Un ancien enquêteur du SPVM accusé de gangstérisme

L'inspecteur Michel Forget, responsable des communications de la SQ.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L'inspecteur Michel Forget, responsable des communications de la SQ.

Un ancien enquêteur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) spécialisé dans la lutte au crime organisé, Benoît Roberge, a été accusé de gangstérisme pour avoir vendu des renseignements aux Hells Angels sur une période de plusieurs années. Il a comparu dimanche au Palais de justice de Montréal, a confirmé la Sûreté du Québec en conférence de presse, lundi matin.

Il sera accusé d’avoir participé aux activités d’un gang (article 467.11 du Code criminel) et d’avoir commis des infractions au profit d’un gang (467.12), a appris Le Devoir de sources sûres. Les peines maximales pour ces deux infractions sont de cinq ans et de 14 ans de pénitencier. Benoît Roberge aurait coulé des informations sur des enquêtes vers le crime organisé en échange d’argent, a indiqué le porte-parole de la Sûreté du Québec Michel Forget.
 

L’ex-policier a été arrêté par le Groupe tactique d’intervention samedi sur la Rive-Sud de Montréal. Il était en compagnie d’un individu relié aux Hells Angels.

 

Attendu à 14h30 lundi au Palais de justice de Montréal, Benoît Roberge fait face à quatre chefs d'accusation, dont deux liés au gangstérisme. Il sera aussi accusé d'abus de confiance et de tentative d'entrave à la justice. Ces accusations couvrent la période du 1er janvier 2010 au 6 octobre 2013.

 

Curieusement, le greffe criminel n’a aucune trace de sa comparution de dimanche, faite dans l’absolue discrétion. La comparution de prévenus un dimanche est exceptionnelle. Elle vise à éviter la mauvaise publicité à des acteurs du système policier ou judiciaire.

 

Benoît Roberge a pris sa retraite du SPVM en août dernier. Benoît Roberge oeuvrait au sein de l’Agence du revenu du Québec, qui a par ailleurs fait savoir qu'il avait été provisoirement relevé de ses fonctions.

 

Benoît Roberge est un policier spécialisé dans le renseignement criminel sur les bandes de motards. Il a été appelé à témoigner régulièrement à titre de témoin expert dans des procès impliquant des membres des Hells Angels. La SQ n’a pas encore précisé pendant combien d’années il aurait fourni des informations privilégiées au crime organisé, ni si ces fuites avaient pu nuire aux enquêtes.

 

Benoît Roberge a également agi à titre de contrôleur d’un agent source (un criminel qui infiltre le monde interlope pour le compte de la police) dans le cadre de l’opération SharQc.

 

Commotion

 

M. Roberge est marié à une avocate, Nancy Potvin. Celle-ci travaille comme procureure au Bureau de la lutte au crime organisé (BLACO).

 

L’arrestation de l’ex-policier cause une commotion parmi les acteurs impliqués dans le procès SharQc, selon nos sources. M. Roberge est un proche des enquêteurs de la SQ Gaétan Legault et Hugo Blackburn. Leurs méthodes dans l’encadrement des délateurs ont été sérieusement remises en question par des avocats de la défense, sans que la justice ne donne suite à leurs récriminations.

 

L’enquête n’est toujours pas complétée. D’autres policiers pourraient faire face à la justice dans cette affaire qui ébranle non seulement le SPVM mais tout le système judiciaire.

 

« Le message est clair : toute infiltration des enquêtes criminelles sera réprimée », a tenu à avertir l’inspecteur Michel Forget en conférence de presse.

 

 

9 commentaires
  • Simon Nollet - Inscrit 7 octobre 2013 10 h 06

    un autre complot

    Bravo aux policiers pour cette affaire.
    Je sens d'autre part que certains partisans politiques vont y voir un complot de la SQ pour faire de l ombrage a la conférence de presse de Mme Marois sur l'économie, elle qui vient de se ''réveiller'' un an plus tard.

  • François Dugal - Inscrit 7 octobre 2013 11 h 12

    Enrichissons notre vocabulaire

    Taupe:
    Sens littéral: petit mamifère insectivore fouisseur; nom scientifique, talpa.
    Sens figuré: de l'argot militaire «taupin» (soldat de génie qui creuse les tunnels); espion infiltré dans un milieu qu'il observe.

  • Jean Francois - Inscrit 7 octobre 2013 13 h 23

    Pourquois laisser cet argent a la mafia et au gang ?

    Comme l'a dit le rappeur Snoop Dogg, The top dog is a cop ...

    Jamais la drogue a arreté de circuler dans les rue et les bars, la police ne fait que suivre les ordre et enquete sur les petits traffiquant mais jamais sur les grosses lignes officiel car en fait sans le savoir la police élimine la compétition et protege les reseaux de distribution installer depuis des decinies. Quand on pense a l'argent que raporte le traffic de drogue il est bien difficil d'imaginer que la police ne ramasse aucune enveloppe brune ... Cette nouvelle qui étonne tres peu d'entre nous nous amenes quand même a réfléchir sur si on veux continuer a laisser tout cet argent etre geré par des gangs ou bien légaliser et controler ce marché lucratif comme on l'a fait avec l'alcool.

    • Maxime Dion - Inscrit 7 octobre 2013 15 h 45

      Ça me rappelle l'inspecteur Serpico, qui au péril de sa vie avait débusqué les flics de NYC qui empochaient des enveloppes brunes pour couvrir le trafic d'héroïne.

      Pour le reste, la répression judicaire du trafic des stupéfiants n'a globalement comme unique conséquence que de favoriser à la hausse la valeur de la drogue, et ce aux bénéfices du crime organisé !

  • Jean-Marc Simard - Abonné 7 octobre 2013 15 h 44

    L'argent mène le monde

    Faut croire que l'appât du gain peut corrompre n'importe qui. Une prière au dieu argent avec ça...

  • Claude Jacques - Inscrit 7 octobre 2013 15 h 55

    Honnêteté

    En lisant toutes ces nouvelles ces temps-ci, je me demande s'il reste quelqu'un d'honnête au sein de la police, dans la politique municipale, provincial et fédéral. J'ai comme l'impression que si les condamnations se limitent à quelques mois de prison, s'il y a condamnation... nous verrons pour un bon bout de temps de ces bandits, car aussitôt sortis, ils recommencent.

    • Guy Desjardins - Inscrit 7 octobre 2013 18 h 03

      M. Jacques, je suis certain qu'il y a beaucoup d'autres personnes honnêtes au sein de la police et membres politiques. Ex: les policiers qui ont arrêté l'ex enquêteur du SPVM. Ça ne doit pas être des corrompus. Il y a toujours une brebis noir dans un troupeau.