extras et des pots de vin)
    Avec les extras et les pots de vin, tu engraisses les caisses électorales, autant municipales que provinciales ou fédérales, contaminant par le fait même la démocratie que l'on essaie de nous vendre et qui justifie toutes les décisions de tout les paliers de nos petits gouvernements, de nos PDG, MBA, actuaires, financiers et banquiers qui font des milliards de profits annuellement, alors que les familles canadiennes font des faillites records d'année en année.
    C'est ça notre démocratique ?
    Voilà pourquoi nous sommes toujours en déficit de morale et de conscience professionnelle et que la classe moyenne paie toujours sous la menace d'une décote des marchés financiers.
    Afin d'éviter la dépréciation de nos supposés grands hommes dans notre supposé idéal système démocratique de libre marché, il faut discréditer tous les témoins qui ont présenté à la commission Charbonneau des témoignages gênants qui prouvent que démocratie et honnêteté ne font pas bon ménage.

  • Nicole Ste-Marie - Abonnée 29 janvier 2015 13 h 38

    Démocratie et libre marché

    Ce que la commission Charbonneau a démontré finalement, c'est que la démocratie dans notre belle économie de marché n'était qu'un système de dupe.
    Tu as de l'argent tu participes à la collusion et à la corruption et tu contamines les effets de l'économie du libre marché. (extras et des pots de vin)
    Avec les extras et les pots de vin, tu engraisses les caisses électorales, autant municipales que provinciales ou fédérales, contaminant par le fait même la démocratie que l'on essaie de nous vendre et qui justifie toutes les décisions de tout les paliers de nos petits gouvernements.
    C'est ça notre démocratique ?
    Voilà pourquoi nous sommes toujours en déficit de morale et de conscience professionnelle et que la classe moyenne paie toujours sous la menace d'une décote des marchés financiers.
    Afin d'éviter la dépréciation de nos supposés grands hommes dans notre supposé idéal système démocratique, il faut discréditer tous les témoins qui ont présenter à la commission Charbonneau des témoignages gênants.

  • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 29 janvier 2015 14 h 24

    Sensationnalisme et tribunaux

    Au passage de Cloutier, je dénoncais haut et fort son boniment de tous les diables, ses mensonges éhontés et sa campagne de salissage envers Guy Chevrette alors qu'à l'époque, maitre Lebel le traitait comme le plus honnete des petits monsieurs croches et l'opinion populaire disait: enfin quelqu'un qui nous dit crûment la vérité.

    C'était la faute de l'émission Enquete ou Marie-Maud Denis avait trompetté durant des jours avant son passage qu'un témoin extrêmement important allait faire son entrée et qu'il avait "beaucoup de choses a nous dire", disait-elle.

    Personnellement, je l'écoutais et je me tirais les cheveux, je me demandais comment deux femmes me surpassant tellement au niveau de l'évolution avaient pu s'entretenir si longuement avec lui sans se rendre compte que ses assertions sont toutes erronées et qu'il fait comme la grenouille qui se gonfle pour etre aussi grosse que le boeuf; les petits organisateurs d'élections municipales clé-en-main minables aussi importants que les ministres, et qu'il ne lui reste plus qu'à éclater.

    Déjà après s'etre rendu compte qu'il mentait depuis plus d'une vingtaine d'années jusqu'à son propre fils à propos de l'immense mansarde cossue de Roche qu'il prétendait partout sur son chemin être sienne, la commission aurait du interrompre l'audience de son témoignage dont la crédibilité se trouvait soudain bien ébranlée. Mais maitre Lebel a jugé que c'était un détail accessoire.

    Parce qu'on l'a laissé poursuivre, nous avons du entendre une couple de témoins de plus afin de confirmer qu'il n'y avait eu en vérité aucune "magouille" sur cette fameuse route inutile, plus celui de Guy Chevrette qui s'est retrouvé sur les bancs de la commission absolument sans justification louable. Les fricotages de Cloutier n'ont rien fait bouger, il était bien trop quedale.

    Je n'écoute plus jamais Enquete depuis, je les vois désormais comme des fouillent-merde qui n'ont pas le moindre talent d'investigation, mon cher Watson.