La juge Charbonneau demande une prolongation

La Commission avait déjà obtenu une prolongation de 18 mois sous le gouvernement Marois, ce qui l’avait hissée au rang de plus longue commission d’enquête de l’histoire du Québec.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir La Commission avait déjà obtenu une prolongation de 18 mois sous le gouvernement Marois, ce qui l’avait hissée au rang de plus longue commission d’enquête de l’histoire du Québec.

Le gouvernement a reçu une deuxième demande de prolongation du mandat de la commission Charbonneau, a déclaré mercredi la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée.

Mme Vallée n’a pas révélé le contenu de la lettre transmise par la présidente de la commission d’enquête sur l’industrie de la construction, la juge France Charbonneau.

Un porte-parole de la commission, Richard Bourdon, a affirmé que la lettre avait été déposée lundi au bureau du premier ministre Philippe Couillard. M. Bourdon a indiqué qu’il revenait au gouvernement de décider si les détails de cette demande peuvent être rendus publics.

Au cabinet de Mme Vallée, la porte-parole Jolyane Pronovost n’a pas donné plus de précisions sur la durée ou les motifs de la requête. La demande pourrait porter sur une prolongation du mandat de sept mois. En mars 2013, le précédent gouvernement péquiste avait accordé une première prolongation de 18 mois, jusqu’au 19 avril 2015. Le décret initial du gouvernement libéral prévoyait un dépôt du rapport final le 19 octobre 2013.

« On va étudier la demande, on va la regarder », a dit la ministre Vallée.Le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier, a affirmé que le sujet n’avait pas été abordé au Conseil des ministres. « Il faut pouvoir entendre — moi je ne les ai pas entendues — les raisons. C’est nouveau de ce matin. Mais ma présomption, j’ai confiance en la commission, c’est qu’ils ont de bonnes raisons pour le faire. »