Commission Charbonneau - Tony Accurso et Jean Lavallée auraient pesé lourd à la FTQ

Photo: Illustration Jean-Paul Eid

Un syndicaliste, Jean Lavallée, et un entrepreneur ambitieux, Tony Accurso, auraient contrôlé en partie le Fonds de solidarité de la FTQ (FSTQ).

 

Jocelyn Dupuis est un témoin récalcitrant à la commission Charbonneau. Du bout des lèvres, il a concédé lundi que l’ex-président de la FTQ-Construction (FTQ-C) Jean Lavallée avait une main sur le robinet du Fonds, qu’il ouvrait de préférence pour son ami de longue date Tony Accurso.

 

C’est « complètement illogique » de penser que MM. Accurso et Lavallée contrôlaient la SOLIM (le bras immobilier du Fonds), a dit M. Dupuis dans un premier temps. Poussé dans ses derniers retranchements par le procureur Denis Gallant, il a finalement reconnu que les deux hommes étaient omniprésents dans les affaires de la FTQ. « C’est certain qu’il y avait des échanges entre eux autres et qu’ils s’entraidaient », a-t-il reconnu.

 

Proximité dérangeante

 

Cette proximité dérangeait dans l’industrie de la construction, a enchaîné l’ex-directeur de la FTQ-C. L’intérêt de Jocelyn Dupuis à truquer les élections de novembre 2008, pour s’assurer d’une mainmise sur l’exécutif après son départ, s’inscrirait donc dans une stratégie pour ravir le pouvoir à Jean Lavallée.

 

Sur les écoutes électroniques, M. Dupuis et ses fréquentations dans le monde syndical et l’entourage des Hells Angels se réjouissent de la déconfiture de Jean Lavallée et Tony Accurso. « Vingt-cinq ans de contrôle qu’ils avaient, pis on les a eus ! », dit-il à son ami Ron Beaulieu, une relation des Hells Angels financée par le Fonds.

 

Il était prévu que le successeur de M. Dupuis à la direction générale de la FTQ-C, Richard Goyette, devienne un vice-président de la FTQ et qu’il siège au conseil du Fonds. Jocelyn Dupuis s’assurait ainsi de rester en contrôle. « On va toujours faire des affaires? », lui demande Ron Beaulieu. « Oui, oui », répond-il.

 

Arsenault mis au pas

 

Une conversation entre Michel Arsenault et Jocelyn Dupuis est particulièrement révélatrice de l’emprise de Jocelyn Dupuis sur la FTQ. Même après son départ, dans la foulée du scandale sur ses notes de frais, il se permet de réprimander M. Arsenault.

 

En avril 2009, le président de la FTQ a tous les éléments en mains pour refuser le financement du Fonds à deux projets poussés par M. Dupuis : Carboneutre et un deuxième impliquant Ron Beaulieu. Il en informe Jocelyn Dupuis.

 

Le bouillant grutier menace de faire un esclandre sur la place publique. « Ce dossier-là, je le lâcherai jamais. Faites attention à vous autres. Je n’ai plus rien à perdre. Vous ne pouvez plus me salir plus que vous m’avez sali. Si c’est ça ta décision, “check” ça, mon homme, ça va sortir vite en tabarnak. Tu te défendras », lance-t-il.

 

Il traite au passage le président de la centrale et son entourage de « crosseurs », en insistant sur le fait que M. Arsenault, Guy Gionet et Yvon Bolduc avaient donné leur parole pour financer Ron Beaulieu, « un homme honnête ».

 

Au bout de cinq minutes de ce monologue, Michel Arsenault perd de sa fermeté et il finit par dire : « Donne-moi 24 heures, pis j’te rappelle. »

 

Dans d’autres conversations avec son allié Richard Goyette, Jocelyn Dupuis s’était vanté de détenir des informations compromettantes sur les tractations de Jean Lavallée à la SOLIM. Il suggérait à M. Goyette de s’en servir pour accélérer sa nomination au Fonds de solidarité.

 

Sans compromis

 

Jocelyn Dupuis refuse toute concession sur sa débâcle à la direction générale FTQ-C. Il est parti de son propre chef en septembre 2008, martèle-t-il. Son départ n’a rien à voir avec ses notes de frais exorbitantes. Selon ses explications, sa démission et celle de Jean Lavallée sont liées à une crise interne au sein de la centrale. Les deux leaders syndicaux n’arrivaient pas à s’entendre sur le choix d’une relève.

 

Le procureur de la commission, Denis Gallant, a laissé entendre que la FTQ avait montré la porte en douce à Jocelyn Dupuis en raison de son train de vie princier. « C’est pas de même que ça s’est passé. C’est pas ça, la vérité », s’est-il emporté.

 

Avant d’être rattrapé par ses notes de frais, M. Dupuis confiait pourtant à son ami Rénald Grondin, le directeur de l’Association des manoeuvres interprovinciaux, qu’il avait l’intention de rester en poste jusqu’en décembre 2009.

 

M. Dupuis s’est montré récalcitrant à témoigner sur des sujets reliés à son procès pour fraude, évoquant son droit au silence. « Je suis pris dans un procès. Il y a des choses que je ne peux pas dire. Ça me ferait grandement plaisir, mais je ne peux pas le dire », a-t-il expliqué.

 

La juge France Charbonneau n’a pas semblé convaincue par son argumentation.

2 commentaires
  • Carole Dionne - Inscrite 5 novembre 2013 08 h 20

    Le Fonds

    Là est toute la question. Bien beau un fonds des travailleurs mais c'est devenu gros, trop gros et facile à influencer. De la bel argent pour nos mafieux. Est-ce que le PQ aura le courage de dissocier Fonds et FTQ? Pas sûr.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 6 novembre 2013 08 h 19

      Si vous voulez voir fondre le Fond, mettez-le dans les mains du gouvernement ! (pour ceux qui me targuent de partisanerie, voilà ma réponse !)

      PL